Call To Preserve - From Isolation

Call To Preserve - From Isolation
 

Premier album du groupe sur le label Facedown Records après avoir fait ses gammes chez Strike First, Call To Preserve nous propose avec From Isolation la même chose qu'à ses débuts : du hardcore croisé avec du punk. 

Call To Preserve - FRom IsolationA peine un peu plus de 30 minutes pour une grosse douzaine de titres, voila le programme proposé par ce nouvel album, digne successeur d'Unsinkable (2006). C'est peu, mais nul besoin de l'entendre en intégralité pour avoir une bonne idée de son contenu. Car l'avantage de ce genre musical est qu'il est suffisamment rigide pour être reconnaissable entre tous, son problème étant que l'originalité reste en son sein une donnée rare et que peu de groupes possèdent. Call To Preserve fait-il partie de ceux-là, de cette élite qui réinvente le genre sans le bousculer ?

On pourrait être tenté de le croire avec Sinking Sun qui débute les hostilités avec un gang chantant « We come from isolation but we're never alone » (nous sommes issus de l'isolement mais ne sommes jamais seuls) avant de laisser les guitares faire partir tout ce beau monde dans une belle frénésie. Le chant devient momentanément furieux, les accords plaqués font honneur au punk mélodique mais le tout s'essoufle au bout de deux minutes avant de remettre la gomme sur la fin. Son suivant, So Low, est encore plus rapide - contrairement à ce que son titre pourrait laisser penser - et permet de faire ressortir le côté hardcore du groupe. Précisons que cet aspect est totalement intégré aux chants et, à part dans la façon de chanter, est donc moins perceptible. Mais avec plus de la moitié des chants ne dépassant pas les 3 minutes, pas d'illusions à se faire sur le style préféré des musiciens ! On continue avec Dear Galatia qui est brutalement efficace et ne doit rien à personne tandis que son suivant, From Isolation, est au contraire sauvé du naufrage par ses couplets rappelant Clawfinger chantant Do What I Say. Belle référence.

Hindsight reprend sur de meilleures bases en alternant judicieusement les rythmes pour terminer en beauté avec le retour du gang qui proclame toujours la même chose (« We come from isolation but we're never alone »). Dommage qu'il soit si court (1:40) ... mais le groupe nous a déjà montré avec Sinking Sun qu'il pouvait rater un bridge, alors savourons ces instants. Shameless est encore plus intense et court, terminant en 40 secondes tout juste. Lincoln Street apporte une sonorité différente du punk entendu sur les derniers chants en diminuant le rythme et en utilisant des riffs lourds sur le refrain.

Les choses continuent sur les mêmes bases en alternant les bons et moins bons moments. Parfois frustrant car il y a du potentieldans ce groupe qui ne demande qu'à être utilisé et canalisé, ce qui est fait de manière épisodique tout au long de l’album, à l’instar de la dernière piste, bien meilleure que ses précédentes.

Il existe un point positif qui pourra justifier à lui seul l'achat de cet album pour certains, à savoir le contenu lyrique. Sans pour autant mentionner les noms de Dieu ou de Jésus, il est évident que bon nombre de chants y font référence, leurs sont adressés où possèdent un caractère spirituel prononcé. Ainsi, dans Dear Galatia se trouve la ligne “You can work for your salvation but you'll never earn it. You've just got to be humble enough to accept it.” (Tu peux travailler pour ton salut mais tu ne le gagneras jamais. Tu dois juste être assez humble pour l'accepter). Encouragements à se contenter d'être dans le monde mais pas être du monde (First Light), et fin en beauté avec Open Your Eyes.

Call To Preserve alterne le très bon avec le moins bon dans un album inégal mais montrant néanmoins de bien belles choses. Espérons que la suite de l’aventure avec Facedown puisse leur permettre de gagner en consistance.

 

Acheter cet album sur notre boutique.

Partagez cet article

Concernant l'auteur

Jérémie

Créateur de Beehave en 2007 avec Christelle qu'il épousera un an après, Jérémie apprécie toutes les formes du rock, surtout celles qui contiennent de la double pédale et de la saturation. Né à l'époque des pattes d'eff, il apprécie aussi tout particulièrement le glam, le thrash et le power métal, même s'il se fait chambrer à cause de ça par ceux qui sont nés dans les années 90. Et papa depuis 2015 :-)

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :