Killswitch Engage - Disarm The Discent

Killswitch Engage - Disarm The Discent
 

Jesse Leach est de retour dans Killswitch Engage, et le groupe vient de sortir son nouvel album, Disarm The Discent, sorti chez Road Runner. Un album globalement à la hauteur de l'anticipation qu'il a généré, malgré quelques défauts.

Killswitch-Engage-Disarm-the-Descent-SmallLorsque Killswitch Engage a annoncé le départ de son chanteur Howard Jones en janvier 2012, les innombrables fans du groupe ont eu comme un sentiment de déjà-vu. Ce n'est pas comme si c'était la première fois que leur groupe préféré se retrouvait sans chanteur, pareille mésaventure leur étant arrivée il y a dix années de cela lorsque Jesse Leach les avait quittés après la sortie de l'excellent Alive Or Just Breathing. Ce même Jesse Leach qui fonda avec Adam D le groupe Times Of Grace pour sortir le tout aussi satisfaisant The Hymn Of A Broken Man en 2011. La route était toute tracée pour un retour du fils prodigue au sein de la formation américaine, et même s'il dû comme un quidam moyen passer par une audition devant ses anciens frères d'armes, c'est avec plaisir et enthousiasme que l'opération fut annoncée, en même temps que cet album, sorti en début de mois.

Mais renouer avec son passé n'est pas forcément synonyme de qualité automatique. Si Jesse a du refaire ses preuves devant ses partenaires, c'est le groupe entier qui doit faire ses preuves devant son public, avec la sortie de ce Disarm The Descent sorti le 2 avril chez Roadrunner Records. Quand je l'ai reçu, j'étais à un point où le métalcore m'ennuyait, avec tous ces albums insipides et peu inspirtés reçus dernièrement. La première écoute s'est avérée cruciale, comme souvent, et instantanément le courant est passé. Car bien que différent de ce que le groupe a sorti à ses débuts, cet album m'a rappelé pourquoi j'ai apprécié cette musique quand je l'ai entendue pour la première fois il y a près de quinze ans. Que même si le genre à fortement évolué depuis ses débuts, que c'est toujours un genre qui peut produire de bons albums.

Mais pour arriver à ce résultat, KsE a évité, justement, de tomber dans le piège du souvenir, et on est plus dans la continuité de ce que Jesse et Adam avaient fait avec Times Of Grace. A savoir, une alternance entre une hyper aggresivité et des passages mélodieux. Ainsi, quand l'album commence par une aggression caractérisée d'un instrument appelé batterie, bien aidé par un abus de guitares et soutenus par la voix aggressive de Jesse, et quand tout laisse la place à un refrain mielleux mais efficace, il est difficile de ne pas apprécier. Même si la formule à tendance à s'épuiser sur la longueur. Mais l'album s'écoute d'une traite avec le plaisir de retrouver Killswitch Engage avec un Jesse retrouvé.

 

Partagez cet article

Concernant l'auteur

Jérémie

Créateur de Beehave en 2007 avec Christelle qu'il épousera un an après, Jérémie apprécie toutes les formes du rock, surtout celles qui contiennent de la double pédale et de la saturation. Né à l'époque des pattes d'eff, il apprécie aussi tout particulièrement le glam, le thrash et le power métal, même s'il se fait chambrer à cause de ça par ceux qui sont nés dans les années 90. Et papa depuis 2015 :-)

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :