Becoming The Archetype - Dichotomy

Becoming The Archetype - Dichotomy
 

Le troisième album de Becoming The Archetype se devait d'être aussi créatif que les deux premiers, tout en étant musicalement excellent. La barre étant placée très haute, le retour du guitariste Jon Star et l’arrivée du batteur Brandon Lopez réussiront-ils à imposer Dichotomy comme le meilleur album métal de l’année ?

Bechoming The Archetype - DichotomyLa surprise commence dès le premier morceau. Loin de la furie attendue, une intro aux sonorités éléctro déconcertantes accueille l’auditeur alors qu’il l’aurait plus attendue en fin d’album. Qu’à cela ne tienne, cela fait une entrée en matière pas trop brutale tout en mettant l'eau à la bouche, d’autant qu’après écoute du reste de l’album et notamment du dernier chant, ce choix s’avère être fortement justifié.

La présence du clavier se fait ressentir d’entrée, instrument utilisé à multiples reprises et de façon plus sophistiquée que pour produire de simples accords d’ambiance. Cela apporte une texture supplémentaire à l'album, aussi agréable qu’inattendue, telle une cerise sur le gâteau. Autre constatation, la présence de voix claires. Alors qu’on aurait pu s’attendre à les voir disparaître avec le départ d’Alex Kenis, elles sont toujours la, certaines étant l’œuvre d’un invité de choix, à savoir Ryan Clark (Demon Hunter). La même constatation est valable pour les excellents solos de guitare, toujours fidèles au poste pour notre plus grand bonheur.

Et quelle puissance de voix ! A décoiffer un chauve et effrayer un ours ! Mais comment fait Jason Wisdom ? Sa performance est si exceptionnelle qu’on en reste sans voix ... on en redemande ! C'est vraiment un album qui procure des sensations fortes, des montées d'adrénaline. Seule la ballade acoustique St Annes Lullaby permet de marquer une pause parmi tous ces morceaux puissamment orchestrés, afin de laisser oreilles et voisins se reposer quelques instants.

Ce moment de béatitude sera vite balayé par l’arrivée d’un clavecin et d’un orgue, à l’œuvre lors de l’introduction de Ransom. Les frissons dans le dos reviennent et c'est reparti ! Voix tonitruante, grosse double pédale, puissants riffs, solos ... tout y est. Côté batterie Brandon Lopez ne déçoit pas, et le petit nouveau est parfaitement au niveau du groupe. Son jeu riche et varié sans être décalé du style de la musique, et la bonne utilisation qu’il fait de son instrument apportent puissance et intensité : un vrai régal !

A l’instar de la musique, les paroles sont dans la même lignée. Chaque chanson apporte une réflexion intéressante, ainsi qu’on peut en trouver sur le chant éponyme Dichotomy : « They sewed their own eyes shut, To protect them from the light, Closed the doorway of their minds, Barred and sealed it tight, Their foolish hearts were darkened » (Ils ont cousus leurs yeux fermés, pour se protéger de la lumière, fermé la porte de leurs esprits, barricadés et bien scellés, leurs cœurs insensés se sont obscurcis), « Worshiped creature rather than creator » (adorés la créature au lieu du créateur)/. Artificial immortality, explique que l'on fait la quête d'une immortalité matérielle, au lieu de chercher celle spirituelle, la plus importante. C'est un vrai plaisir de lire les paroles, inspirées de la Bible, et la réflexion apportée est excellente.

Le Cd termine avec Deep Heaven contenant une description de la grandeur de Dieu : « He pulls down the sky, to crush His enemies, He descends upon them with fire » (Il est descendu du ciel, pour écraser Ses ennemis, Il est descendu sur eux avec du feu), « His voice resounds throughout the earth, His vengeance no longer is contained, His light destroys the darkness » (Sa voix résonne sur toute la terre, Sa vengeance n'est plus contenue, Sa lumière détruit les ténèbres) et par un puissant « Alléluia », faisant écho à celui chanté dans le premier titre.

Avant de conclure, prenons un instant pour admirer la pochette signée Kristian Wahlin, il y a là de quoi donner envie de refaire la déco de son logement.

On peut écouter cet album, on ne s'en lassera jamais. Sa richesse est telle que chaque nouvelle écoute met en lumière de nouveaux éléments, de nouveaux frissons de plaisirs. Difficile de le décrire parfaitement en quelques lignes tant il regorge de surprises. A posséder absolument.

 

Acheter cet album sur notre boutique .

Partagez cet article

Concernant l'auteur

Valentin

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :