The Devil Wears Prada

Rencontre avec Jeremy Depoyster, guitariste de The Devil Wears Prada, un jeune groupe qui monte en faisant preuve d'une grande maturité !

001

Beehave : Salut Jeremy, tu es le chanteur de ‘The Devil Wears Prada’. Peux-tu te présenter et présenter le reste du groupe ?

Jeremy Depoyster : Mon nom est Jeremy Depoyster, je chante et joue de la guitare pour ‘The Devil Wears Prada’. Le reste du groupe est composé de Mike Hranica à la voix, Chris Rubey à la guitare, Andy Trick à la basse, Daniel Williams à la batterie et James Baney aux claviers.

B. : Est-ce le lineup d’origine, ou y-a-t’il eu des changements majeurs depuis le démarrage du groupe ?


J.D. : C’est presque le groupe d’origine, depuis le troisième ou le quatrième concert.

Le nom du groupe (‘The Devil Wears Prada’ / Le diable s’habille en Prada, ndt) est toute une histoire. Je sais que vous l’avez pris d’un livre portant ce titre et cela bien avant le film du même nom. Pourquoi avez-vous choisi de vous appelez ainsi, avant le succès du film, et quelle signification ce nom a pour vous ?

A l’époque, nous avions discuté d’un changement, avant que le film sorte en salles. Seulement, nous étions signés chez Rise Records et ils ont dit que, malgré tout, ça le ferait. Nous avions un CD qui allait sortir pendant l’été, nous nous sommes donc retrouvés un peu coincés.
Pour nous, le nom ‘The Devil Wears Prada’, signifie qu’il y a des choses plus importantes, dans la vie, que les choses matérielles. Ca ne veut pas dire que tout est mauvais dans la mode, les tenues vestimentaires, les jeux vidéo ou des choses semblables. Elles ne doivent pas prendre la place de Dieu.

002

Il y a du chemin de parcouru depuis ‘Patterns Of A Horizon’, en 2005. Il ya eu trois albums sortis chez Rise Records, dont ‘Dear Love: A Beautiful Discord’. Comment Rise Records a entendu parler de vous ? Est-ce à cause du nom ?

Nous leur avons envoyé un mail avec un lien vers notre MySpace. Ils ont vraiment apprécié et nous ont signé rapidement. Nous les avons contacté en premier, donc !

Vous avez aussi travaillé avec Fearless Records, pour qui, vous avez écrit la chanson ‘Still Fly’. Qu’est ce qui a motivé d’être sur le « sampler » (compilation, ndt) ‘Punk Goes Crunk’ ? Il y a des grands noms, ça c’est sûr !

C’était à la fois un challenge et beaucoup de plaisir. Notre management nous a demandé si nous étions intéressés de faire une reprise d’une chanson rap et bien entendu, nous avons répondu oui. Une fois que nous nous étions décidés sur ‘Still Fly’, c’était assez drôle de la reprendre en version métal. C’est un des moments les plus fun que nous avons eu en studio.

Revenons à Rise Records et à l’album ‘Plagues’. Ils l’ont ressorti sous le nom ‘Plagues (Re-release)’ et cela s’est passé juste après votre annonce de départ pour Ferret Records. Cette réédition vient elle de vous ou de Rise Records ?

Sur cette version, ‘Plagues’ est l’album d’origine et quand nous l’avions réédité, nous voulions faire un DVD. C’était ok pour les deux labels d’inclure une réédition du CD plutôt qu’un simple DVD.

La pochette est vraiment différente aussi. Je suppose qu'elle a été faite par Dan Mumford. Pourquoi avoir choisi cet artiste et cette pochette assez étrange ?

Nous avions une pochette d’album au style assez similaire pour ‘Dear love’ et le premier ‘Plagues’. Nous voulions quelque chose de très différent pour la réédition. Ainsi les personnes qui avaient déjà le premier album auraient, avec celui-ci, beaucoup plus qu’un DVD additionnel.

Parlons de votre choix de signer chez Ferret Records. Qu’est ce qui vous a fait vous décider d’aller travailler avec eux ?


Nous avons discuté avec pas mal de labels. Ferret est celui qui nous convenait parfaitement. Ils sont assez gros pour nous donner l’impulsion dont nous avons besoin, mais ne sont pas une major pour autant qui nous disent quoi faire. Ce n’est pas une mince affaire quand on est un groupe chrétien.

005

Dans la biographie écrite sur le site web de Ferret, il est dit que « la qualité de production, sur cet album, est vraiment spéciale ». Qu’est ce que cela signifie ? Qu’y-a-t’il de si spécial sur ‘Roots Above and Branches Below’ ? A quoi devons nous nous attendre pour cet album ?

Nous avons travaillé dur sur l’écriture. Nous avons construit des riffs et des chorus accrocheurs. Nous avons fait beaucoup d’efforts sur le son afin qu’il soit plus gros et plus « cinématographique » en ayant recours aux claviers et autres bidouilles de production. Nous avons enregistré un tas de pistes de guitares et avons travaillé sur chaque aspect de la musique des voix aux guitares en passant par les claviers et la batterie.

Il y a quelques photos du groupe travaillant en studio (sur le MySpace du groupe, ndt). Comment s’est déroulé le processus d’écriture ? Qui était en charge de quoi ? Qui est venu avec des idées musicales, des paroles ?

Le process était complètement différent avec cet album. Pour l’album d’avant, nous avons passé presque 6 mois, car Mike et Chris étaient encore au lycée. Pour ‘Roots Above and Branches Below’, tout s’est fait en moins de 2 mois. Nous avons vraiment écrit ensemble. Chris arrivait avec un squelette et nous mettions des muscles autour. Mike écrit toutes les paroles et nous travaillons ensemble pour construire les mélodies vocales.

Parlons du style musical. Le public vous considère comme un groupe de metalcore / screamo / deathcore / hardcore / etc. Ce ne sont que des mots, mais selon vous, ‘The Devil Wears Prada’ joue quel genre de musique ?

Je nous définirais, probablement, comme un groupe de métal. Plutôt mélodique, mais définitivement, un groupe de métal. Nous avons un tas d’influences. Je sais que le public dirait que ma voix est de type ‘screamo’, mais pour la musique en elle-même, c’est bien du métal.

Vous avez publié (sur MySpace, ndt) le morceau ‘Sassafras’, ainsi que ‘Assistant to The Regional Manager’. Ces deux morceaux sont ils une indication de votre évolution musicale, auquel le public doit s’attendre ?

Disons, qu’ils donnent une vue d’ensemble du nouvel album. Il y a des morceaux lourds mais avec une bonne mélodie au refrain et des guitares lead.

003


‘Roots Above and Branches Below’ sera édité sous forme de 2 packages : un album simple et une version deluxe avec DVD. Que trouvera-t-on sur ce dernier ?

Il y aura un documentaire sur notre enregistrement, une sorte d’immersion dans le studio.

Deux clips furent réalisés sur 2 morceaux de ‘Plagues’, par Endeavor Media Group. Doit-on s’attendre à la même chose pour ce nouvel album ?

On part en tournage ce mois ci. Cela dit, ce ne sera pas avec Endeavor Media Group que nous travaillerons. Nous allons avoir une approche différente, cette fois-ci.

Il y a un long passage ou tu (Mike) parles de morceaux et de paroles traitant sur les tragédies, la vraie vie et Dieu. Tu dis que beaucoup de groupes écrivent sur Dieu mais que vous avez pris une direction différente en écrivant sur des personnes qui sont venues à Dieu et ont des difficultés avec leur foi. Est-ce le thème du nouvel album ? Si ce n’est pas le cas, qu’est ce qui t’a fait écrire cela ?

Jeremy : De ce que je comprends, c’est le thème central du nouvel album. Mike a écrit deux enregistrements avec le leitmotiv, « C’est notre foi, c’est ce que nous croyons ». Maintenant, il écrit pour des personnes qui ont la foi et qui croient. Quant aux difficultés qu’ils ont traversées, il essaie de les réconforter au travers de cet album.

Est-ce du vécu ? Est-ce difficile pour vous de rester vrais avec Dieu avec la vie d’un musicien sur la route ? Est-ce que vous parvenez à avoir une vie d’église régulière ?

C’est vraiment difficile d’avoir une vie d’église régulière, quand on est sur la route. Mais nous prions beaucoup ensemble et individuellement. Je lis ma bible dès que je le peux. Ce groupe m’a appris que Dieu est vivant en dehors de l’église.

006

L’album ‘Plagues’ (plaies en français, ndt) a pour thème, les plaies de l’Egypte. On peut voir des photos de vous montrant vos tatouages en relation avec Dieu. Bien que vos paroles laissent peu de doute à ce sujet, vous considérez-vous comme un groupe chrétien ?

Oui, nous sommes un groupe chrétien. Mais nous ne prêchons pas. Mais c’est clairement le message que véhicule le groupe.

Quel genre de relations entretenez-vous avec les autres groupes, non chrétiens, lorsque vous êtes en tournée ? Qu’en est-il des autres groupes signés chez Ferret Records ?

Quasiment tous les groupes, avec lesquels nous tournons, sont séculiers, comme l’est la majorité de nos amis. Nous sommes donc en permanence avec des non-croyants. Ce n’est pas comme si nous étions dans une situation inextricable… Ils font leurs trucs dans leur coin, nous faisons nos affaires de notre côté. Cela ne nous empêche pas pour autant, de passer du bon temps avec eux.

Etes vous aussi ouverts sur scène ? Le public vient il vous voir après les concerts pour parler de votre musique ou de votre foi ? As-tu un exemple en tête ?

La plupart du temps, les gens nous parlent de la musique. Parfois, nous avons droit à des : « Eh mec, j’ai vraiment apprécié que tu parles de Dieu, ce soir, sur scène ! ».
Mike parle de Jésus tous les soirs. Je ne pense qu’il soit trop poussif ou trop « prédicateur ». Nous respectons les croyances de chacun.

Parlons tournée, maintenant. A Beehave, nous posons la même question aux groupes étrangers : quand allez vous venir en France ? Nous avons malheureusement droit à la même réponse : « Nous voulons venir, mais c’est difficile pour nous ». Nous comprenons cela, tout à fait.

Nous travaillons sur la tournée européenne pour l’hiver. Donc, peut être que ça arrivera, finalement ! Nous avons besoin de venir… ‘Je parle un petit Français’…

Nous avons terminé. Merci encore pour votre temps. Quel serait votre mot de la fin ? Avez-vous un petit message à adresser à vos fans français ?

Merci pour votre support. Dieu vous bénisse et peut être, à bientôt !

Traductions : Jérémie & Idriss

Partagez cet article

Plus dans cette catégorie : « Project 86 August Burns Red »

Concernant l'auteur

Guillaume

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :