Overcome - The Great Campaign Of Sabotage (2011)

Overcome - The Great Campaign Of Sabotage (2011)
 

Le retour des légendes du spirit-filled hardcore ! Overcome revient après dix années de silence avec The Great Campaign Of Sabotage, qui sort le 1er février chez Facedown.

Overcome - The Great Campaign Of Sabotage (2011)J'avoue, je ne connaissais pas ce groupe et fut surpris de recevoir l'album par leur label. Mais les surprises, c'est comme les boites de chocolat de Forrest Gump, on ne sait jamais sur quoi on va tomber. Recherche rapide : le groupe s'est formé il y a plus de vingt ans, a participé à l'essor de Facedown, mais n'a pas sorti d'album depuis une décennie complète. The Great Campaign Of Sabotage représente donc le retour d'un groupe qui n'a pourtant même pas de page wikipedia anglaise (ouch).

L’album commence avec une intro mielleuse à souhait en la forme d'une guitare acoustique secondée d'un violoncelle. Le genre d'intro bien décalée qui ennuie tant elle n'apporte rien et donne envie de rapidement zapper sur la deuxième piste. Sans transition, et rendant la première piste encore plus désagréable, arrive Reverence Part 2 qui annonce la couleur dès les premiers coups de tambour : punk un jour, punk toujours. Ca tape, les guitares riffent à mort et le chanteur gueule bien fort dans un micro semblant d'époque tant on ne comprend rien à ce qui est chanté. Pas de doute, les mecs d'Overcome font comme si on était toujours dans les 90s, même si ne subsiste que de cette période de gloire que le chanteur. Le tout est servi avec des riffs agressifs, mais pas dans le bon sens : en abusant de riffs aigus qu'on retrouve sur le chaotique de The Chariot, en les rendant dissonant en permanence, écouter l'album d'une traite tient de l'exploit. Ou de la torture.

N'ayant jamais entendu (parler de) ce groupe auparavant, j'ignore s'il s'agit d'une évolution de leur son, même si la communication officielle annonce une nouvelle ère pour le groupe. Mais il parait que c'était déjà le cas avec les albums précédents du groupe, donc il doit bien y en avoir un public pour ce genre de bruit. Ce qui n'est pas mon cas, et me fait conseiller cet album à ceux qui ont survécu à l'écoute de leurs précédentes galettes, qui ont grandi à côté d'une autoroute, ou à proximité d'une scierie. Si tu n'es pas dans ce cas, ami auditeur,  passe ton chemin : cet album porte trop bien son nom.

Informations complémentaires : Label : Facedown Records
Durée : 35:45 (12 titres)
Sortie : 1 Février 2011
Genre : Hardcore

Liste des titres :
01. Intro
02. Reverence Part 2
03. Body of Death
04. Profession
05. Alone In a Crowd
06. The Breath of He Who Kills
07. Seeker Sensitive
08. Amnesty
09. Clemency
10. Lifting the Weak
11. Campaign of Sabotage
12. Outro

Sur internet :
Myspace - Facebook

Acheter l'album :
Boutique Beehave

 

Tags:

Partagez cet article

Concernant l'auteur

Jérémie

Créateur de Beehave en 2007 avec Christelle qu'il épousera un an après, Jérémie apprécie toutes les formes du rock, surtout celles qui contiennent de la double pédale et de la saturation. Né à l'époque des pattes d'eff, il apprécie aussi tout particulièrement le glam, le thrash et le power métal, même s'il se fait chambrer à cause de ça par ceux qui sont nés dans les années 90. Et papa depuis 2015 :-)

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :