Maylene And The Sons Of Disaster

Suite à la sortie du troisième album de Maylene And The Sons Of Disaster, voici une interview réalisée par email avec Dallas Taylor, son emblématique leader.

3sm

Guillaume : Salut Dallas, tu es le chanteur de Maylene And The Sons Of Disaster. Pourrais-tu te présenter ainsi que tes acolytes ?

Dallas : Oui, je suis Dallas Taylor, je m'occupe du chant. Puis vient Chad Huff à la guitare, Kelly Nunn aussi à la guitare, Roman Haviland à la basse et Matt Clark à la batterie.

Guillaume : Quand et comment a été créé le groupe ?

Dallas : Après avoir quitté Underoath, j'ai déménagé dans l'Alabama pour me concentrer sur ma vie et mon futur dans la musique. J'ai alors eu un flashback concernant les choses de mon enfance. J'écoutais de la vieille musique country, et j'ai ressenti une sorte de fierté vis à vis de la terre qui m'a vu grandir et qui m'a fait être la personne que je suis actuellement. Du coup le rock du sud est devenu une forte influence qui s'est ajoutée à mon prétendu passé métal, ce qui a abouti en la création de Maylene en 2004.

Guillaume : C'est une question qu'on t'a déjà posée des centaines de fois mais beaucoup de fans d'Underoath se demandent encore pourquoi tu as quitté ce groupe ?

Dallas : Pour être honnête, ça fait longtemps maintenant, et nous sommes restés amis depuis toutes ces années. Il leur est arrivé de bonnes choses, alors on peut dire que les décisions qui ont été prises à l'époque étaient les bonnes pour tout le monde. En gros, j'avais besoin de régler certaines choses dans ma vie à ce moment, alors que de leur côté, ils avaient besoin d'avancer.

Guillaume : Pas de regret que les choses ne se soient pas passé différemment ?

Dallas : Pas du tout. Je pense qu'ils ont trouvé ce dont ils avaient besoin en Spencer, et moi j'avais besoin de Maylene.

Guillaume : Tu as écrit une piste de piano pour le groupe The Everette. Comment les as-tu rencontrés, et qu'est-ce qui t'as donné envie de bosser avec eux ?

Dallas : C'est quelque chose dont on a beaucoup parlé avec mon ami Patrick Copland et un jour cela est devenu possible. On s'est beaucoup amusé à faire ça, mais ce n'était pas évident de trouver le temps de le faire car lui et moi sommes très occupés.

Guillaume : Es-tu impliqué dans d'autres projets musicaux ?

Dallas : Non ça s'arrête la. Maylene est un projet à un temps plein, alors il prend l'essentiel de mon temps.

Guillaume : Tu es un homme marié avec un enfant. Comment grèes-tu ce temps divisé entre ta vie dans le groupe et ton rôle de mari et père ?

Dallas : J'y fais très attention. Il faut une femme particulière pour comprendre et gérer quand je ne suis pas à la maison. Et quand je suis à la maison, et c'est parfois difficile pour moi, mais je me dois de laisser la vie que j'ai en tournée derrière moi une fois que les concerts sont terminés, afin de me concentrer sur ma famille.

Guillaume : Tu es le seul à être marié dans le groupe ?

Dallas : Matt, le batteur, est marié depuis quatre ans.

Guillaume : Le groupe a vécu un gros chamboulement l'année dernière avec le départ des trois guitaristes et du batteur. Ca fait plutôt beaucoup pour un groupe, pourquoi sont-ils partis ?

Dallas : les anciens membres avaient envie de se poser un peu, se marrier et commencer une vie loin de la route. Comme Roman et moi sentions qu'on voulais continuer encore, on a contacté certaines personnes avec qui on avait déjà collaboré dans le passé et qu'on considérait comme des amis en plus d'être de bons musiciens. Du coup la transition était plus facile pour nous.

Guillaume : trois de ces nouveaux venus ont joué avec toi dans Underoath à un moment donné. Ils étaient tes premiers choix ? Ils ont réagi comment quand tu leur a demandé de te rejoindre ?

Dallas : Ils étaient nos premiers choix et heureusement pour nous ils étaient tous prêts et disposés à reprendre la route. Je pense qu'on était tous très enthousiastes à l'idée de rejouer ensemble.

Guillaume : Ton premier album est sorti chez Mono Vs Stereo, puis tu es allé chez Ferret Records. Comment se sont passées ces différentes signatures ?

Dallas : Très bien. Ferret s'occupe bien de nous, et nous a donné le coup de boost, avec Mono, dont on avait besoin pour évoluer.

Guillaume : Quel genre de relations avez-vous avec Ferret ?

Dallas : Très bonne. Elles sont d'ordre professionnel, mais ils aiment beaucoup le groupe et nous soutiennent dans ce qu'on essaye d'accomplir. Ce sont des gens vraiment bien.

Guillaume : Vous avez déjà tourné cinq vidéo clips (Tough As John Jacobs, Dry The River, Darkest Of Kin, The Day Hell Broke Loose At Sicard Hollow et Step Up / I'm On It). Quel sera le prochain chant ?

Dallas : Ce n'est pas sûr encore, on essaie de voir quels chants le public apprécie le plus. Pour le moment, c'est assez ouvert.

Guillaume : Le clip pour Step Up / I'm On It est basé sur le film Deliverance, n'est-ce pas ? Est-ce un film qui t'a choqué quand tu étais jeune ?

Dallas : Oui dans les deux cas. Nous aimons vraiment le film original et on voulait d'un certaine façon rendre hommage à un film aussi bon et controversé en son temps.

Guillaume : Ce n'est un secret pour personne que le nom du groupe vient de l'histoire de Ma Baker. Mais pourquoi choisir une telle histoire pour baptiser un groupe ?

Dallas : Quand j'étais jeune, la Police du village dans lequel j'ai grandi faisaient régulièrement des reconstitutions historiques de l'histoire de Ma Baker, et on pouvait y voir comment elle et ses fils furent abattus par les forces de l'ordre, il y a bien des années dans ce même village. Cette histoire m'a toujours fasciné et ça ne m'a jamais quitté, même une fois devenu adulte.

12sm

Guillaume : Que signifie alors pour toi "Maylene And The Sons Of Disaster" ?

Dallas : D'une certaine façon nous sommes les enfants de Ma Baker réincarnés, disant à tout le monde de ne pas faire les mêmes erreurs et que parfois, dans la vie, on se retrouve à faire des choses qu'on ne fait les choses qu'on devrait faire.

A mesure que les fils Baker tombaient dans une vie criminelle, Ma Backer était quand même derrière eux et pensait pas qu'ils pouvaient faire quelque chose de mal. Elle était tellement déconnectée qu'elle pensait même qu'ils faisaient l'oeuvre de Dieu !

Guillaume : Plusieurs des chants ont un lien avec cette histoire, mais quels sont les autres thèmes que tu aimes aborder ?

Dallas : Etre loin de chez soi en tournée, les relations humaines, et un peu d'être fier d'où on vient, quelle que soit la honte qu'on peut ressentir parfois.

Guillaume : De ce que je comprends de certaines paroles, il semble qu'elles parlent également de la vie après la mort, de jugement et de condamnation. D'autres sujets que tu affectionnes ?

Dallas : Et bien j'aime également parlé avec les gens de théories du complot, mais la vie après la mort est toujours un bon sujet.

Guillaume : MATSOD est générallement considéré comme un groupe chrétien. Est-ce quelque chose qui te dérange, et voudrais-tu plutôt qu'on dise qu'il s'agit d'un groupe composé de chrétiens ?

Dallas : Ca ne nous dérange pas vraiment. Les gens vont nous coller une étiquette dans tous les cas, quoi qu'on dise ou fasse. Nous somme tous chrétiens et ça ne nous pose pas de problème de le faire savoir. On ne va pas critiquer les gens sur leurs convictions, nous respectons tout le monde pour ce qu'ils sont.

Guillaume : Que représente Dieu, la foi et Christ pour toi ?thumb

Dallas : Tout. Il s'est manifesté de manière évidente dans ma vie et de manière tellement permanente qu'il m'est à présent impossible de ne pas croire en Lui.

Guillaume : MATSOD joue une sorte de hard rock à la sauce southern. D'où vient l'envie de jouer un mix musical pareil ?

Dallas : Ca vient de mes racines auxquelles j'y ai ajouté ce qui m'a influencé quand j'allais voir des concerts à l'adolescence, pendant ma période heavy.

Guillaume : C'était une volonté spécifique de ne pas jouer la même chose qu'avec Underoath ?

Dallas : J'avais besoin de changement, tant personnel que musical.

Guillaume : Quand III est sorti, il s'est positionné directement à la 71ème place du Billboard 200 US. Cette bonne place t'as-t-elle surprise ? A quoi t'attendais-tu avant sa sortie ?

Dallas : Honnêtement, on ne s'attendait à rien. Tout ce qu'on veut, c'est continuer de faire de la musique et sortir de la musique qui, espérons-le, puisse plaire aux fans autant qu'à nous. Le reste suivra.

Guillaume : Qu'as-tu changé ou amélioré concernant le temps passé en studio et l'enregistrement, entre les trois albums ?

Dallas : Progresser entre chaque album studio est inévitable. On essaie toujours de s'améliorer musicallement en espérant que cela se réflète dans notre musique.

Guillaume : Qui écrit la musique et les paroles ?

Dallas : J'écris les paroles et on écrit tous la musique. De temps en temps nous accueillons des invités qui participent à la musique, ce qu'on apprécie énormément car il y a des talents formidables dans notre région.

Guillaume : Qu'espères-tu que les gens retirent de ces chants ?

Dallas : On voudrait que soit les gens aiment notre musique pour ce qu'elle est, ou peut-être se sentent encouragés en ce que la vie est belle et que tout finira par s'arranger, quelle que soit la façon que tu as de l'interpréter. C'est ça la beauté de la musique.

Guillaume : Que dirais-tu à quelqu'un qui possède déjà les deux premiers albums pour le convaincre d'acheter le troisième ?

Dallas : Que les chants qu'on voulait faire rock sont encore plus rock, et que les chants heavy sont encore plus heavy. C'est un bon mix de rock n' roll southern et marécageux.

Guillaume : Vous êtes venus en France il y a quelques années avec Norma Jean, et depuis plus rien. Vous êtes venus en Angleterre il n'y a pas longtemps, quand est-ce que vous reviendrez chez nous ?

Dallas : J'espère rapidement. Si ce n'est pas cette année, on voudrait venir dès l'année prochaine, mais on verra.

Guillaume : Que va-t-il se passer pour MATSOD dans un avenir proche ?

Dallas : J'espère de bonnes choses ! Le futur à l'air sympa dans le groupe et on sent tous que ça devrait continuer, donc on verra. Nous sommes tellement reconnaissants que nos fans continuent de nous encourager.

Guillaume : Merci pour ton temps ! Un dernier mot ?

Dallas : Merci infiniment pour tout, et on espère qu'on pourra revoir tout le monde rapidement, et encore une fois on ne peut pas remercier assez nos fans ... merci pour tous les encouragements !

Partagez cet article

Plus dans cette catégorie : « For Today Day Of Fire »

Concernant l'auteur

Guillaume

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :
parajumpers pas cher parajumpers pas cher parajumpers pas cher parajumpers pas cher parajumpers pas cher parajumpers pas cher golden goose outlet golden goose outlet golden goose outlet golden goose outlet golden goose outlet golden goose outlet nike tn pas cher nike tn pas cher nike tn pas cher nike tn pas cher nike tn pas cher nike tn pas cher stone island outlet stone island outlet stone island outlet stone island outlet stone island outlet stone island outlet tn pas cher moschino outlet moschino outlet moschino outlet moschino outlet moschino outlet moschino outlet valentino outlet valentino outlet valentino outlet valentino outlet valentino outlet valentino outlet cheap nfl jerseys moschino outlet online stone island outlet pandora outlet