Deeday - Chrysalide

Deeday - Chrysalide
 

Aujourd'hui, un groupe français est à l'honneur, et Deeday est son nom. Je sais, ça ne sonne pas vraiment français, mais ils chantent dans la langue de Molière. Chrysalide est leur deuxième album et, traditionnellement, c'est toujours le plus critiqué d'une carrière.

Deeday - Chrysalide Première étape, le passage en revue de la pochette. Son rôle n'est pas à négliger car elle donne en quelques coups d'œil une idée du soin qui a été apporté à l'ensemble. Pochette banale imprimée sur du papier cadeau 1er prix et c'est presque à coup sûr un album en carton d'emballage. J'ai apprécié la présentation de la couverture, à l'image du titre : un homme plus qu'à genou avec des ailes de papillon dans le dos, difficile de ne pas y voir le lien avec une chrysalide. L'intérieur est plus réussi encore avec sur la première page la photo de tout le groupe, et sur chacune des pages suivantes une photo d'ensemble des tous les musiciens avec le focus fait sur un des membres. C'est juste impossible d'associer un nom avec un visage, et donc de savoir qui fait quoi. Paroles complètes et remerciements sobres viennent compléter le tout. Ca commence plutôt bien !

L'histoire de cet album est aussi celle du bassiste, Henri Chevaucherie. Bien plus âgé que ses compères, il fut un très grand bassiste de jazz voila quelques années, avant d'abandonner la musique suite à sa conversion, rejetant ce monde qu'il associait à tous les travers qu'il avait pu y expérimenter. Il a été repêché par Mathieu Bardin, le persuadant de ressortir son si bel instrument et que faire de la musique pouvait être un moyen de rendre gloire à Dieu. Cette précision était importante pour comprendre la musique, qui tire sur certains titres sur le jazz (la fin de Mystère par exemple), ou certaines intros (cf. Origine ou Train). Peut-être aussi est-il à l'origine des nombreux breaks qui inondent le cd. Et pour une fois que la basse est à l'honneur dans un album, savourons le ! Car s'il y a bien un instrument qui est négligé dans la majorité des chants, c'est celui-ci. Et de quelles belles lignes il nous gratifie dans Schizophrène Malgré Moi !

Que ceux qui n'apprécient pas le jazz se rassurent, Chrysalide est clairement un album rock, à tendance mélodique. 11 titres - pardon, 12 avec la piste cachée - agréables à écouter, avec un plaisir grandissant chaque fois. Les quatre musiciens sont très talentueux et n'ont rien à envier à leurs compères outre-Atlantique. Les morceaux sont travaillés, on peut ressentir facilement que de nombreuses heures de travail ont été nécessaires pour arriver à un résultat pareil. Les jeux de guitares sont réussis, et les deux artificiers se complètent admirablement. Quand l'un joue des power chords, l'autre joue une mélodie, le summum de l'élégance étant ces moments ou chacun joue une partie distincte mais complémentaire. J'apprécie également ces productions impeccables ou l'ont peut entendre chaque instrument sans avoir besoin de tendre l'oreille ou de trafiquer anormalement l'égalisateur de fréquences.

Pour illustrer la complexité des chants, prenons l'exemple du premier titre, A Fleur De Peau. Intro guitare, la batterie arrive doucement, puis l'intensité augmente jusqu'à l'arrivée de la voix, léger riff de guitare diminuant la puissance, se voit rejoint par une autre guitare, et un breakdown marque le passage au refrain. Un bon passage musical s'occupe de la transition entre refrain et couplet suivant, puis à mi-chant un break mélodique assez atmosphérique d'une minute trente prépare le terrain pour la fin du chant, sorte de refrain encore plus pêchu. L'influence de Muse notable sur ce titre semble perdurer sur tout l'album, et je ne serais pas surpris d'apprendre qu'Origin Of Symmetry a tourné dans les platines du groupe pendant l'écriture de Chrysalide, avec quelques galettes de Calogero. Il en résulte un mix des plus intéressants, brio mélange des deux styles surtout sans apport de clavier.

Si j'ai un reproche à faire, ce serait le rythme un peu lent du chant. Par moment il vient une certaine frustration vis à vis de cette voix qui semble ralentir le titre. Il aurait été préférable de parfois laisser les instruments s'exprimer plutôt que rajouter une partie chantée. J'aurais souhaité entendre plus souvent les magnifiques effets à deux voix de la piste bonus. Et qu'importe si c'est Mathieu qui chante les deux voix, le résultat est saisissant, cette chanson étant tout simplement somptueuse. Pourquoi l'avoir cachée ?

Techniquement, l'album présente une richesse assez peu commune dans le rock. Les titres sont variés et ne se ressemblent aucunement. Grand coup de chapeau pour la performance, je fus très agréablement surpris par la qualité d'ensemble de ce cd. Musicalement au top, il ne suffit plus que quelques améliorations vocales pour que Deeday devienne un grand groupe rock français.

Note : 8/10
Genre : Rock
Label : S2Sound
Sortie : Septembre 2006

Tags:

Partagez cet article

Concernant l'auteur

Jérémie

Créateur de Beehave en 2007 avec Christelle qu'il épousera un an après, Jérémie apprécie toutes les formes du rock, surtout celles qui contiennent de la double pédale et de la saturation. Né à l'époque des pattes d'eff, il apprécie aussi tout particulièrement le glam, le thrash et le power métal, même s'il se fait chambrer à cause de ça par ceux qui sont nés dans les années 90. Et papa depuis 2015 :-)

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :