Les 10 albums essentiels du métal chrétien

Les 10 albums essentiels du métal chrétien
 

Saviez-vous que le métal ne se limitait pas seulement à l’adoration des puissances des ténèbres et à dessiner des pentagrammes ? Pour preuve cette liste d’indispensables d’album du métal chrétien.

Le métal chrétien traîne l’idée reçue de se résumer à une version édulcorée du “vrai” métal. En réalité ceux qui la colportent ont la plupart du temps été exposés à des groupes évangéliques qui ont fleuri dans les années 2000, ou souvent se refusent à admettre l’existence d’un sous-genre nommé selon un courant religieux. Le véritable métal chrétien cependant peut être aussi brutal que la plupart des groupes de metal séculier. Dans un genre qui s’enorgueillit de pratiques extrêmes, le métal chrétien est d’une certaine manière plus metal que bien d’autres de ses sous-genres dans la mesure où il dérange le status quo, tout en refusant obstinément d’abandonner sa foi en appelant à une plus grande ouverture. Voici les albums qui ont rencontré le succès critique en termes mérites musicaux tout en restant fidèles aux convictions chrétiennes propres à leurs créateurs.

Stryper - To Hell with the Devil (1986)

Probablement le groupe de métal chrétien le plus influent de tous les temps, Stryper fut un des premiers groupes de métal à prêter allégeance aux racines pieuses de la foi. Ils ont trouvé leur véritable identité sonore  sur leur troisième album To Hell with the Devil nominé au Grammy. Leur album est proprement traversé par le glam metal, avec une bonne dose de titres taillés pour les stades. Stryper visait les cieux (littéralement), produisant au passage un des meilleurs albums chrétiens tout genre confondu.

Demon Hunter - The Triptych (2005)

Un des groupes à avoir élevé le métal chrétien vers de nouveaux cieux est le titan anthémique Demon Hunter. Le troisième effort du quintet, sous forme d'estoc au trident, The Triptych propulsa la carrière du groupe sur un nouvel échelon. Parier sur la fusion du metalcore et du nu-metal fut payant sur notamment un titre comme la supernova atmosphérique Deteriorate ou la machine à riff pied au plancher Fire to my Soul - preuve que ces soldats dévoués à Dieu peuvent changer de mode en un claquement de doigt.

Underoath - Define the Great Line (2006)

Les métalleux chrétiens de Underoath ne manquent pas de grands albums dans leur arsenal, mais leur plus grande réussite, le groupe l’a assise sur l’explosif et émotif Define the Great Line. Sorti il y a dix ans, ce broyeur mélodique est incroyablement consistant sur 45 minutes et projette toutes sortes de turbulences sonores à la face de l’auditeur, tout en maintenant un équilibre fin entre mélodies somptueuses et rugissements heavy. Facilement un des sommets du sous-genre.

Precious Death - Southpaw (1993)

Il y a dans Southpaw de Precious Death une influence flagrante du grunge, avec des chansons comme le titre éponyme au riff heavy ou le plus “crooner” Hello qui paie tribut aux durs à cuir Alice in Chains et Tad. Mais le groupe a plus d’un tour dans son sac - c’est le moins que l’on puisse dire. Du titre porté par une bass funky comme Shine en passant par le très suave Talk about the Weather sont des exemples de leurs persistantes expérimentations musicales. Malheureusement, comme ce fut le cas pour de nombreuses étoiles filantes du metal des années 90, Southpaw ne connut pas la reconnaissance  à sa sortie. En 2016, le moment est venu de leur rendre justice.

Extol - The Blueprint Dives (2005)

Le plus impressionnant avec cet album flamboyant réside dans la façon dont le groupe navigue sans effort entre des sons léchés et des arrangements aux variations abruptes- deux techniques très différentes qui prennent vie dans les mains de Extol. L’influence de Deftones sur l’album est distincte avec des atmosphères brumeuses dont s'enorgueillirait Chino Moreno himself. Sur le plan de la musicalité, Extol est au top de la vague avec cet album fantasque.

P.O.D - Satellite (2001)

Le quatrième opus de P.O.D rencontra un succès non seulement commercial mais également critique. La production de cet essentiel du nu-metal est parfaite, portant chaque instrument distinctement dans les haut parleurs avec une intention palpable. Sur le plan des paroles, idem, rien à redire - basées sur la foi clairement mais pas sur le mode préchi-précha. Les hits comme Alive ou The Messenjah sont autant des bulldozers soniques que des tremplins vers le ciel, et comme c’est le cas d’une grande partie de Satellite, ces titres tourneront en boucle entre vos oreilles longtemps avant de terminer leur trajectoire.

Vengeance Rising - Human Sacrifice (1988)

Malgré le cheminement à travers les années de Roger Martinez du christianisme à l’athéisme en passant par le satanisme, à l’époque de Human Sacrifice, le groupe était plutôt du côté du Seigneur. C’est là que les politesses cessent cependant. Cet album est aussi heavy que possible grâce aux instrumentaux thrash rutilants et à une voix à s’arracher la gorge. Le groupe combat le feu par le feu, condamnant Satan aux tréfonds de l’enfer sur le vicieux Burn et transforme leurs guitares en saints lance flammes sur le monstrueux Mulligan Stew. Jamais le métal chrétien n’a sonné aussi sinistre.

Zao - Where Blood and Fire Bring Rest (1998)

Jetez tout ce que vous pensez savoir du métal chrétien par la fenêtre; venu de la West Virginie le groupe Zao est son propre némésis. Sur son troisième LP, la formation de metalcore avait incendié les fondations du sous-genre, optant au passage pour des riffs de guitare effrayants et une voix à vous perforer les oreilles. En parlant de baptême du feu, ce disque est un brûlot. S’ils ont renoncé à l’intitulé “chrétien” ces dernières années, avec cet album ils avaient mis le feu à la chaire avec force conviction.

Believer - Sanity Obscure (1990)

Que diriez vous d’un peu de thrash chrétien fantastique pour étancher votre soif de sang? Ne cherchez pas plus loin que Believer, un quartet de speed métal qui livre la marchandise au énième degré sur le condamnant Sanity Obscure. Bien que le sous-genre fut démodé au moment de la sortie, vous n’en auriez rien su à l’écoute de ce LP qui déchire, en grande partie  grâce à l'efficacité admirable du groupe. Les sommets de l’album comme l’anti-blasphème Idols of Ignorance et le puissant opéra Dies Irae sont des essentiels pour tout fan de thrash quelque soit sa foi.

Tourniquet - Psycho Surgery (1991)

Peu d’albums de metal sont aussi merveilleusement expérimentaux que Psycho Surgery de Tourniquet sorti en 1991. De titres inspirés de compositions classiques aux instrumentaux parfumés au flamenco - ce bataillon a le nez pour défier les genres et fait fi de toutes considérations tout en conservant une structure hard et thrash. Des sections de world musique et des parties rap endiablés placent cet album à part sur la scène metal, chrétienne ou non. Si vous êtes en recherche de folie musicale et de distorsion de style, ne cherchez pas plus loin.

Cet article est une traduction d’un billet publié le 23 Novembre 2016 par le site web Teamrock, un magazine web séculier fondé en 2013 dont voici la page facebook et l’url. Le site couvre l’actualité rock global: hard, alternatif, metal et punk en proposant des chroniques, des interviews, une radio, des vidéos sous forme numérique. Article traduit par _rem, avec autorisation écrite de Teamrock.

Dernière modification le 01/12/2016

Partagez cet article

Concernant l'auteur

Beehave

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :