Before There Was Rosalyn - The Führer: An Allegory of a History of Deception

Before There Was Rosalyn - The Führer: An Allegory of a History of Deception
 

Premier album chez Victory Records, Before There Was Rosalyn continue sur sa lancée en proposant globalement la même chose que son précédent EP, un album difficile à appréhender mais qui se révèle léthal sur la distance.

before_there_was_rosalyn_-_the_fuhrer_-_an_allegory_of_a_history_of_deceptionDeux années après avoir sorti As Far As The Moon From The Sun, voici le groupe signé chez Victory Records (Comeback Kids, Between the Buried and Me, Emmure) et de retour avec une sorte de concept album sur fond de totalitarisme et au titre faisant référence à une période noire de l'histoire de l'Europe. Première impression, la pochette. Une des plus belles de l'année, avec son ambiance apocalyptique renforçant le côté énigmatique - et désirable - de l'oeuvre. Le rendu visuel fait mouche, terrifiant si l'on laisse son imagination fonctionner, et reflète bien les idées nauséabondes que l'album dénonce. Deuxièmement, le sujet. Comme son nom l'indique, il s'agit d'une leçon de vie utilisant les symbolismes que l'histoire de l'humanité a de plus détestable pour parvenir à la conclusion que la seule solution à ce non-sens est de se tourner vers Dieu.

Question : l'aspect musical sera-t-il à la hauteur du projet ? J'ignore s'il s'agit d'une volonté du groupe, mais tout comme il y eut deux guerres mondiales, tout comme l'histoire en générale est faite de moments douloureux suivis de moments dont on aime carresser le souvenir, The Führer: An Allegory of a History of Deception commence de manière laborieuse et nécessite un acharnement pour arriver à dépasser l'âge de l'adolescence et vivre une vie adulte réussie. Le principal problème de la première partie du disque réside dans la profusion de mauvais choix  : changements de rythmes suspects (The Dustwalker)  perturbant l'intensité précédemment établie, chant clair mal exécuté donnant envie de changer de piste rapidement (The Architect, The Deceiver). Il faudra alors user de persévérance pour arriver à l'éden musical, dont les portes se trouvent au niveau de The Belladonnamyth. A partir de la toutes c'est une toute autre histoire qui commence (autant musicale que lyrique), les voix claires passent bien, les rythmes s'alternent en harmonie, et l'album devient un plaisir. Signe d'un changement de direction, le groupe se permet même le luxe de faire une reprise du chant I Could Sing Of Your Love Forever de Delirious? en version évidemment métal sur The Prophet, et enchaine sur The Revealer avec une version - classique cette fois - de l'hymne How Great Is Our God. Magnifique. L'album se termine avec The Deliverer sur lequel Dallas Taylor viendra apporter sa touche personnelle southern.

The Führer: An Allegory of a History of Deception est une réussite qui commence difficilement, qui demande de s'accrocher sur ses quatre premier titres, et qui remercie les auditeurs fidèles par un final superbe.

 

Informations complémentaires : Label : Victory Records
Durée : 45:07 (11 pistes)
Sortie : 26 Octobre 2009
Genre : Métalcore

Liste des titres :
1. The Architect (3:29)
2. The Dustwalker (2:51)
3. The Deceiver (3:02)
4. The Adversary (2:43)
5. The Belladonnamyth (4:54)
6. Der Weibliche Führer (4:55)
7. Der Männliche Führer (3:20)
8. The Warrior (3:00)
9. The Prophet (7:00)
10. The Revealer (5:47)
11. The Deliverer (4:06)

Membres du groupe :
Carlos Salazar
Trent Gibson
Greg Sanzo
Mark Bolling
Jeremy Wurts

Sur internet :
http://www.myspace.com/beforetherewasrosalyn

Acheter l'album :
Boutique Beehave

 

Partagez cet article

Concernant l'auteur

Jérémie

Créateur de Beehave en 2007 avec Christelle qu'il épousera un an après, Jérémie apprécie toutes les formes du rock, surtout celles qui contiennent de la double pédale et de la saturation. Né à l'époque des pattes d'eff, il apprécie aussi tout particulièrement le glam, le thrash et le power métal, même s'il se fait chambrer à cause de ça par ceux qui sont nés dans les années 90. Et papa depuis 2015 :-)

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :