Oh, Sleeper - Children Of Fire (2011)

Oh, Sleeper - Children Of Fire (2011)
 

Il est coutume de dire que quand on aime, on ne compte pas. Du coup, impossible de dire le nombre de fois ou j'ai écouté Children Of Fire, le troisième LP d'Oh, Sleeper.

Oh Sleeper - Children Of Fire (2011)Suffisamment pour te le dire à toi, cher ami lecteur, que Children Of Fire est un très sérieux candidat au titre d'album de l'année. Oui, il reste encore du temps avant la fin de l'année, oui il reste encore de nombreux albums attendus pour la fin de l'année, oui, il est dans une lutte acharnée avec Dead Throne de TDWP, mais la barre a été placée tellement haute avec cette réalisation du groupe de métalcore américain qu'une place sur le podium final lui est assurée. Et la couronne lui tend les bras.

Car Children Of Fire fait partie de cette liste réduite d'albums capable de plaire dès la première écoute, et d'arriver à suffisamment captiver l'auditeur pour lui donner envie d'être écouté à nouveau, encore et encore.

Cette prouesse est réalisée avec une recette simple et aucunement secrète : maintenir un niveau de qualité élevé, avoir des musiciens brillants, des chanteurs doués, et des compositeurs capables de varier les plaisirs pour éviter la répétitivité des titres, plongeant l'auditeur dans un ennui fatal. Pour cela, Oh, Sleeper a tapé dans tout ce que le métalcore a de mieux à proposer.

Et frappe fort d'entrée. Le premier titre, Endseekers, a tout du rouleau compresseur sans pitié. S'en suit Shed Your Soul, qui aurait pu être écrit par The Chariot, et The Marriage Of Steel And Skin qui met en évidence le travail des trois guitaristes de manière impressionnante. Ceux qui ont apprécié les deux précédents albums du groupe ne seront pas dépaysés, la signature sonore emmenée par les leads de Shane Blay et les riffs incessants de ses deux comparses est toujours présente. Un entrée en matière tonitruante, sombre et agressive qui voit les musiciens bourriner pendant trois chants, pour ensuite s'adoucir progressivement.

Et quand ils veulent être mélodieux, les américains ne font pas semblants. C'est carrément mielleux sur l'intro de Hush Yael, et complètement acoustique sur son suivant, The Conscience Speaks, tout comme Means To Believe, tous deux sans scream, calmes, presque superflus, mais donnant une toute autre dimension à l'album. Si ces chants peuvent effrayer - voire rebuter - les amateurs de marteau piqueur, qu'ils se rassurent : quand Oh, Sleeper remonte le tempo en même temps que les décibels, ils le font avec une intensité que d'autres groupes ne peuvent que rêver d'atteindre.

L'album se termine comme il a commencé, en apothéose, avec l'éponyme Children Of Fire qui résume à lui seul l'album : grandiose, épique, majestueux. Et qui conclut également l'histoire racontée sur l'album, qui se résume ainsi : Satan et Dieu ont disparu suite à la bataille finale (dernier chant de leur précédent album), l'humanité verse dans le chaos, un homme d'église zélé se sent trahit, tandis que sa fille athée ayant assisté à la lutte entre Dieu et Satan se rend compte qu'elle avait tort.

En combinant toutes les forces du métalcore dans un ensemble varié mais cohérent, et en prouvant que le chant clair avait sa place quand il était bien exécuté, Oh, Sleeper frappe un grand coup avec ce Children Of Fire, un album que tous les fans du groupe et du genre se doivent de posséder.

 

Informations complémentaires : Label : Solid State Records
Durée : 36:28 (12 titres)
Sortie : Septembre 2011
Genre : Métalcore

Liste des titres :
1. Endseekers
2. Shed Your Soul
3. The Marriage of Steel and Skin
4. Hush Yael
5. The Conscience Speaks
6. Dealers of Fame
7. Means To Believe
8. In The Wake of Pigs
9. Claws of a God
10. The Family Ruin
11. Chewing The Stitch
12. Children of Fire

Membres du groupe :
Shane Blay (lead guitare, voix claire), James Erwin (guitare rythmique), Zac Mayfield (batterie), Nate Grady (basse), et Micah Kinard (voix)

Sur internet :
http://www.facebook.com/ohsleeper

Acheter l'album :
Boutique Beehave

 

Tags:

Partagez cet article

Concernant l'auteur

Jérémie

Créateur de Beehave en 2007 avec Christelle qu'il épousera un an après, Jérémie apprécie toutes les formes du rock, surtout celles qui contiennent de la double pédale et de la saturation. Né à l'époque des pattes d'eff, il apprécie aussi tout particulièrement le glam, le thrash et le power métal, même s'il se fait chambrer à cause de ça par ceux qui sont nés dans les années 90. Et papa depuis 2015 :-)

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :