Flatfoot 56

C'est lors du  festival Christmas Rock Night 2007, en Allemagne, que Jérémie et Christian on rencontré Tobin, le chanteur/guitariste de Flatfoot 56.

 

flatfoot56_interview_christmasrocknight2007_500px.jpg

J : Jeremie (Beehave) / C : Christian (Beehave) / T : Tobin (Flatfoot 56)

J : Bonjour Tobin. Pourrais-tu commencer par nous dire qui tu es ?

T :
Je suis Tobin, du groupe Flatfoot 56, venant de Chicago, Illinois, USA.

J : Et quel âge as-tu ?

T :
J'ai 24 ans.

J : Tu as seulement 24 ans ?

T : Oui je n'ai que 24 ans, et je suis le plus vieux du groupe !

J : Quoi ? Un grand gaillard comme toi ?

(Tobin est bien plus grand et costaud que moi avec 100kg pour 2m05, et donne l'impression d'avoir une trentaine d'année ... d'où ma surprise)

T : Je suis un grand gaillard, exactement ! Un jour quelqu'un m'a demandé si notre bassiste était mon fils ... Et moi j'étais la, genre, c'est mon petit frangin, il a deux ans de mois que moi !

J : Ah, le bassiste est ton frère ?

T : Ouaip, le bassiste ainsi que le batteur sont mes deux frères.

J : Ah donc c'est une histoire de famille !

T : Plus ou moins, plus ou moins.

J : Ceci explique pourquoi vous êtes tous irlandais.

T : Hmmm ... oui, en fait nous ne sommes pas irlandais mais notre joueur de cornemuse l'est. Et ce qui est marrant est que notre héritage familial est actuellement suédois et allemand. Mais la banlieue sud de Chicago est entièrement irlandaise et c'est la ou nous avons grandi, donc notre environnement était complètement irlandais. En Amérique il y a beaucoup d'immigrés venant d'Irlande et ils ont un grand impact sur notre culture. Il y a des pubs partout, et on a de cette façon grandis en écoutant nos groupes irlandais locaux favoris ...

C : Beaucoup de ces irlandais sont catholiques, non ?

T : Oui, particulièrement ceux présents en Amérique car à l'aube du 19ème siècle ils sont tous venus ici pour fuir les riches protestants.

J : Et comme l'Amérique est assez ségrégationniste ...

T : L'Amérique ? Oui, dans un sens, mais ce n'est pas aussi ségrégationné que peut l'être l'Irlande avec les protestants et les catholiques. C'est différent parce qu'il y a beaucoup de protestants en Amérique et comme ces protestants ont également fuit la persécution et le légalisme de l'église catholique, on se retrouve dans une situation où tout le monde a fuit quelque chose à un moment donné pour finir aux USA, pays peuplé par un tas de personne avec des arrières plan différents. Et tout cela est loin à présent.

J : C'est ce qu'on appelle le grand melting-pot américain.

T : C'est ça.

J : Alors quelles sont tes influences, et les groupes que tu écoutes en ce moment ?

T : Ca change au fil des années, mais nous avons commencé en écoutant beaucoup de ska. A la fin des années 90 il y a eu ce grand mouvement avec les Bostones, les Supertones, et tous ces groupes qui nous ont influencés et nous ont fait découvrir la musique en général. Par la suite nous avons commencé à écouter beaucoup de vieux groupes oï anglais ainsi que pas mal de groupes de punk classique, anglais et américains, comme les Ramones, The Pogues qui sont irlandais ...

J : The Pogues ! (Tobin porte un maillot de ce groupe)

T : The Pogues, ouais, je les ais vus en mars 2007 et ils étaient énormes. Nous écoutons pas mal de trucs différents, beaucoup de musique irlandaise traditionnelle comme The Chieftaines, The Dubliners, quoi d'autre encore ... The Wolvetones ...

C (semblant se réveiller) : Le premier album des Beastie Boys était hardcore !

T : Les Beastie Boys?

C : Oui, leur premier album

T : Oui c'est vrai que leurs premiers albums étaient hardcore, et c'était différent de ce qu'est le hardcore à présent, avec beaucoup de gens qui pensent que le hardcore se résume à Underoath...

J : C'est du screamo ça.

T : Ouais, screamo, métalcore, c'est bien plus métal que ce n'est hardcore. Le hardcore, c'est des groupes comme Lifeplague, Minor Threat, les premiers albums des Beastie Boys ... peu de gens savent ça et c'est cool que tu le saches !

C : J'ai 28 ans donc je connais pas mal cette période !

T : J'en suis sûr J Les Cromags étaient assez connus aussi à cette époque ... nous avons pas mal écouté les premiers albums des Dropkick Murphys, mais on fait très attention avec eux car leurs trucs plus récents sont vraiment cool et nous on était à fond dedans mais nous avons commencé notre groupe deux ans avant d'entendre parler d'eux !

J : Tu viens de à la question que j'avais sur la langue, alors je vais la changer un peu. Qu'est-ce que ça te fait d'être considéré comme la version chrétienne des Dropkick Murphys ?

T : Ah ! C'est bien, mais ce n'est pas bien non plus. Aux USA, la plupart des chrétiens n'ont jamais entendu parler des Dropkick Murphys alors pour eux c'est un truc nouveau. Mais pour beaucoup de gens en Amérique qui les connaissent, ils n'aiment pas ce qu'ils sont devenus, ils n'aiment pas le style qu'ils ont adopté à présent ... Mais bon, l'Amérique est vraiment étrange. Les américains sont très durs avec les groupes qui ont du succès dans la scène punk. S'ils arrivent à percer ils sont la à dire « Bah, ils ne sont plus punk », et beaucoup de gens nous aiment car ils disent qu'on a le son qu'avaient les Dropkick Murphys avant, et pas le son qu'ils ont actuellement, et c'est un son qu'ils avaient quand Mike Fennigan était encore leur chanteur.

Mais chaque groupe veut être connu pour son propre son, et non pas parce qu'il a le même son que tel ou tel groupe ... alors on accorde beaucoup d'importance à ne pas leur ressembler autant que possible. Rien que parce qu'on veut les respecter, c'est un groupe légendaire et ils méritent du respect, et j'ai beaucoup de respect pour eux. Mais en même temps, on veut faire très attention à ne pas leur ressembler. La plupart des gens disent que les seules similitudes entre nos deux groupes sont dans l'utilisation de cornemuses et que si on n'en avait pas il n'y aurait aucunes ressemblances. Alors si tout repose sur un instrument ...

Ensuite et pour compléter ma réponse, on ne joue pas principalement dans la scène chrétienne. Et c'est quelque chose que beaucoup de personnes ne comprennent pas, que la majorité de nos concerts ne sont pas du tout des concerts chrétiens. Aux USA nous jouons plusieurs festivals chrétiens, nous jouons également dans des églises, mais ce sont des cas isolés. Nous avons joué avec Bad Brain fin 2007, nous avons également joué avec Midle Finger et Seven Second, on fait une tournée en mars 2008 avec les Goo Goo Dolls, et ce n'est pas du tout un groupe chrétien. Nous sommes de bons amis avec Get The Brakes ...

Tu vois ces groupes, on joue avec, on part en tournée avec, et pourtant nous sommes chrétiens, mais on ne veut pas que le terme « punk chrétien » soit mis en avant parce que ça éloigne beaucoup de gens de nous et on voudrait que les gens voient nos vies et découvrent qui est Jésus grâce à ça sans que nous ayons à crier à tue-tête « hého nous sommes chrétiens » ! Mais je n'ai pas honte de ça, je n'ai pas honte de Christ, pas du tout, mais c'est juste que nous devons faire très attention car la plupart des punk-rockers américains et tout le monde dans la scène punk vient des églises, ils ont grandis dans l'église et ils la détestent et ils l'ont quittée et ne veulent absolument rien à voir avec elle. Et je peux les comprendre car beaucoup d'entre eux ont été jugés.

Notre désir est d'aimer les gens et de leur montrer qu'il y a des chrétiens qui les aiment.

J : C'est ça le but de votre groupe ?

T : Peut-être en partie. Je pense que chaque musicien, quel que soit le sujet sur lequel il chante, s'il est légitime, et si les gens croient sérieusement ce qu'il dit, alors ça doit venir du cœur. Et notre cœur en tant que groupe est de chanter ce qu'on est, et ça veut tout dire pour nous, et si on ne le faisait pas alors on se mentirait à nous même et on ne serait pas authentiques.

Alors, le but de notre groupe est aussi que les gens passent un bon moment, en étant positifs et en leur apportant un message positif. Avec l'espoir de leur présenter un autre visage du christianisme qu'ils ne connaissent pas.

J : Et le résultat final serait que les gens changent leurs vies et aillent vers Christ.

T : Euh, oui, si ce qu'ils voient en nous produit cela, et si Dieu les touches avec ce moyen, alors c'est super et on est carrément à fond pour ça. Mais si ça ne produit pas cet effet, mais qu'ils aiment toujours notre groupe, alors c'est également super, et on est ok avec ça.

Chaque chrétien, s'il est vraiment chrétien, voudra voir les autres devenir chrétien comme lui, parce qu'il connait l'amour qu'il a dans son cœur. Mais je ne veux juste pas le lancer à la figure de tout le monde parce que c'est Dieu qui nous conduit à la repentance, pas moi. Et ça je veux vraiment faire attention à ça, je ne veux condamner personne.

Mais nous sommes tous des chrétiens convaincus !

J : Tu as dit que c'était plus ou moins une histoire de famille avec trois frères composant ce groupe ...

T : A peu près ... nos parents n'aimaient pas au début, ils étaient plutôt du genre à dire « Mais qu'est-ce que vous jouez, c'est horrible ! », et maintenant notre père est notre manager !

J : Oh !

T : Ouais, il a plutôt changé d'avis.

J : On a une expression française qui parle de retourner sa veste..

T : Ah ah ah ! C'est exactement ça !

J : Alors, qui a commencé à jouer de la musique en premier ?

T : Moi.

J : Parce que tu es le plus âgé j'imagine ?

T : Je suis le plus âgé effectivement, et dans la famille j'ai joué de la cornemuse avant même de jouer de la musique et je suis celui qui a donné aux autres leurs instruments et leur a dit d'en jouer pour commencer un groupe.

J : Donc tu as dit à l'un « joue de la basse » et à l'autre « toi, tu feras la batterie » ?

T : C'est ça, puis on a répété tous les jours pendant presque un an, écrivant des chants et jouant des concerts. Nous avons commencé en 2000.

J : D'accord, il y a sept ans, donc tu avais 16 ou 17 ans à l'époque ?

T : C'est ça.

J : Vous avez arrêté l'école alors ?

T : J'ai un diplôme de fac. Nous n'avons pas commencé à faire des tournées à temps plein avant que j'ai finie la fac. Mais la plupart des autres ont arrêté l'école effectivement quand on a signé notre contrat.

J : Alors tu es le seul à avoir une ceinture de sécurité !

T : Pas vraiment. Notre batteur est un mécanicien aéronautique et possède une certification pour le faire, donc il peu travailler sur des avions, et Josh, il ne lui manque qu'un semestre. Un semestre ! Alors il doit retourner à l'école pour finir. Quand à Kyle, il est trop jeune.

De mon côté j'enseigne l'histoire de Chicago et l'histoire américaine au lycée, c'est mon diplôme, et je l'ai fait pendant quelques temps avant de partir en tournée.

J : Comment avez-vous rencontré le joueur de cornemuse ?

T : Nous étions à l'école à la maison ensemble. Vous savez ce qu'est l'école à la maison ? Vous avez ce genre de chose en europe ?

J : C'est principalement un truc chrétien, non ?

T : Non, pas en Amérique. Les gens le font ici, qu'ils soient chrétiens ou pas. En gros  c'est quand ta mère t'apprend à la maison et tu ne vas pas à l'école. Certaines écoles de là où nous venons sont très violentes, des endroits assez durs. Le sud de Chicago est comme ça ...

J : Vous portez tous ce légendaire habit irlandais appelé kilt ?

T : Un seul d'entre nous le fait. La raison pour laquelle nous n'en portons pas est que notre héritage en tant que frère n'est pas irlandais et donc nous ne voulons pas en porter un. C'est quelque chose de très secret pour les écossais. Mais Josh, notre joueur de cornemuse, est écossais ; son nom est Robertson et il fait partie du clan Robertson et est effectivement écossais.

J : Le clan Robertson? Ils font du whisky ?

T : Je ne suis pas sûr, il faudra lui demander, je pense qu'il en saura probablement plus que moi à ce sujet !

J : Tu aimes le whisky ?

T : Je n'en ai jamais gouté ! Je sais c'est difficile à croire, mais je ne bois pas souvent. Mais je n'ai pas de problème avec ceux qui boivent régulièrement ...

J : Nous on est français, et dans notre pays, tu dois boire du vin !

T : Oui je sais ... mais j'ai déjà bu une fois ! Je ne le fais pas souvent, mais ça m'est déjà arrivé !

J : Et alors, t'as eu des soucis de digestion après ?

T : Non non non, je n'ai pas vomis, mais je crois bien que j'ai eu des soucis de ventre quand même ... j'aurais du prendre un meilleur vin !

J : J'imagine que c'était à l'église durant une sainte cène ?

T : Exactement, c'est la ou j'ai bu du vin, je crois bien que c'était lors d'un sacrement, une communion ou quelque chose du genre. Ca n'arrive pas souvent, mais aux USA c'est différent que chez vous avec le vin. Beaucoup de chrétiens boivent, surtout les catholiques, mais beaucoup de protestants s'abstiennent, et il y a de multiples raisons pour ça. Comme j'ai dit, je n'ai aucun problème avec ceux qui boivent, mais pour moi c'est juste un de ces trucs ...

C : Pourtant en Amérique beaucoup de gens fument à l'église, alors qu'en France tu ne verras jamais ça !

T : Oui. Pas dans l'église, mais après. Il y a actuellement un grand mouvement pour que les gens arrêtent de fumer.

C : C'était un sérieux problème !

T : C'était oui, quand tout le monde sortait dehors pour fumer, mais bon si tu peux le contrôler, alors tu es responsable. Regarde, moi je fume bien la pipe, comme un vieux !

J : Ah oui ?

T : Pas du crack ou de la marijuana bien sûr, mais une bonne vieille pipe allemande !

J : Bon je crois qu'après tout ça on peut parler sans problème de la France maintenant. Quand est-ce que vous venez ?

T :
On veut vraiment vraiment venir ...

J : Mais ils disent tous ça et on ne voit jamais personne !

T : Parce que c'est pas évident de venir ...

C : Si ça t'intéresse il y a ce grand festival à Lorient chaque année où il n'y a que de la musique celtique (Le Festival interceltique de Lorient, ndlr).

T : Sérieux ? C'est génial. Il va falloir qu'on regarde ça.

La première fois que nous avons rencontré quelqu'un qui venait de France c'était quand nous sommes allés au Japon. Nous y avons rencontré un gars qui est venu à un de nos concerts et il était trop cool. Il est parti la bas car il avait marié une japonaise et il nous disait tout le temps qu'on devait aller en France, et oui, on veut y aller ! Je crois que ce sera fun.

De mon point de vue, les américains ont une perception bien différente de ce que la France est vraiment. Mais de la même façon, les européens ont une bien mauvaise idée ce qu'est réellement l'Amérique. Ils vont sur MTV et voient Britney Spears et ils pensent que tout le monde est comme elle. Mais la Californie n'est pas l'Amérique, c'est un endroit à part ! Je pense que ce serait classe de venir, voir ce pays et voir ce que la France est réellement. On aimerait trop pouvoir venir.

J : Tu sais où sur une carte se trouve la France, pas vrai ?

T : Absolument ! Bien sûr que je sais.

J : Genre c'est quelque part entre le Japon et le Mexique ?

T : La France est juste de l'autre côté de l'Angleterre.

J : On aime bien se moquer des américains qui ne connaissent rien ...

T : Et pourtant je pense qu'on connait plus l'Europe qu'on ne connait le Canada !

J : Et bien je suis canadien !

T : Canadien francophone ? J'en ai rencontré un il y a quelque temps.

J : Non pas de Québec, mais de London, en Ontario

T: Ah oui ? Ca c'est cool !

Bon pour revenir à la France, on veut venir mais le plus dur est d'avoir des contacts. Notre distribution en Europe est très faible. Nous avons des trucs en ligne mais on ne travaille avec aucun label en Europe. Notre distribution est très faible et je crois même qu'elle est limitée à l'Allemagne. Nous voudrions avoir quelqu'un qui puisse nous aider. On n'a personne pour nous aider à venir là- bas. Parce que quand tu vas là-bas, il faut faire une tournée et jouer en espérant que ça rapporte assez pour rentrer dans ses frais. Alors ce serait bien d'avoir quelqu'un qui connaisse le marché et qui voudrait nous promouvoir.

J: Et le problème de venir en France ou en Europe est que tu devras faire une grande tournée ... ça ne peut pas être que pour un concert.

T: Tout le groupe doit se déplacer, avec le matériel. Et pour remplir les salles, il faut être connu. Mais on pourrait faire une tournée et perdre de l'argent, mais on doit encore trouver quelqu'un pour s'occuper des salles. En fait, j'ai rencontré quelques personnes qui seraient d'accord de nous aider pour ce genre de tournée ... alors c'est dans notre liste.

J: Il faut venir. 

T: On va le faire. On va travailler là-dessus.

C: Oui il faut que vous veniez car il y a beaucoup de punks en France.

T: Ah oui ? Honnêtement d'ailleurs des fois je préfère sortir avec des punks qu'avec certains chrétiens ...

C: Pourquoi ?

T: Simplement parce que chacun a sa foi. Et les gens jugent très facilement quand il s'agit de la foi, et disent que si tu ressemble à ça alors tu n'es pas chrétien, si tu ne crois pas comme eux alors tu n'es pas chrétien non plus ... Il y a eu des cas dans lesquels des gens ont quitté leur église parce que leur pasteur nous avait fait venir en concert. Rien que parce qu'on est venus jouer dans leur église ils l'ont quittée ! C'est dingue.

J: Je comprends ce que tu veux dire. Une fois pendant une interview avec un groupe je leur ai demandé s'ils étaient un groupe chrétien ou des chrétiens dans un groupe, et ils ne l'ont pas vraiment bien pris car ils ont eu l'impression que j'étais en train de les juger.

T: Ils étaient chrétiens ?

J: Oui, et ils ont répondu « les deux ».

T: Ils étaient américains ?

J: Oui ...

T: C'est très différent ici (en Europe, ndlr) de ce que j'ai pu voir. Vous avez beaucoup de groupes chrétiens qui jouent dans le séculier. En Amérique c'est très divisé. Mais je pense que si tu devais à n'importe lequel des groupes présents ici (Pillar, Project 86, Fireflight, Spoken, etc), ils veulent jouer n' importe où. Mais je crois que l'industrie du disque aux USA nous catalogue, étiquette, catégorise de cette façon. Un jour quelqu'un m'a demandé comment je me sentirais si quelqu'un venait me voir et disait « Viens nous voir en concert, nous sommes un groupe de punk bouddhiste ! ». Et bien je répondrais « Je ne me sens pas concerné par le bouddhisme donc pourquoi irais-je te voir ? ». Et c'est la même chose pour les chrétiens et les non-chrétiens. Si quelqu'un n'est pas chrétien il a l'impression d'être exclu de te voir ou d'écouter ta musique, et ce n'est pas du tout ce que nous souhaitons.

J : Je crois que c'est Sonny de P.O.D. qui a dit « Nous sommes des chrétiens jouant dans un groupe. Mais regarde les Beastie Boys, ils sont tous bouddhistes. Mais ils ne se présentent pas en disant « Nous sommes un groupe bouddhiste », non, ils disent simplement qu'ils sont un groupe de rock ».

T : Ils disent ça pour pouvoir le faire plus efficacement.

J : Qui ça, P.O.D. ?

T : Oui, P.O.D. Ce sont des gens très bien, et très pieux.

J : Tu les a déjà rencontrés ?

T : Non mais j'ai un ami proche qui les a rencontrés et qui peut se porter garant de ça.

J : A propos d'autre groupes, pour lesquels donnerait-tu tout ce que tu as pour faire une tournée avec ?

T : J'aimerais trop faire une tournée avec les Pogues, bien évidemment. Avec The Cromags, d'Amérique. Flogging Molly est plutôt fun également, j'aime beaucoup ces gars et j'aimerais carrément jouer avec eux encore une fois. AC/DC serait probablement l'expérience la plus intéressante possible, ce serait tellement différent ! On aime tous beaucoup AC/DC.  Hmmm ... beaucoup de chrétiens pourraient me juger pour avoir dire ça ... mais j'aime AC/DC, c'est un grand groupe.

J : Et si tous les groupes ayant existé étaient toujours vivants ou jouaient toujours ensemble ?

T : Ca c'est une bonne question. Personne ne me l'a jamais posée. J'aime ça !

Alors je répondrais ... Johnny Cash, The Clash, The Ramones. J'aime les Clash sans être un grand fan mais le reste du groupe l'est. J'aime Joe Strummer. J'aime des trucs plus bourrins et rapides comme les Ramones. J'aime également un autre musicien que j'aurais trop aimé voir jouer ... je ne me rappelle plus son nom, il est de France ...

J : Serge Gainsbourg?

T : Non c'est un joueur de jazz gipsy. Je ne pense pas qu'on aurait pu jouer avec lui ... Pendant la deuxième guerre mondiale il jouait en France, c'était un tzigane. J'aime énormément ce qu'il fait, il est impressionnant. Il n'avait que deux doigts .... Django Reinhardt ! Je suis fan !

J : C'est dit ! On a beaucoup parlé, et approche de la fin. Aurais-tu un dernier mot ?

T : Bonjour la  France ! Soyez prêts, on arrive bientôt !

J : France, fais attention, Flatfoot 56 arrive !

T : Au revoir tout le monde, on est bientôt la !

Partagez cet article

Tags:
Plus dans cette catégorie : « La Dispute The Classic Crime »

Éléments similaires (par tag)

Concernant l'auteur

Guillaume

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :