×

Avertissement

JFolder::files : le chemin n'est pas un répertoire. Chemin : /home/clients/5a0ced45902103008ecebc8f850c4101/web/images/pochettes/underoath_liveatkokoartwork
×

Annonce

There was a problem rendering your image gallery. Please make sure that the folder you are using in the Simple Image Gallery plugin tags exists and contains valid image files. The plugin could not locate the folder: images/pochettes/underoath_liveatkokoartwork

Underoath - Live at Koko (2010)

Underoath - Live at Koko (2010)
 
Live at Koko s’est tellement bien vendu aux USA que 2 jours après sa mise en vente sur le shop américain du groupe, il n’était plus en stock. Pourtant, ce n’était pas un album très attendu et pour cause, il n’a pas eu la promotion habituellement réservée aux albums d’Underoath (c'est à dire : aucune).
underoath_-_live_at_kokoRésultat de la prestation d’Underoath à Londres le 11 mars 2010, il immortalise la première date d’une tournée européenne qui décidément innove en intégrant la Russie au parcours. C’est également l’occasion pour Aaron Gillespie, le chanteur/batteur de faire ses adieux au groupe et à ses fans. L’opus est composé de 2 CDs pour seulement 14 morceaux. La pochette a été, tout comme les 2 DVD et le dernier album, réalisée par le graphiste Jordan Butcher. Enregistré et mixé par Will Shapland (c’est lui qui a enregistré et mixé le DVD du live de Depeche Mode à Milan) pour Abbey Road Live*, l’album a été disponible pour les spectateurs dès la fin du show. La sortie aux Etats-Unis était différée de la sortie européenne et l’opus s’est vendu comme des petits pains malgré l’absence totale de communication sur cet événement.

Malgré l’absence de nouveauté, l’intérêt de ce deuxième album live réside dans le fait qu’on a une réelle impression d’assister au concert. Spencer Chamberlain, le chanteur, partage pas mal avec le public et çà n’a pas été coupé au montage. Ainsi, il révèle l’activité du groupe durant les mois de silence précédent de concert : on s’en doutait, la préparation de leur prochain album ! Globalement le son n’est certes pas d’une grande qualité mais on peut saluer les efforts du groupe pour fournir sur scène une qualité digne des albums. Car rien n’est laissé au hasard : la prestation sur scène ressemble aux albums, ce qui se laisse certainement apprécier par le spectateur dans la fosse. Le groupe montre un goût prononcé pour la perfection et çà s’entend, surtout pour l’entrée du morceau Anyone Can Dig A Hole But It Takes A Real Man To Call It Home, qui est saisissante de synchronisation. Le chanteur a beau répéter à plusieurs reprises au public qu’il n’est pas au meilleur de sa forme, je dois dire que son aisance sur scène transparait.

L’initiative a donc du plaire de pouvoir repartir du concert avec le meilleur des souvenirs en poche : l’album du concert ! Mais çà n’a pas que des avantages. Ils ont beau dire sur leur site que l’enregistrement a été effectué par des professionnels, je n’ai pas apprécié la qualité du son qui donne trop de force aux sons venant de la foule et au leader vocal, au détriment des autres sons et du second chanteur. Ce dernier a une voix d’ailleurs plus énergique et saccadée que sur les albums. Pas étonnant lorsqu’on sait qu’il joue à la batterie tout en chantant.

Ce n’est qu’au bout de plusieurs écoutes que j’ai fini par apprécier ce double album. Je dirais donc que cet album ne peut pas constituer un bonne entrée en matière pour qui souhaite découvrir Underoath car c’est passer à côté d’une qualité toujours soignée des autres albums du groupe. Vous savez donc quoi faire : ruez-vous sur leurs albums et allez les voir en concert si vous en avez la chance !

* Abbey Road Live Series est une série d’enregistrements de concerts live fait par des professionnels. voir le site.

Informations complémentaires : Label : Tooth & Nail Recsords et Solidstate Records
Durée :  64:40 (14 pistes)
Sortie : 11 Mars 2010
Genre : Hardcore - Screamo - Rock - Metal

Liste des titres :
CD 01
1. The Only Survivor Was Miraculously Unharmed (4:23) (Lost in the Sound of Separation)
2. In Regards To Myself (3:21) (Define the Great Line & Survive Kaleidoscope)
3. Emergency Broadcast The End Is Near (6:51) (Lost in the Sound of Separation)
4. Young And Aspiring (3:10) (They’re Only Chasing Safety & Survive Kaleidoscope)
5. We Are The Involuntary (5:39) (Lost in the Sound of Separation)
6. Anyone Can Dig A Hole But It Takes A Real Man To Call It Home (3:31) (Lost in the Sound of Separation)
7. Casting Such A Thin Shadow (6:05) (Define The Great Line & Survive Kaleidoscope)
8. You're Ever So Inviting (4:51) (Define The Great Line & Survive Kaleidoscope)
CD 02
1. Breathing In A New Mentality (3:13) (Lost in the Sound of Separation)
2. A Moment Suspended In Time (5:38) (Define The Great Line & Survive Kaleidoscope)
3. Desperate Times Desperate Measures (5:42) (Lost in the Sound of Separation)
4. Too Bright To See Too Loud To Hear (5:55) (Lost in the Sound of Separation)
5. It's Dangerous Business Walking Out Your Front Door (3:59) (They're Only Chasing Safety & Survive Kaleidoscope)
6. Writing On The Walls (5:02) (Define The Great Line & Survive Kaleidoscope)

Sur internet :
site - myspace - purevolume - facebook - youtube - flickr - site UK

Image de la pochette : Jordan Butcher
{gallery}pochettes/underoath_liveatkokoartwork{/gallery}

 


Tags:

Partagez cet article

Concernant l'auteur

Rachel

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :