A Plea For Purging - The Life And Death Of A Plea For Purging

A Plea For Purging - The Life And Death Of A Plea For Purging
 

Avec A Plea For Purging, normalement on sait à quoi s'attendre. Le son de guitare n'a pas changé depuis longtemps et donne son identité sonore au groupe, et la voix du chanteur est également égale. Mais malgré les constantes, cet album n'est pas comme les autres sortis par le groupe.

The Life_And_Death_Of_A_Plea_For_PurgingThe Life And Death Of A Plea For PurgingPar contre ce qui change, ce sont les chants. Avec leur dernière réalisation, on passe à quelque chose de complètement travaillé, avec une esthétique assez nouvelle. On a l'impression qu'au moment de son écriture, le groupe est passé par une période délicate qu'ils ont voulu faire transparaitre dans leur musique. Cet album est décomposé en trois sections, toutes séparées par des interludes quasi identiques. Ces interludes créent une ambiance assez particulière et teintée de nostalgie, voire de dépression. D'autant que ces interludes viennent se glisser dans certains chants (Skin & Bones, A Fight For Peace, The Setting Sun) ... Et ce n'est pas étonnant de constater que l'album s'intitule "The Life And Death Of A Plea For Purging" (la vie et la mort d'APFP), et on peut carrément se demander si ce titre n'est pas une réalité, ou du moins ce qui aurait pu être une réalité. Alors, album autobiographique, voire même sorte de chant du cygne ? 

Après la critique de la chrétienté sur le précédent opus, place à l'introspection. Et visiblement, tout ne s'est pas fait sans douleur. 

Contrairement aux trois précédents albums du groupe, on n'est pas dans le bourinage permanent, au contraire musique et instruments sont bien plus calmes. A l'exception de quelques titres dont le single et la vidéo qui l'accompagne, mais la encore l'empreinte sonore possède cette pointe d'émotion et de lenteur qu'on ne trouvait pas auparavant chez le groupe. Et c'est bien la ce qui surprend, cette différence par rapport aux précédentes galettes du groupe. Déjà que l'album précédent n'était pas aussi bon que les deux premiers ... Peut-être sommes-nous a un tournant pour ce groupe définitivement original, et bien que la folie soit toujours présente par moment, peut-être les lascars se sont assagis. Peut-être tout simplement que cet album ne fait que traduire une certaine maturité enfin trouvée par les américains.

Quoi qu'il en soit, c'est l'album le plus complet servi par le groupe, qui avait peut-être besoin de passer à un quartet pour passer à une autre étape de leur carrière. Mais l'avenir nous dira si un nouvel album paraitra.

Partagez cet article

Concernant l'auteur

Jérémie

Créateur de Beehave en 2007 avec Christelle qu'il épousera un an après, Jérémie apprécie toutes les formes du rock, surtout celles qui contiennent de la double pédale et de la saturation. Né à l'époque des pattes d'eff, il apprécie aussi tout particulièrement le glam, le thrash et le power métal, même s'il se fait chambrer à cause de ça par ceux qui sont nés dans les années 90. Et papa depuis 2015 :-)

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :