Tyson Motsenbocker - Letters To Lost Loves

Tyson Motsenbocker - Letters To Lost Loves
 

Une fois n’est pas coutume on parle d’un album folk chez Beehave ! C’est après un EP 5 titres sorti en 2013 que Tyson Motsenbocker produit Letters To Lost Loves, album fraîchement sorti chez nos amis de Tooth & Nails que l’on ne présente plus.

Pour vous situer l’univers musical de Tyson rien de plus simple : fermez les yeux, imaginez le nord de la Californie (pas Los Angeles et ses rues betonnées à perte de vue), c’est le nord, la highway one et ses paysages paradisiaques. D’un côté de la route l’océan à perte de vue, de l’autre les forêts de pins et sequoias géants plusieurs fois centenaires. C’est dans ces paysages de rêve pour tout roadtripeur dans l’âme qu’est né l’identité musicale de Letters To Lost Loves. 6000 kms de routes poussièreuses entre fôrets à perte de vue et océan sauvage, c’est le voyage que Tyson a entrepris à pied à la mort de sa mère qui représentait beaucoup pour lui. Tout ça on le sent dans sa musique, on a aucun soucis à s’imaginer l’océan et les grandes forêt dans sa musique, rien que l’écho dans sa voix et les instruments nous y ramène à l’image du très beau titre Honest.

Maintenant que le paysage musical est planté, attaquons-nous aux paroles, l’autre grande facette dans la musique de Tyson. Comme son titre l’indique (lettres aux amours perdus), cet album est une aude à sa mère qu’il a perdu, un hymne à ce qu’elle représentait pour lui. Ce pélerinage musical et physique, il a voulu le faire à sa mort pour se remémorer l’héroine qu’elle était pour lui. Fils de pasteur, on se doute très facilement que les paroles auront toute leur importance dans sa musique. C’est le cas dès la première chanson In Your Name, chanson dans laquelle il critique les chrétiens qui invoquent le nom de Jésus pour tout et n’importe quoi (la victoire de leur équipe de sport, les guerres de religion, le blasphème de Starbucks quand ils osent transformer Noël…), le même Jésus qu’ils critiquent plus tard quand il ‘intervient pas dans les cas désespérés (maladies, morts…). Ce titre est une triste réalité d’une amérique à deux vitesses, un pays devenu contradictoire dans ses croyances, Tyson a mis le doigt là ou ça fait mal.

Au final c’est un très bon album, un dépaysement intelligent et engagé. Une lettre posthume de toute beauté, tellement qu’on aurait envie de partir le rejoindre sur les routes de Californie. Un artiste à découvrir de toute urgence pour tout fan de folk qui se respecte !

Partagez cet article

Concernant l'auteur

Ben-J

Marié - Créatif - Accro au café et à la musique - Dreamer - Traveller - France & USA -

"Do something creative today" 

Site internet : https://www.instagram.com/1daily_word/

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :