Extol - Extol

Extol - Extol
 

 

Il me manque des superlatifs... Voilà quelques jours que cet album tourne chez moi et j'en redemande toujours plus. Vous savez, cette impression que vous avez sur chaque écoute de découvrir un nouveau truc, des détails que vous n'aviez pas entendu ou même un sentiment enveloppant qui se renouvelle systématiquement. Ce cinquième album, c'est du Extol à 200%. Ça ne ressemble à rien d'autre, ça ne ressemble pas non plus à l'album précédent (Blueprint Dives), pas plus qu'aux autres, c'est hyper riche dans les compos et terriblement propre. Quelle technicité, quel sens du renouveau, une précision chirurgicale sur tous les morceaux... Allez, j'arrête de baver et je vous parle un peu plus de ce qu'on y trouve.

extol-10Je ne vous ferais pas l'affront de vous présenter le groupe, si vous ne connaissez pas, honte à vous et votre famille jusqu'à la dixième génération ! Ces norvégiens ont eu un parcours plutôt compliquer sur leurs 20 ans d'existence (!!!) et le groupe a tenu tant bien que mal jusqu'en 2007 où ils annoncent cette fois qu'ils se séparent. Des vagues de suicides collectifs, des populations entières décimées sur ce simple fait, la vie de beaucoup de gens avait perdu toute sa saveur et les fans ne pouvaient se remettre d'une telle nouvelle. En 2012, c'est l'euphorie générale quand le groupe renaît de ses cendres et annonce la sortie d'un futur album. Le groupe est alors constitué de Peter Espevoll au chant, de David Husvik à la batterie (et chant) et de Ole Børud pour tout le reste (guitare, basse, chant) !

Pour tenter de qualifier leur musique c'est un peu compliquer. On pourrait s'aventurer vers un "Death mélodique progressif", de toute façon Extol c'est Extol ! L'album commence fort avec deux morceaux ultras efficaces, un "Betrayal" lance le sujet. Les ténèbres débarquent, ça tape fort, un son lourd et bien compressé et d'un coup on se prend le refrain en pleine gueule. La ligne de guitare devient précise et légère sur un chant clair pour subitement repartir dans un gros hachoir qui ne laissera rien debout. On poursuit sur "Open The Gates" avec des cœurs très présents, c'est le morceau qu'ils ont sorti en single il y a quelques semaines pour nous faire baver d'impatience. C'est à coup sur un des bijoux de cet album avec une thématique bien plus "white" que le morceau précédent.

Tout l'album reste dans cette qualité à l'exception du morceau instru un peu parachuté au milieu du reste. On retiendra également deux autres morceaux absolument gigantesques. "Ministers", le seul sans chant clair, et "Extol" qui est pour moi une sorte d'aboutissement de l'album et même du travail du groupe depuis tant d'années : "Until the day I take my last breath. My soul will praise the Lord, and everything within me. Extol His holy name". Vous l'aurez constaté, les textes ne font pas dans la dentelle, le message est clair. On a plusieurs morceaux de louange, quelques prières et d'autres morceaux parlant de la relation entre un enfant de Dieu et son Créateur.

Vous voilà prévenu, c'est l'album de l'année 2013 à coup sur dans le petit monde du white, j'y mets les deux mains et le reste ! Je dois bien ajouter quelques doléances pour équilibrer la balance, mais c'est vraiment pour éviter d'être taxé de partie pris. Évidemment, dix morceaux dont un intru pas top, ça fait trop court quand on a tant de plaisir à écouter ce disque, mais c'est probablement le prix de la qualité. Le deuxième point est strictement personnel, je ne suis pas un grand fan de chant clair et l'album en est truffé. Il se trouve qu'Extol est un des rares groupes a faire ça bien et même très bien (vous voyez, il n'y a pas de partie pris...) mais ça fait quand même beaucoup. Ce sentiment a tendance à s'estomper après plusieurs écoutes et je me surprends à apprécier ces passages plus softs qui permettent de mettre en relief tout le reste.

Pour finir, toi, fan de white, cours vite chez ton disquaire ! Et toi hérétique, mécréant, Dieu a tant aimé le monde qu'il a donne son fils et créé Extol !

 

Informations complémentaires :Label : Facedown
Durée : 46:24 (10 titres)
Sortie : 21 juin 2013
Genre: Death progressif

Liste des titres:

  1. Betrayal
  2. Open the Gates
  3. Wastelands
  4. A Gift Beyond Human Reach
  5. Faltering Moves
  6. Behold the Sun
  7. Dawn of Redemption
  8. Ministers
  9. Extol
  10. Unveiling the Obscure
Membres du groupe

Peter Espevoll (chant), David Husvik (batterie), Ole Børud (guitare, basse, chant)

Sur internet

Facebook - MySpace - Twitter

Tags:

Partagez cet article

Concernant l'auteur

GouNiNi

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :