Red - Innocence & Instinct

Red - Innocence & Instinct
 

Avec la sortie de End Of Silence en 2006, il semblait universellement accepté que Red était un clône de Linkin Park - chrétien de surcroit, sorte d'irréductible amateur d'un genre sur le déclin voulant redonner au nu-métal ses lettres de noblesse. L'idée était louable et le résultat plus qu'encourageant, la force des compositions résidant sur la puissance des refrains et l'émotion de certains titres. Près de trois années après, Red revient avec Innocence & Instincts.

Pochette de l'album Red - Innocence & InstinctUne première écoute permet de parvenir à la conclusion qu'en apparence, rien n'a changé. Les fans de la première heure s'approprieront immédiatement l'album tant les premières notes de Fight Inside font écho à Already Over, issu de End Of Silence. Le son est le même et, précision qui pourra en intéresser plus d'un, les membres du groupe également. De fait, les schémas du premier album se retrouvent dans ce nouvel opus, et il est légitime de penser qu'Innocence & Instinct se présente alors comme un successeur digne et fidèle de EOS.

Et c'est une bonne nouvelle pour tous ceux qui se sont inquiétés en découvrant la vidéo de Death Of Me. Pourquoi ce chant a été sélectionné comme premier single est longtemps resté pour moi une énigme, tant ce titre est loin d'être le meilleur de l'album. Puis à force de persévérance, il a bien fallu me rendre à l'évidence que c'est son côté dynamique qui lui a valu cet honneur. Pourtant, certaines textures sonores à la limite de la dissonnance font que lui et son suivant Fight Inside ressemblent plus à des b-sides de End Of Silence ajoutés en début d'Innocence & Instincts comme pour servir de liant entre les deux albums.

Ce début délicat ne doit pas pour autant être rhédibitoire, car les choses sérieuses commencent avec Mistery Of You. Immédiatement on sent un changement de direction dans l'approche musicale. Les différentes parties du chant forment un ensemble cohérent, mais ce n'est réellement qu'avec Start Again qu'on peut officiellement présenter le nouveau Red. Ce titre n'aurait pu porter un nom plus adapté tant il illustre le renouveau du groupe. L'intro est magnifique, le chant est dans la même lignée et s'appuie sur une des forces du groupe, l'intensité se dégageant des moments calmes. "Can We Start Again?" (Pouvons-nous recommencer à zéro) se demande le chanteur, répondant à l'auditeur que Dieu est toujours prêt à nous donner une nouvelle chance. Les instruments à cordes sont omniprésents, majestueusement secondés par un piano élargissant le spectre musical avec justesse. L'intro acoustique de Never Be The Same contraste avec son précédent tout en restant dans le même registre. Il est également le plus commercial de l'album, ce qui pourrait signifier une présence sur les ondes radio conséquente. Confession parvient à mélanger un son hard rock avec des violons, ce qui est évidemment la signature du groupe, tandis que Shadow rajoute une couche avec une intro lourde à souhait, ouvrant la voie à un chant très bien construit, alternant à merveille différentes intensités. Une grande réussite pour une ballade puissante. La bonne surprise de l'album est assurément Ordinary World. Cette reprise de Duran Duran reste fidèle à la version originale tout en permettant à Red de se l'approprier, à grands renforts d'instruments à cordes et de grosses guitares. Ce chant est mon préféré de l'album, autant parce que j'aimais déjà le chant que par la qualité de la reprise de Red. C'est celui qui permet au groupe de faire ressortir au mieux ses capacités techniques et mélodiques, mais qui, par conséquence immédiate, fait ressortir le principal problème de cet album :
le manque d'originalités de ses compositions. Ce n'est jamais une bonne nouvelle quand le meilleur titre d'un album est une reprise, et Innocence & Instinct ne déroge pas à la règle. Trop polissé, au son trop travaillé, il lui manque la spontanéité qui se dégageait de End Of Silence. Absentes également les grandes ballades qui ont fait la force de ce premier album, malgré la présence de Take It All Away venant conclure la version standard.

Le deuxième album est toujours le plus dur à réussir, et malgré plusieurs bons titres, cet opus ne surpasse pas son prédécesseur. Red aura probablement mis trop de temps à le sortir, et s'il a des chances de combler une majorité de fans, ceux qui ne connaissent pas encore le groupe seront plus avisés de le découvrir avec End Of Silence.

 

Achetez cet album sur notre boutique.

Tags:

Partagez cet article

Concernant l'auteur

Jérémie

Créateur de Beehave en 2007 avec Christelle qu'il épousera un an après, Jérémie apprécie toutes les formes du rock, surtout celles qui contiennent de la double pédale et de la saturation. Né à l'époque des pattes d'eff, il apprécie aussi tout particulièrement le glam, le thrash et le power métal, même s'il se fait chambrer à cause de ça par ceux qui sont nés dans les années 90. Et papa depuis 2015 :-)

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :