Day By Day

En marge de la sortie de leur dernier album The Enemy Still Remains, Jérémie Chamard, chanteur guitariste de Day By Day, m'a accordé une interview dont la longueur n'a d'égal que la qualité et l'interêt des réponses données.

Si vous voulez en apprendre plus sur ce groupe, c'est ci-dessous que ça se passe. 

Bonjour Jérémie. Une question classique pour commencer. Pourrais-tu te présenter, toi et ton rôle dans le groupe ?

Jérémie Chamard, 28 ans, je chante et je joue de la guitare dans Day By Day...je suis aussi responsable des paroles et de pas mal de mélodies même si on bosse ça tous ensemble...

J'imagine que tu n'es pas seul à jouer. Qui sont tes acolytes et comment vous êtes-vous rencontrés ?

Guillaume est mon frère et quand en 2000 notre ancien groupe c'est arrêté, nous avons décidé de recommencer un truc, j'ai alors appelé Olivier, un copain de lycée pour venir m'épauler à la guitare et nous avons rencontré Rebecca à la sortie de notre église qui voulait commencer la basse et faire du punk...nous aussi et c'était parti. On est resté comme ça pendant 2ans, enregistrant une démo et tournant beaucoup sur Marseille et sa région avant de partir pour notre première tournée européenne avec John en remplacement d'Olivier à la guitare...ce dernier étant parti faire la fête pendant un an au Canada... 

Selon votre site officiel, il y a trois Chamards dans le lineup. Coïncidence ou affaire de famille ?

Affaire de famille pour Guillaume et moi... Quand Rebecca est reparti au Canada en 2002, nous venions de nous marier avec Virginie et comme c'est une bassiste extraordinaire, elle a repris la basse dans le groupe...elle a répété une semaine, Olivier était rentré depuis 15 jours et on a fait la première partie des satanic surfers, un de nos meilleurs souvenirs et un concert mémorable qui a tout de suite re-motivé Olivier et fini de convaincre Virginie...le line up est stable depuis et il ne changera plus...sinon, ce sera un autre groupe.

Si je ne me trompe pas, vous avez fait un break avant d'écrire The Enemy Still Remains, temps que chacun a consacré à ses études. Après coup, n'était-ce pas du temps perdu ?

Non, je ne pense pas...ça nous a vraiment permis de mûrir les compos et chacun a pu y mettre sa touche...Après, c'est sûr qu'on a sans doute loupé des opportunités, certains dirons que c'est un manque d'ambition...malheureusement, c'est difficile de vivre de sa musique en France...encore plus sans compromis, donc il valait mieux assurer ses arrières, ce qui nous permet d'être libre de faire la musique qu'on veut sans se préoccuper d'avoir notre frigo à remplir ! Et puis comme ça, ça reste un plaisir !

Chacun a terminé ses études alors ? Quelles sont les différentes spécialités professionnelles composant Day By Day ?

Guillaume est sage femme, virginie infirmière, Olivier prof d'anglais et moi pasteur.

Parlons un peu de la musique. Vos compos sont en anglais, mais vous êtes tous français. Tu ne trouves pas que c'est un peu paradoxal ? Ce choix a-t-il été fait car la scène francophone vous paraissait insuffisante, voire insignifiante ?

On n'a jamais rien écouté de français...notre culture à nous, c'est le punk californien des années 90...je ne m'imagine toujours pas chanter en français. La scène française est tout sauf insignifiante quand tu veux parler de punk rock... pour le reste, je me garderai bien d'émettre un jugement, je suis sans aucun doute bien insignifiant pour beaucoup...Comme on dit, des goûts et des couleurs ! Par contre y'a pas beaucoup de pays où tu peux trouver autant de groupe de qualité en ce qui concerne le punk, le hardcore etc...franchement, si nous avions les infrastructures, une éducation musicale correcte à l'école et qui ne se limiterai pas à la flûte.....

Nous sommes en France, pays des préjugés, et malheureusement les chrétiens ne font pas exception. Que répondrai-tu à ceux qui pensent que le rock est la musique du malin, et le punk celle des anarchistes ?

La musique est un don....je considère que tout ce que nous sommes est un don de Dieu...Et tout ce que je suis est à Dieu. Pour moi, il n'y a pas plus de musique satanique que de musique chrétienne. La musique exprime ce que vit, ressent un individu...quand elle est honnête. Pour répondre à ta question, ce qui est bizarre, c'est que ces préjugés, ils sont surtout dans les milieux chrétiens. On n'a pas ce problème ailleurs. On joue depuis toujours dans les bars, les salles de concerts avec des groupes punk, anarchistes, etc....Quand tu es honnête, tu es respecté. Tout le monde sait que je suis pasteur, que dans day by Day, trois membres sont chrétiens, ça permet d'ailleurs bien souvent des discussions intéressantes...c'est parfois plus difficile quand on dit à des chrétiens qu'Olivier ne l'est pas. Et puis, ça n'embête personne non plus dans le monde séculier quand une chanson comme plugged ou dictator in disguise fait explicitement référence à Dieu comme solution pour notre vie...par contre si on dit un gros mot, une partie du monde chrétien lève les boucliers !

Etes-vous soutenus par une église ?

Non...même si je suis sur que des gens prient pour nous

Parlons un peu de toi et ta vie à côté. Comment arrives-tu à concilier vie de groupe et activité pastorale ?

Je joue moins et je prends plus le TGV... ce qui fait qu'au lieu d'empocher quelques euros pour une date, on paye souvent 300 euros avec Virginie pour jouer dans un bar devant 25 personnes...mais franchement, ça vaut le coup !

Comment et pourquoi devient-on pasteur quand on est dans un groupe de rock ?

J'ai commencé Day By Day avant mes études de théologie...On devient pasteur parce que le Seigneur nous appelle à le servir et qu'on prend conscience que tout ce qu'on vit ici bas est, et restera, toujours du provisoire ...Si je suis sur terre, c'est pour préparer mon éternité. C'est ça ma priorité. Il est important que dans notre culture occidentale, les gens prennent conscience que ce n'est pas en achetant qu'ils combleront leur manque, que ce n'est pas en multipliant les aventures qu'ils rempliront leurs cœurs...mais qu'il y a quelqu'un qui leur demande simplement de dire oui, d'accepter qu'il est mort pour eux. Je suis devenu pasteur quand j'ai réalisé que cette nouvelle, on ne peut pas la garder pour soi ! Et puis, c'est bon d'avoir des pasteurs « différent ». L'autre jour, une paroissienne me disait que c'était bien d'avoir un pasteur comme moi parce que ça montrait que les chrétiens n'étaient pas que des vieux ringards...

Day by Day est-il un moyen de toucher les coeurs ?

Pas vraiment...mais on parle dans nos chansons de nos vies et ma foi est la chose principale dans ma vie, ça se retrouve forcément dans mes paroles. Mais plus que toucher les cœurs, c'est devenu avant tout un moyen de montrer au monde que les chrétiens peuvent êtres intéressant artistiquement, pas « prise de tête »...qu'ils ne se retranche pas entre eux. C'est aussi un moyen de montrer aux chrétiens que la musique rock n'est pas l'apanage des anarchistes et du malin comme tu disais plus haut...ça change petit à petit mais je t'assure que quand on a commencé à se balader en Europe, des groupes français chrétiens qui faisaient du rock, y'en avait pas beaucoup...

Il n'y a pas beaucoup d'artistes rock chrétiens en France, mais un détail qui m'a frappé est que deux d'entre vous ont utilisés au moins un gros mot dans leur compo. La chanson She Loves Me Not en comprend un, pourrais-tu nous aider à comprendre ces choix ?

She loves me not est inspiré d'une histoire vraie et je pense que parfois il faut appeler un chat un chat...j'aurai pas pu remplacer ce mot par un autre, je n'aurait pas pu dire « making love »...Cette chanson parle de ma vision de l'amour aujourd'hui qui trop souvent se limite à un acte physique...faudrait pas oublié la suite des paroles : « Some might say i'm just a stupid guy, just take your girl enjoy the ride, but i believe that there is so much more than that » Une fille (ou un garçon) n'est pas qu'un simple « ride »...malheureusement beaucoup aujourd'hui, « font l'amour » comme ils font du vélo et font de la sexualité une fin en soi...et tout cela est difficile à vivre pour ceux qui essaient tant bien que mal de voir les choses autrement...voilà le problème et c'est plus grave qu'un fuck mal placé ! C'est un problème de société auquel je ne vois malheureusement que peu d'issue.

Comprends-tu que certains puissent être choqués par cela, que d'autres soient repoussés ?

Oui...et non. Mais je ne leur en veux pas, j'espère qu'ils ne m'en voudront pas trop non plus !

Que penses-tu de la scène chrétienne française ? De quoi aurait-elle besoin pour devenir bien plus active, voire populaire ?

De sortir des églises et d'aller dans les bars...mais là on se heurte aussi au problème des infrastructures en France et au nombre de salles qui ferment ou qui deviennent inabordable pour une asso qui veut faire jouer des groupes inconnus.

Plus sérieusement, un chrétien et une personne lambda vivent les mêmes expériences, mais j'ai l'impression souvent qu'on encourage les compositeurs chrétiens à laisser cela de coté quand ils composent, peut être parce qu'elles ne fournissent pas l'occasion de  témoigner « directement » de la foi. C'est Steve Turner qui disait que « parler du football ou d'une soupe ne conduit pas naturellement à la crucifixion du Christ ». Il faut avoir de la mesure, pour ma part, ma vie est remplie d ‘émotion d'interrogation qui je suis sûr sont les mêmes pour beaucoup...je suis Chrétien certes, mais je tombe aussi amoureux, je peux avoir une opinion sur la politique de mon pays, être choqué par certaines catastrophes, apprécier que mon équipe de foot favorite gagne...bref, je refuse de ne pas en parler dans mes chansons...Si je ne parle que de ma vie chrétienne, ça parlera à une petite marge de la population et l'autre moitié me prendra pour quelqu'un qui ne vit pas dans le même monde qu'eux ! On peut montrer une perspective chrétienne de notre monde sans mentionner explicitement « jésus »...je pense que c'est de cela que la scène chrétienne à besoin et veuillez m'excuser si je vous choque : des artistes intègres et pas des « propagandistes »...Je cite à nouveau Steve Turner : « le besoin d'utiliser l'art pour témoigner de la foi n'est qu'une application dans un domaine donné d'un ordre qui nous est adressé pour la vie en général. Tous les chrétiens devraient faire des disciples pour le christ. Mais personne n'attend d'un médecin chrétien qu'il prêche à ses patients ou d'un plombier qu'il colle des versets bibliques sur les tuyauteries. Il ne faut donc pas exiger des artistes qu'ils transforment leur occupation en évangélisation ». Nous avons des tas d'artistes chrétiens incroyables en France aussi, il faut les encourager !

On a récemment eu une review qui m'a fait super plaisir, pas simplement parce que le chroniqueur aimait notre cd mais parce qu'il disait cela : « Day By Day livre ainsi un album dont les textes recoupent largement des thèmes récurrents de tout album punk rock du genre : le malaise adolescent, le gouvernement, la fashionisation, le cours du monde etc... La réponse est ici juste différente, là où d'autres appellent au soulèvement, à la rébellion, le groupe penche lui, pour le recours à la spiritualité, à une entité supérieure, à l'amitié... Et finalement pourquoi ne pas respecter ça, dans la mesure où le groupe ne tombe à aucun moment dans le rabâchage prosélytiste type « Jésus revient » ?
Voilà donc la mise au point faite sur le fond (...). Un album à siffloter sous la douche ou en voiture en fracassant ses index sur le volant (au feu rouge hein !), dix morceaux parmi ce qui se fait de mieux en France et même au-delà dans le genre. Les plus ironiques diront sans doute que ces quatre là ont été « touchés par la grâce », ce qui est sûr c'est qu'il serait dommage de se priver de petites perles mélo comme « Make Up World (Another Teenage Drama) » ou « She Loves Me Not » sous prétexte d'intolérance a priori... Le débat reste ouvert. »

Comme quoi, même si on n'est pas si explicite que ça, les gens arrivent à voir qui nous sommes au travers de nos chansons et ça, c'est encourageant...comme la réaction du chroniqueur.

Quels sont les thèmes de The Enemy Still Remains ?

Ma scène, les angoisses adolescentes, les amours déçus et la sexualité, ma sœur, les luttes, la politique, la condition sociale et financière des étudiants aujourd'hui, ma relation avec Dieu, le stress de l'homme moderne, nos angoisses nocturnes...

En parlant de cet album, la pochette est magnifique, félicitations à l'auteur. Qui est Christian Ung ?

C'est encore une histoire de famille, c'est mon beau frère. Il est responsable de tous nos artworks, stickers etc...On lui laisse carte blanche et on n'est jamais déçu ! En dehors de cette activité hautement rémunératrice, il travaille chez Volcom.

Que peux-t-on attendre de Day By Day en 2008 ?

On va faire quelques dates cet été et puis on va s'enfermer en studio...mais cette fois-ci on va se donner les moyens de faire un gros truc. Tous nos albums ont été enregistré en moins d'une semaine, ce qui laisse peu de temps, on fait une ou deux prises et voilà, on laisse passer des trucs et le son est pas vraiment travaillé plus que ça...alors on a vraiment envie de prendre le temps. Les chansons sont là, ce sera un album plus sombre au niveau des lyrics et plus lourd musicalement, plus hardcore sans doute...mais sans gros mot ! (lol)


Question un peu originale. De quoi manque-t-on le plus quand on joue dans un groupe, et quand on est en tournée ?

Tout le monde dirait sa femme, sa famille...moi je l'emmène pour une bonne partie avec moi ! Alors, pas grand-chose...on est tellement bien sur la route.

Avez-vous des sujets de prières ?

Beehave ! Tous les fest' et orga chrétienne qui essaye de faire bouger les choses, tous les groupes...brancher vous sur http://www.bandsonfire.com/ pour qu'on puisse prier tous ensemble !

Merci de nous avoir accordé un peu de ton temps précieux. Je te laisse terminer avec un dernier mot !

Merci à toi et désolé d'avoir mis si longtemps à répondre à cette interview ! Et si vous voulez un cd ou découvrir d'autres artistes :

www.daybyday-music.com
www.premierepartie.com
www.myspace.com/daybydayfr
www.myspace.com/premierepartie

 

Partagez cet article

Tags:

Concernant l'auteur

Jérémie

Créateur de Beehave en 2007 avec Christelle qu'il épousera un an après, Jérémie apprécie toutes les formes du rock, surtout celles qui contiennent de la double pédale et de la saturation. Né à l'époque des pattes d'eff, il apprécie aussi tout particulièrement le glam, le thrash et le power métal, même s'il se fait chambrer à cause de ça par ceux qui sont nés dans les années 90. Et papa depuis 2015 :-)

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :