Darkness Divided - Darkness Divided

Darkness Divided - Darkness Divided
 

Darkness Divided, c'est l'histoire de trois frères qui fondent leur propre groupe en 2010, qui sortent un EP deux ans après, qui se font remarquer par un label, et qui s'apprêtent à sortir leur deuxième album après avoir connu le départ de deux de leurs compagnons. Rien qui ne sorte de l'ordinaire, en somme. Tout le contraire de leur musique, qui est d'une grande richesse en proposant autre chose que du métalcore générique. Et ce qui se confirme sur ce nouvel album, qui sortira le 22 avril 2016.

On peut dire que Victory Records a eu le nez creux en signant ce groupe originaire de San Antonio, après seulement un seul EP de sorti qui laissait entrevoir le potentiel du groupe. Written In Blood, sorti il y a deux ans, permettait de voir ce que le groupe donnait sur la longueur. Enregistré dans le studio de Tim Lambesis, il laissait entendre les similitudes entre As I Lay Dying et Darkness Divided : gros breakdowns, évidemment, mais surtout de multiples relents de heavy avec des jeux de guitares subtils et des riffs incessants, qui changent des traditionnels accords plaqués qui saturent le milieu.

Même avec le départ d'un de leur guitariste, la formule reste la même sur cet album éponyme, et a même été perfectionnée. En supprimant la guitarE rythmique, les texans ont épuré leur son en permettant au guitare lead de se faire mieux entendre. Le résultat est une dizaine de chants drivés autant par les riffs de guitare que par la voix absolument détonante de Gerard Mora qui rappelle quand il growl celle du chanteur de Whitechapel, et un shriek qui ne trouve que peu d'équivalent. Mais ce n'est pas tout, car une des forces du groupe est d'incorporer avec talent des refrains mélodieux et réussis en chant clair. Par moment on a l'impression d'entendre du Hope For The Dying dépouillé de sa dimension orchestrale (quoique, l'intro du titre From Dust To Stone est troublante de similitude).

Oui, le niveau d'écriture des titres sont au niveau du groupe de Facedown. Changements de rythme et d'ambiance au sein d'un même titre, courts breaks électroniques réussis, longs passages clairs, riffs que ne renierait pas non plus JB d'August Burns Red, la liste de bons côtés de cet album est longue, bien longue, et si l'on veut pinailler, on ne peut que regretter qu'il ne soit pas un peu plus long. Mais qu'importe, vu qu'il s'écoute en boucle avec chaque fois plus de plaisir.

Titres qui sortent du lot : Back Breaker, Deceiver, From Dust To Bone

Partagez cet article

Concernant l'auteur

Jérémie

Créateur de Beehave en 2007 avec Christelle qu'il épousera un an après, Jérémie apprécie toutes les formes du rock, surtout celles qui contiennent de la double pédale et de la saturation. Né à l'époque des pattes d'eff, il apprécie aussi tout particulièrement le glam, le thrash et le power métal, même s'il se fait chambrer à cause de ça par ceux qui sont nés dans les années 90. Et papa depuis 2015 :-)

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :