Showbread

Lorsque Showbread se déplace en Europe, ça se transforme forcément en concert mémorable. Alors logiquement, une interview se doit d'être du même calibre. Bonne lecture, ces mecs sont dingues, mais profondément attachants quand ils parlent de leur foi, de ce qui les pousse à faire de la musique, et de leur style anti-conformiste par rapport au système religieux américain. Un seul mot les résume parfaitement : Authentiques.

showbread

Jérémie :
Bonjour, je me présente. Je suis Jérémie, je viens de France.
Josh :
Salut ! J’étais en France il y a à peine 2 semaines !
Jérémie :
Oh ! Tu étais ou ?
Josh :
A Paris.
Jérémie :
Evidemment.
Josh :
C’était avec ma femme. Et on a mangé à Mc Do ...
Jérémie :
Ah ouais ... ça craint ...
Josh :
Je sais (rires) !
Jérémie :
Ok les gars, comme c'est la première fois qu'on fait une interview ensemble, je vais probablement vous poser des questions évidentes.
Josh :
Aucun problème.
Jérémie :
Autre précision, ce n'est pas moi qui aie préparé l'interview.
Josh :
C'est pas mal comme début.
Jérémie :
Mon gars qui a préparé les questions se trouve être un très grand fan de Showbread. Il a écrit des tonnes de questions que je vais devoir traduire, à moins que vous ne compreniez le Français ?
Patrick :
Je sais dire "Hello" et quelques autres trucs (rires) !
Jérémie :
Et "Comment ça va" ?
Patrick :
"Comme-ci, comme-ça"
Jérémie :
Pas mal du tout !
Patrick :
C'est tout ce que je sais dire.
Landon :
On va passer notre temps à s'impressionner ?
Mike :
"Je m'appelle Mike et je n'aime pas le fromage"
Landon :
Impressionnant.
Jérémie :
Allez, on y va. Le groupe a commencé en 1997 en jouant dans une Eglise. Puis, en gros vous avez été mis dehors ?
Josh :
On peut dire çà. Plus ou moins. On a commencé par faire de la louange. Puis, on s’est fait jeter quand on a commence à faire du son plus punk rock. En gros, ils nous ont dit “Merci de ne plus venir jouer ici” ... C’était pas aussi direct mais ils n’ont l’ont bien fait comprendre.
Jérémie :
Dingue. Vous auriez pu être un groupe français. Parce qu’en France, c’est un peu comme çà. Le metal n’est pas vraiment apprécié. Pouvez-vous dire que c’est là que tout a commence pour vous ?
Josh :
C’est sûr que çà nous a fait prendre çà plus au sérieux. Au départ on était un groupe d’amis qui jouait de la musique chrétienne dans les églises le dimanche. Quand on s’est fait virer on s’est dit “pourquoi pas faire de la musique dans un vrai groupe !”.
Jérémie :
Le groupe a beaucoup changé depuis. Qui reste-t-il du début ?
Josh :
Ouais les membres originaux sont moi, ce gars là (Patrick). Il est à l’origine du groupe et m’a demandé de l’intégrer.
Patrick :
Tout ça c'est ma faute !
01
Jérémie :
"Bravo" !
Patrick :
Merci !
Jérémie :
Tu comprends mais pourtant c'est du français !
Tous :
(rires)
Jérémie :
C’est difficile de changer tout le temps ?
Josh :
Ouais, çà craint.
Patrick :
C'est pas drôle ...
Jérémie :
Qui est Ivoire Tae Mobly?
Josh :
Ivory ?
Jérémie :
Ouais (rires). Désolé. Je ne connais pas vraiment votre histoire. Il (Guillaume) a écrit “Ivoire” parce que c’est la traduction de son prénom en français.
Josh :
(rires) Ivory est plus ou moins l’un des membres de départ du groupe. On a grandi ensemble avec Patrick. Pendant des années il a été le 2ème chanteur du groupe. Il a senti que Dieu l'appelait à autre chose il y a quelques années et il est parti. Maintenant il emprunte de l’argent à Patrick et ne le rembourse jamais (rires) !
Jérémie :
Je peux publier ça ?
Patrick :
Publie le.
Josh :
Et envoie-lui un exemplaire !
Patrick :
Il a pris des cours de français, non ?
Josh :
Il était en cours de Français avec moi en tout cas.
Jérémie :
Donc tu parles français aussi !
Josh :
Juste assez pour commander à Mc Donald’s (rires) !
Jérémie :
Comment réagis votre label (Solid State) à tous ces changements dans le groupe?
Patrick :
Ils s'en moquent.
Josh :
Pour le premier album ils se disaient vraiment qu’on était un groupe bizarre. On venait les voir avec nos idées folles et eux ils ne savaient même plus qui faisait partie du groupe. Ils nous demandaient : « mais vous voulez quoi maintenant ? »
Patrick :
De l'argent !
Jérémie :
Ah, l’argent, c’est tout ce qu’ils veulent! On peut écrire çà?
Josh :
Ouais bien sûr
Patrick :
Envoies leur une copie aussi (rires) !
Jérémie :
Que veut dire Showbread ?
Josh :
Showbread veut dire pain de proposition. Ce sont les pains sacrés gardés dans le Temple au temps de l’ancien Testament. On a choisi ce nom en référence à un message de Jésus dans Matthieu où il parle de David qui est entré dans le Temple et a mangé ces pains alors que c’était contraire à la Loi. Il a utilisé cet exemple pour illustrer le fait que certains se réfugient dans le traditionalisme et ne font pas ce qui est juste à cause de ces règles qu’ils s’imposent. En fait, c’est en lien avec notre histoire lorsqu’on a été rejeté par les églises.
Jérémie :
Qui a eu l’idée du nom ?
Josh :
En fait c’est un ami qui a commence le groupe avec Patrick. Il a trouvé ce terme dans une concordance biblique et s'est dit que çà sonnait pas mal. Donc c’est lui qui nous a infligé ce nom stupide (rires). C’est vrai qu'on lui a trouvé une bonne signification mais çà à l’air assez bête quand on le voit écrit.
Jérémie :
Vous avez pensé à en changer ?
Patrick :
Oui mais ça ne s'est pas fait.
Jérémie :
Un peu d’exercice mental à présent. Pouvez-vous décrire chacun de vos cds ?
Josh :
Chacun de nos cds ?
Jérémie :
Comme par exemple the Dissonance of Discontent. Est-ce que tu peux nous en parler Garret ?
Josh (à Garret) :
Est-ce que tu l’as déjà écouté (rires) ?
Garret :
Euh .... (gêné) ... Mike, tu pourrais répondre à cette question (rires) ?
Mike :
C'est un ensemble de chants qu'on avait et qu’on a mis sur l’album pour ne pas qu’ils se perdent, comme une sorte de medley.
Josh :
C’était en 1998 je crois ?
Jérémie :
Exact ! Bonne mémoire. Et Goodbye is Forever ?
Josh :
Un autre mauvais album.
Patrick :
Le premier qu'on a fait en studio. Ou ce qu’on peut appeler un studio ...
Josh :
C’était un peu pareil que pour le premier album. On avait des idées de chansons qu'on a alors enregistrées.
Jérémie :
Et Human Beings blablabla ?
Josh :
Human Beings Are Too Shallow to fall in Love”. C’est un EP qu’on a enregistré peu après Goodbye is Forever. Encore des restes de chansons qu’il fallait caser quelque part. On était vraiment sûrs de nous à cette époque (rires).
Jérémie :
Ok, même question pour Goodnight Sweetheart.
Josh :
Encore de mauvaises chansons, mauvais enregistrement.
Patrick :
Peut-être mais c'est celui qui sonnait le mieux.
Josh :
Non, il était mauvais. Mauvaise pochette, tout était mauvais.
Jérémie :
Bon les gars, quand est-ce que commencent les bons albums, parce que votre discographie est plutôt remplie !
Landon :
The Fear Of God !
Jérémie :
Parce qu’à tu joues dessus c’est ça ?
01
Landon :
Exactement (rires) !
Josh :
Je dirais No Sir, Nihilism Is Not Practical.
Jérémie :
Vous veniez de signez chez Solid State c'est ça ?
Josh :
Oui, c’est le premier pour lequel on avait un budget.
Jérémie :
Comment avez-vous signé chez Solid State Record ?
Josh :
Un ami qui joue dans Anberlin a écouté nos démos et nous a vu jouer et il a apprécié. Il a ramené des gars de Tooth and Nail nous voir jouer lors du festival Cornerstone et ils ont aimé. Merci Stephen !
Jérémie :
On dirait que votre musique a change dès votre arrivée sur Solid State ...
Josh :
C’est vrai.
Jérémie :
Qu’est-ce-qui s’est passé ?
Josh :
C’est juste qu’on a toujours essayé de faire des choses différentes. Quand on a commence à faire “No Sir Nihilism” nos amis nous ont même demandé si on était le même groupe. On a vu que c’était cool de changer à chaque fois du coup on essaie de faire çà pour chaque album.
Jérémie :
Bon, on n’a pas encore fini avec les albums. Age Of Reptiles ?
Josh :
Très sympa, assez pop. Un bon album à écouter. C’est l’un de mes préférés.
Jérémie :
Anorexia / Nervosa ?
Josh :
Anorexia et Nervosa sont des albums concept. Il faut lire l’histoire tout en écoutant la musique. Cà se rapproche du style de la musique industrielle et gothique.
Jérémie :
C’est quand même un concept unique !
Josh :
Ca se détache clairement du reste des albums de Showbread. Très sombre mais très spirituel aussi. Vous êtes d’accord les gars ?
Patrick :
Je suis d’accord. Difficile au niveau de l’enregistrement mais le résultat est pas mal.
Jérémie :
Et les cochons étaient vrais ?
Josh :
Oui. Du moins, autant que je le sache. Les sons que j’ai téléchargés sont censés venir d’un abattoir.
Jérémie :
Un abattoir ?
Josh :
Oui, c’est effrayant n’est-ce pas ?
Jérémie :
Vous avez aussi sorti un DVD, intitulé How Showbread Ruined My Life.
Josh :
6 ans de vidéos tournées avec la camera de Mike qu’on a trimbalée avec nous. On a tout compile sur un DVD de 8 heures. C’est vraiment fun.
Landon :
Et je suis dessus.
Jérémie :
Ha, t’es dessus? Donc ça doit être pas mal !
Landon :
Surtout quand on me voit (rires) !
Jérémie :
Pourquoi avoir choisi un nom pareil ?
Josh :
En regardant les vidéos on s’est dit que tous ces moments à se mettre le feu aux uns aux autres et tous ces trucs débiles qu’on a fait on s’est dits que ce qui semble stupide pour certains nous faisaient bien marrer. Certains peuvent dire “Ce groupe m’a vraiment retourné le cerveau !”. D’où le nom “How Showbread Ruined My life” qui est un résumé assez marrant.
Jérémie :
The fear of God ?
Landon :
Un album excellent. Merveilleux ! Surtout pour la guitare qui était simplement parfaite. Tout était parfait !
Josh :
C’est notre préféré.
Jérémie :
C’est le dernier.
Landon :
C’est le meilleur parce que je suis dessus (rires) !
Jérémie :
Oh, au cas où je n’aurais pas compris ! Vous connaissez La Fontaine ?
Josh :
Qui ?
Jérémie :
La Fontaine. C’était un écrivain français assez célèbre.
Josh :
Non, je ne connais pas.
Jérémie :
Il utilisait des analogies entre animaux et humains.
Josh :
Comme quoi ?
Jérémie :
Comme ce que vous avez fait sur Anorexia.
Josh :
Ah ouais ? Peut être qu’inconsciemment j’ai reçu quelque chose de lui ? Ou peut être même que c’est le contraire ? Les grands esprits se rencontrent. Dans notre cas, c’est plutôt les esprits stupides (rires) !
Jérémie :
Qui l’a écrit ?
Josh :
L’histoire, c’est moi.
Jérémie :
Tout ?
Josh :
Oui.
Jérémie :
Les deux histoires ?
Josh :
Oui.
Jérémie :
C’est assez difficile de voir le message chrétien dans ces albums. Ca évoque la violence et des choses atroces qui leur arrivent.
Josh :
En fait, le but principal des deux albums est le thème de la rédemption qui arrive à la toute fin de chaque histoire. Pour moi, çà n’aurait pas été aussi convaincant si çà parlait de 2 sœurs pour lesquelles tout se passe bien et qui seraient ensuite entrées dans la vie chrétienne. J’ai voulu donner plus de force avec des personnages vivant toutes sortes d’expériences dégoûtantes et allant dans des endroits horribles. Ca a plus d'impact de cette façon.
Jérémie :
C'est vrai qu'il a été interdit de vente dans certains magasins ?
Josh :
Oui, les librairies chrétiennes n’en ont pas voulu.
Jérémie :
Ce fut le cas pour tous vos albums ?
Josh :
Pour notre premier album et No Sir, Nihilism is not Practical, oui. Et ils ne vendent pas Anorexia et Nervosa.
Jérémie :
Il semble que le clip de “Dead by Dawn” a été…
Josh :
Oui, on a une chanson à propos d’un film appelé “The Evil Dead”. Mais çà n’a pas plu aux mamans chrétiennes (rires) !
Jérémie :
De même pour la couverture de The Fear Of God”. L’Eglise Catholique n’a pas apprécié.
Josh :
Je ne savais même pas qu’on avait autant de fans parmi les catholiques. Ils n'ont pas aimé qu'on mette la photo du pape sur la couverture mais il ne s’agit pas du tout d’un message à propos de l’Eglise Catholique ou d’une attaque. On a juste utilisé des symboles religieux.
Jérémie :
Ca semble difficile pour vous de faire partie du monde chrétien ...
Josh :
C’est vrai et plus spécialement dans l’industrie de la musique chrétienne. Il y a toutes ces règles comme par exemple que çà ne comptait pas qu’Anorexia, Nervosa soit une représentation si catégorique de l’Evangile et de Jésus. On nous a dit “Pourquoi parler de l’avortement ?”. Le pourquoi et le comment ne comptaient pas. Ils déterminent ce qui est bien et ce qui ne l’est pas. Si çà parle de çà, alors on n’en veut pas. C’est très politique et stupide. Nous, on ne veut attaquer personne et on nous reproche d’avoir un esprit de contradiction alors que tout ce qu’on cherche c’est à être vrai, authentiques.
Jérémie :
Vous pensez que l’histoire de vos débuts à un rôle à jouer là dedans?
01
Josh :
Je ne sais pas. C’est difficile à dire. T'en penses quoi toi ?
Mike :
Euh ... c'est quoi la question ?
Landon :
T'es à l'ouest mec !
Josh :
Réveilles-toi !
Mike :
Bonjour, je m'appelle Mike !
Jérémie :
La question était: “ Penses-tu que l’histoire de vos débuts à un rôle à jouer là dedans ?"
Mike :
Je crois que oui. J’ai rejoint le groupe en 2001. Il était déjà clair qu’il n’y aurait plus rien à voir avec l’Eglise. Donc, quand je les ai rejoints, je venais d’un environnement qui n’avait rien à voir avec la musique chrétienne. J’ai essayé d’apprendre de ce qu’ils savaient et j’ai eu des expériences en tournées. C’est étrange car les gens nous parlent de sous-culture. Mais ce n’est pas le cas. Ca fait partie de la culture mais la raison pour laquelle on nous qualifie ainsi c’est parce qu’on n’est pas accepté par un large courant chrétien majoritaire, ce qui est en soi absurde. Le christianisme devrait être à la première place et c’est tout.
Jérémie :
Mais certains peuvent penser que vous ne chercher qu’à provoquer ?
Mike :
C’est sûr. On nous pose souvent ce genre de questions.
Josh :
Nous n’avons pas l’intention d’offenser qui que ce soit. C’est juste que dans l’industrie de la musique chrétienne, ils veulent un produit selon leurs normes et qui entre dans une catégorie précise. Sauf que nous, on n’a jamais voulu cacher notre message, on n’a jamais fait de secret sur ce qu’on a à dire. On a toujours été franc et nos albums ont des messages bibliques mais qui reconnaissent les choses mauvaises qui ont lieu tout autour. Et c’est là que çà les effraie.
Patrick :
Chacun va percevoir les choses de manière différente. C’est sûr qu’on ne va pas plaire à tout le monde. Tout ce qu’on essaie de faire, c’est de faire au mieux ce qui réjouit le Seigneur et avec un peu de chance, tout le reste s'arrangera.
Jérémie :
Mais c’est aussi un moyen de montrer aux non croyants que la vie chrétienne c’est aussi cool, non ?
Mike :
Et authentique. Je pense que lorsqu’on considère les chrétiens d’un point de vue extérieur, tout est entaché par la norme politique et sociale. On ne réalise même pas que les chrétiens sont de vraies personnes. Tu sais, les chrétiens traversent les mêmes difficultés que les autres.
Josh :
En s’adressant à notre public on cherche vraiment à dissiper toutes ces mauvaises conceptions de la vie chrétienne. Notre but n’est pas de vendre une marchandise ou de présenter un ensemble de règles à suivre. Réellement, çà a changé notre vie. Et on vous le dit avec honnêteté, compassion et amour. C’est de çà dont il s’agit. Tout est question d’amour et d’humilité.
Jérémie :
C’est plutôt “Voici ce que nous sommes !”
Josh :
Oui.
Jérémie :
Vous faites de plus en plus de clip. Qui les réalise ?
Josh :
Patrick et moi réalisons les clips et tout le monde participe. On aime faire les choses par nous-mêmes. Comme çà on n’a pas l’empreinte de quelqu’un d’autre dessus.
Jérémie :
Les clips sont ils de bons reflets des paroles ?
Josh :
Oui, on essaie la plupart du temps. On se donne à fond pour mettre quand même un peu de subtilités.
Jérémie :
Peux-tu m’expliquer les clips “Vehement” et “Lost Connection With the Head”?
Josh :
Lost Connection With the Head” était assez fun car ça se passe dans une école Il y a ces personnages à l’allure méchante et qui enseignent de la propagande à des enfants. La chanson parle de ceux qui se complaisent dans une vie qui n’avance pas. Certains regardent et demandent ce qui se passe. Le clip est finalement une sorte de réflexion sur l’embrigadement des enfants. Pour Vehement la chanson traite des chrétiens qui se considèrent sur un piédestal et sont condescendants. Ils pensent toujours pouvoir dire aux autres ce qui est juste et ce qui ne l’est pas en vivant d’après des standards élevés au lieu de rechercher la simplicité, d’être respectueux et aimant. On a donc choisit une atmosphère religieuse avec pas mal de références à l‘idolâtrie du patriotisme américain. Aux Etats-Unis, il y a une idée très répandue que le patriotisme fait partie de la foi chrétienne et nous on trouve ça stupide. C’est pour cela qu’on a mis des drapeaux et des bougies dans le clip.
Jérémie :
Certains d’entre vous ont-ils des projets en dehors du groupe ?
Josh :
Pour ma part, Showbread est mon premier amour en tant que musicien. Parfois, juste pour se marrer on fait un projet à côté qui n’entre pas dans l’univers du groupe, mais vu qu'avec Showbread, on peut vraiment faire de tout ...
Landon :
C’est parce qu’on est tellement bons !
01
Jérémie :
Surtout la guitare, n’est-ce-pas?
Landon :
Surtout la guitare !
Josh :
On a plus de liberté avec Showbread.
Jérémie :
Qui joue dans un autre groupe?
Landon :
Tous les 3 on a un groupe qui s’appelle Knife To Meet You. C’est vraiment un groupe génial !
Jérémie :
Meilleur que Showbread ?
Landon :
Le meilleur groupe au monde. Showbread n’est qu’un projet parallèle (rires) !
Josh :
Avec Patrick on a aussi un groupe (The Thieves Guild, ndlr), et on a une chanson sur la calzone. Tu connais ? La pizza.
Jérémie :
Très bonne pizza, surtout avec l'œuf dessus. Parlons un peu de votre venue en Europe lors du CRN '09. Quelle est votre impression ?
Patrick :
C’était vraiment le meilleur show qu’on a fait en Allemagne (rires) !
Jérémie :
C’est la première fois que vous veniez, c’est çà (rires) ?
Josh :
On s’est éclaté. Il y a des gens vraiment sympa.
Patrick :
Un public vraiment chaleureux !
Jérémie :
Il y a une différence avec les Etats-Unis?
Patrick :
On se sent comme à la maison ici.
Jérémie :
Et le public ?
Josh :
Aux USA, il ne s’agit plus vraiment de musique mais de mode, de ce qui est tendance ou pas. C’est encore plus fatiguant lorsqu’on essaie de faire quelque chose d’original et qu’on nous répond “Ah, mais c’est pas la tendance du moment !
Patrick :
Ils attendent passivement en disant : “Vas-y, montre moi ce que tu sais faire” !
Jérémie :
On dirait vraiment que vous allez vous installer en Europe !
Josh :
On aimerait vraiment arriver à s'implanter ici.
Jérémie :
C’est facile ! Il suffit d’acheter une maison ici et de commencer une tournée !
Tous :
(Rires)
Jérémie :
Parlons un peu du futur ... qu'y as-t-il de beau pour Showbread à l'horizon ?
Patrick :
Europe, Europe !
Josh :
Emménager en Europe, profiter de la sécu en France ! On vient de terminer notre contrat avec Tooth and Nail. The Fear of God était notre dernier avec eux. Maintenant on va avancer, encore essayer de nouvelles choses et voir ce qui va changer !

 

Note : Cette interview a été réalisée avant que le groupe ne signe avec Come & Live, et que de fait Landon Ginnings et Mike Jansen ne quittent le groupe. 
Traduction : Rachelimg_5325

Partagez cet article

Tags:
Plus dans cette catégorie : « Children 18:3 Flatfoot 56 »

Concernant l'auteur

Jérémie

Créateur de Beehave en 2007 avec Christelle qu'il épousera un an après, Jérémie apprécie toutes les formes du rock, surtout celles qui contiennent de la double pédale et de la saturation. Né à l'époque des pattes d'eff, il apprécie aussi tout particulièrement le glam, le thrash et le power métal, même s'il se fait chambrer à cause de ça par ceux qui sont nés dans les années 90. Et papa depuis 2015 :-)

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :