Still Remains

Le 13 février 2008, Still Remains posait ses pieds à Paris pour un concert à l’Olympia, en tant que support de Bullet For My Valentine. Accompagné de Rob, nous les avons rencontrés peu après leur show.

L’interview s’est déroulé en deux parties, la première avec Jordan Whelan, un des deux guitaristes, et quand il est parti à la rencontre de fans, nous avons poursuivi avec TJ Miller, le chanteur.

still_remains.jpg

(JW) Jordan Whelan - Guitariste
(TJ) T.J. Miller - Chant
(JK) Jérémie Kaufmann
(RP) Rob Plaster

JK: Comment était le concert ?

JW: Fantastique ! Honnêtement un des meilleurs concerts de tous les temps. La foule ce soir était absolument incroyable.

JK: Avec de l’eau qui giclait de partout ?

JW: C’était plein de vie. C’était vraiment bien que la foule soit intense. C’était seulement la deuxième fois que nous venions en France, et c’était merveilleux.

JK: Quand était la première ?

JW: En 2005 quand on a fait la tournée Road Rage. Je ne me souviens plus dans quelle salle on a joué mais on était accompagnés de Trivium.

JK: Vous êtes assez connus aux USA mais commencez à avoir pas mal de fans en Europe et en France, pas vrai ?

JW: Oui on est vraiment très bien connus aux Royaume-Unis, mais dans le reste de l’Europe c’est encore du neuf pour nous car c’est seulement notre troisième tournée.

JK: Qu’y a-t-il de si difficile à jouer live ?

JW: Ca dépend du volume sonore et de comment le système audio de contrôle est configuré. C’est complètement différent d’un enregistrement en studio. C’est du hard-rock, c’est du réel, tu sais. Il n’y a pas d’accordage automatique ou d’autres gadgets studios, c’est comme c’est.

JK: Alors quel est ton pire souvenir de concert ?

JW: Pire souvenir, j’ai coupé mon arcade sourcilière et j’ai du avoir des points de sutures, neuf au total. Tout mon œil a enflé.

JK: Avec ta guitare ?

JW: Je me suis frappé l’arcade avec ma guitare et mon œil s’est fermé tellement il était gonflé. C’était dingue !

JK: Tu as du arrêter de jouer ?

JW: J’ai continué de jouer. J’ai perdu connaissance pendant quelques secondes mais j’ai continué de jouer.

JK: Et comment a réagi la foule ?

JW: Super, ils ont adoré !

JK: Forcément ils ont cru que ça faisait partie du spectacle.

JW: Oui carrément.

JK: Rob voulait savoir quelles étaient tes influences ?

JW: Beaucoup de métal gothique : In Flames, Sower, At The Gates, et pas mal de trucs entre The Cure et Zao, Living Sacrifice, qui viennent de se remettre ensemble d’ailleurs. Je m’excuse mais je dois aller rencontrer des fans. C’était chouette de vous rencontrer et je suis content que vous ayez pu venir au concert et de savoir que vous faites de bonnes choses (pour la musique en France) !

JK: Merci pour ton temps !

JW: C’était réellement un plaisir.

2ème partie, avec TJ Miller.

RP: J’ai beaucoup apprécie comment tu as essayé de nouer contact avec le public. Il y a certains groupes qui se contentent de faire leur spectacle, sans plus. Et il y en a d’autres qui sortent de bons albums mais qui en live sont très décevants.

TJ: Tu peux essayer chaque soir et certains soirs ça marche vraiment. Et ce soir c’était un de ces soirs. Ce soir fut le meilleur concert de toute la tournée. Je pense que nous avons eus de bons échanges avec le public et avons bien joué. C’était génial !

JK: Encore mieux qu’en Allemagne ?

TJ: Pour le moment, oui. Notre premier concert à Cologne était vraiment super aussi.

JK: C’était quand?

TJ: C’était il y a quelques jours, c’était géant. Ces deux performances sont les deux meilleures. Glasgow était pas mal aussi, Cologne c’était super et ici à Paris c’était formidable également.

RP: Quels sont les groupes qui t’ont particulièrement influencés ?

TJ: Pearl Jam, Nirvana, Nine Inch Nails, Queens of the Stone Age, des groupes qui ne sonnent pas vraiment pas comme nous mais qui sont des artistes ayant une signification pour moi et dont je peux m’inspirer.

RP: Quelle est la chose la plus dure quand on est en tournée avec Bullet For My Valentine ?

TJ: Il y a beaucoup de choses qui sont dures mais ça n’a rien à voir avec eux. Par exemple, on n’a pas pu obtenir de support pour la tournée, alors le bus qu’on utilise et toutes les autres dépenses sont payés de notre poche. Conséquence : nous n’allons pas gagner un centime. C’est la plus grande tournée qu’on n’a jamais faite ici et on va gagner absolument aucun argent. Alors c’est vraiment difficile … on fait ça depuis si longtemps et je ne peux même pas payer mon loyer. Je suis le plus fauché que j’ai jamais été dans l’histoire de Still Remains. C’est le premier mois que je ne peux pas payer mon loyer … ça craint ! Mais on passe de bons moments et tout cela nous ouvre des portes pour le futur. Tu sais, on doit payer nos dus, on doit se serrer la ceinture et souffrir un peu pour y arriver. Et garder son menton droit. C’est vraiment dur parfois. Mais on doit juste se montrer reconnaissant de ce qu’on à.

JK: Tu as un boulot à côté ?

TJ : Oui. Je fais plusieurs choses en fait. Principalement je suis un charpentier quand je suis à la maison. Je suis également un peintre et j’ai un diplôme en cosmétique ; je m’occupe des cheveux, de la peau et des ongles. Je coupe les cheveux, fais des masques de beauté, des manucures…

JK: Est-ce que tu fais aussi les coupes de cheveux des autres membres ?

TJ: Parfois je coupe leurs cheveux, mais pas si souvent. Je le faisais beaucoup plus à nos débuts mais plus autant à présent. En fait j’ai pas mal de plans de secours au cas où les choses ne marchent pas. Tu es obligé de faire ça quand tu fais partie d’un groupe, tu dois avoir un plan de secours. C’est presque comme si c’était un si grand pari toute cette aventure. C’est un tel pari, alors si tu n’y arrives pas tu dois avoir ton pied dans une porte quelque part où tu pourras réussir et être heureux ?

JK: Est-ce parce que vous perdez de l’argent à cause du piratage ?

TJ: Tu sais on ne gagne pas beaucoup d’argent avec les royalties. Je pense plutôt que tout ça c’est en raison d’un manque de promotion. Pour cette tournée on n’a reçu aucune promotion. La seule publicité qu’on a eue … quelques bonnes choses avec Kerrang! et Metal Hammer (deux gros magazines métal anglais, ndlr), mais jouer tous les soirs consiste en l’essentiel de notre promotion. On dit qu’on est Still Remains chaque soir et on fait notre rock, on joue dur chaque nuit. Si tout se passe bien, beaucoup des jeunes reviendront nous voir la prochaine fois …

(TJ fait une pause pour signer un autographe)

TJ: Les gens s’attendent à ce que je signe des autographes et ça me fait bizarre.

JK : Comment sont les fans en général ?

TJ: En général très sympas. C’est vraiment cool de parler avec tous ceux qui viennent nous regarder jouer.

JK: Et comment tu te sens quand ces jeunes viennent te voir en se disant « WOW c'est le chanteur de Still Remains !!! »

TJ: Ca me fait bizarre car je suis un mec normal ...

JK: Mais ils ne te considèrent pas comme ça.

TJ: Je sais bien alors j'essaie juste de leur parler et leur dire bonjour pour leur faire comprendre que je suis un mec sympa et agréable, un mec normal avec des sentiments.

Parfois je n'ai pas envie de sortir de ma loge et d'aller vers les gens. Mais si je n'y vais pas ils ne vont pas comprendre. Parfois tout ça m'est très inconfortable ... Ce n'est pas que je sois trop important pour signer des autographes. Mais c'est comme si ce n'était pas moi. Tu vois ce que je veux dire ? Qui suis-je ? Je suis juste un gars. Ca me fait vraiment bizarre de signer des autographes aux gens ...

(Autre pause de TJ. Après avoir reçu son autographe, le gars part en s'écriant en anglais « Merci mec put##n t'es trop cool !!! »)

JK: Comment tu gères tout ça ? Quand ils jurent et tout ?

TJ: Tu sais quoi ? Je dis des gros mots tous les jours.

JK: On le fait tous.

TJ: On le fait tous. Alors ça ne me dérange pas du tout.

JK: Mais pas dans les paroles ?

TJ: Non.

JK: Pourquoi pas ?

TJ: Simplement car à mon sens il n'y en n'a pas besoin.

JK: Ca n'ajouterais rien ?

TJ: Ca a un intérêt sur scène parce que c'est très intense et les fans adorent ça mais je préfère m'en abstenir. Mais tu vois, je ne veux pas que les gens me voient comme ça, même si je le fais dans les coulisses. Je ne souhaite pas me présenter aux gens de cette façon parce que je sais que nous devrions tous garder une bouche propre, et nous avons du mal à le faire chaque jour. Parfois ça m'échappe dans des interviews et la je me dis « Zut ! Je n'aurais pas du dire ça ». Mais sur scène, ce n'est pas comme ça que je suis. Je ne me sentirais pas à l'aise de jurer.

RP : Sur Beehave vous avez fini quelque chose comme 4ème meilleur album de l'année 2007 (10ème en fait), et ce parmi plus d'une cinquantaine d'autres albums. Quelle importance cela a pour toi d'être reconnus par des magazines et autres webzines ?

TJ: C'est important parce que ça dépend de qui il s'agit, vraiment. Parce qu'Internet est vraiment grand avec des sites comme myspace, des magazines ... les jeunes sont vraiment la dedans, lisent des articles ... Parfois c'est la seule façon qu'ils ont de découvrir de nouveaux groupes. Alors c'est vraiment vraiment très important !

JK : Merci pour tout TJ !

Partagez cet article

Plus dans cette catégorie : « Fireflight Project 86 »

Concernant l'auteur

Jérémie

Créateur de Beehave en 2007 avec Christelle qu'il épousera un an après, Jérémie apprécie toutes les formes du rock, surtout celles qui contiennent de la double pédale et de la saturation. Né à l'époque des pattes d'eff, il apprécie aussi tout particulièrement le glam, le thrash et le power métal, même s'il se fait chambrer à cause de ça par ceux qui sont nés dans les années 90. Et papa depuis 2015 :-)

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :