Underoath - Survive Kaleidoscope (2008)

Underoath - Survive Kaleidoscope (2008)
 

Si Survive Kaleidoscope est un nom bien étrange pour un album, c'est qu'il possède une double identité, étant à la fois album live, et dvd ... d'un concert évidemment.

Image Commençons par nous intéresser à l'album live, qui présente une douzaine de titres dont la plupart provient de Define the Great Line, tandis que les trois derniers sont issus de son prédécesseur, They're Only Chasing Safety. Aucun nouveau titre pour mettre en appétit les fans avant la sortie en septembre 2008 de Lost in the Sound of Separation, et aucun titre plus ancien pour plaire aux fans de la première heure. Bien qu'on puisse regretter cette vision limitée de leur carrière, on se laissera convaincre par le fait qu'il s'agit quand même des meilleurs titres d'Underoath et que tous ont leur place dans ce qui constitue, finalement, une sorte de best-of.

Globalement la qualité du son est bonne, flirte avec l'excellence, et la pureté du son est telle qu'on en viendrait à oublier qu'on est en train d'écouter un album live. Entendre le public crier et exprimer son contentement entre les chants permet de se le rappeler, et cela est du autant à la qualité des ingénieurs du son qu'au groupe en lui-même. On n'entend pas de couac, les notes sont justes, le groupe est tout simplement pro et sûr de lui. Mais c'est à double tranchant. Personnellement, quand je vais voir le concert d'un groupe que j'aime énormément, il m'arrive d'être frustré quand ce dernier ne chante pas les chants exactement comme dans l'album (modification du tempo, solos différents, guitare saturée la ou elle était clean, etc.). La, il s'agit de copies presque identiques, et les interactions avec le public sont bonnes mais trop peu nombreuses. Certes, Spencer s'arrête de chanter sur You're Ever So Inviting pour laisser les fans s'égosiller à sa place, mais globalement, on n'entend pas assez ce dernier le reste du temps. Par contre, encore une fois, chapeau à l'ensemble des musiciens ! Et il faut vraiment saluer la performance des chanteurs. Si Spencer Chamberlain est logiquement à l'honneur, et c'est le minimum qu'on peut attendre d'un chanteur, celui qui s'en sort le mieux est Aaron Gillepsie, le deuxième voix. N'ayant jamais vu le groupe se produire sur scène, il me paraissait peu évident d'assurer ses parties avec autant de brio en live, tout en assurant également à la batterie. C'est chose faite, et avec brio, alors, bravo !

Un dernier mot sur ce cd. L'enchainement des chants n'est pas naturel, et on sent qu'il y a eu des coups de ciseau lors du montage. C'est dommage car souvent la dynamique créée par le chant et répercutée par le public se retrouve amputée pour être remplacée par un vide de transition. Je ne sais si c'est le groupe ou son management qui a voulu privilégier la qualité individuelle des chants plutôt que la cohésion d'ensemble, mais voila, cet album n'est pas uniquement la piste audio d'un concert complet, mais un assemblage de chants enregistrés lors de plusieurs dates aux USA.

Après avoir mis le doute dans l'esprit de certains, il me parait important de préciser que le DVD présente un seul et même concert, enregistré le 28 octobre 2007 au Electric Factory de Philadelphie. Si certains y étaient, ils pourront toujours être tentés d'acheter ce produit pour essayer de se retrouver, mais bon courage à eux, car ça va à toute vitesse ! Et si le CD était bon, le DVD est excellent ! Le jeu de scène d'Underoath est parfait, ça headbang de partout, Spencer et ses acolytes parcourent la scène de long en large sans laisser de répits au moindre centimètre carré, et les prises de vues sont parfaites. Et que dire des couleurs et des jeux de lumière ? Enregistré avec des caméras haute définition, cd DVD donne l'impression de se retrouver dans la fosse, et de savourer comme l'on fait ceux qui y étaient. Les compliments déjà écrits pour le CD prennent encore plus de sens quand le son est associé à l'image. La cerise sur le gâteau est le témoignage que donne brièvement Spencer, où il explique pourquoi Underoath existe, et que cette raison réside dans le Jésus qui l'a sauvé. Bien que ce genre de déclarations soit monnaie courantes parmi les groupes de hardcore, que ça vienne d'Underoath qui possède une grande partie de son public parmi la jeunesse séculière est d'autant plus remarquable. Un deuxième bravo à eux pour ça !

On peut se demander pourquoi il ne s'agit pas d'un produit à part, où se plaindre d'une stratégie commerciale désireuse de voir ce produit se vendre même dans les enseignes ne proposant point de DVD ... un stratagème risquant d'avoir comme conséquence l'effet inverse : certains vont considérer ce produit comme un DVD bonus inutile, alors qu'il s'agit totalement de l'inverse ! Ce concert est le principal attrait du combo CD / DVD et serait mieux installé dans une vidéothèque que dans une discothèque. A recommander à tous !

 

Acheter cet album sur notre boutique

Tags:

Partagez cet article

Concernant l'auteur

Jérémie

Créateur de Beehave en 2007 avec Christelle qu'il épousera un an après, Jérémie apprécie toutes les formes du rock, surtout celles qui contiennent de la double pédale et de la saturation. Né à l'époque des pattes d'eff, il apprécie aussi tout particulièrement le glam, le thrash et le power métal, même s'il se fait chambrer à cause de ça par ceux qui sont nés dans les années 90. Et papa depuis 2015 :-)

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :