Betraying The Martyrs

Interview avec Betraying The Martyrs (metalcore FR), le trublion du métal chrétien français. 

betraying_the_martyrs_bandeau_et_interview

Jérémie :Est-ce que tu peux me donner une description des membres du groupe ?

Eddie : Okay donc du coup il y a Fabien qui est guitariste, Batiste qui est également guitariste, Valentin qui est bassiste dans le groupe, Antoine qui est batteur, Victor qui fait le synthé et le chant clair et moi, Eddie, qui fait le chant principal dans le groupe.

Jérémie :Et l'histoire du groupe ?

Eddie : L'histoire du groupe... euh... tout simple ... Victor qui arrête son groupe avec The Beverlys Secret, moi, Eddie, qui fait ma dernière date avec Darkness Dynamite suite à des désaccords, je décide de monter un nouveau groupe ... il se passe plein de chose dans ma vie, ça va un peu mal et au lieu de prendre du Xanax, du Lexomil ou me mettre dans la coke et bien tout simplement je retient les parole d'un vieux monsieur qui me dit : "Au lieu d'aller au PMU quand ça va mal je vais à l'église, tu devrais essayer". J'y suis allé ça ma fait du bien et je me suis dit voila, mon nouveau groupe sera un groupe de métal chrétien, je vais faire la musique que j'aime, parler de textes qui m'ont fait du bien un moment, pour prêcher cette parole auprès du jeune public qu'on aura, parce que je savais déjà qu'on aurait un jeune public en démarrant BTM, et puis on a cherché des musiciens pour partager cela et c'était parti.

Jérémie :Tu savais que ça allait être difficile ?

Eddie : Par rapport à quoi ?

Jérémie :Par rapport, par exemple, à l'annulation de la date à Dijon et tout le reste !

Eddie : Euh ouais mais je savais depuis le début qu'on serai un des groupes les plus détestés (rire général) ... mais voila !

Victor : On est habitués !

Eddie : Mais ça fait partie de mon truc aussi, sans le vouloir, c'est un personnage, un groupe avec un état d'esprit. C'était le packaging total quoi ! Et ce packaging pour rien au monde il allait changer. Donc voila BTM c'est ça !

Jérémie :Ok, donc dès le début tu étais prêt à ce que ça se passe comme ça ?

Eddie : J'étais pret à ça complètement, c'était ce que je voulais et je suis fier de le faire même si ce n'est qu'un tout petit niveau c'est super !

Jérémie :Toute cette préparation mentale a-t-elle affecté le choix du nom Betraying The Martyrs ?

Eddie : En fait, le nom à quand même une signification, il a une raisonnante de groupe à la mode avec des "Martyrs" des "Betray" avec ce que l'on veut et c'est vrai qu'à un moment il y a eu plein de noms comme ça. Et non, ça a été ... la définition on l'a mise il y a pas longtemps sur le myspace, elle est assez longue et complète, mais moi j'ai vraiment commencé avec ce nom quand j'ai commencé à lire la Bible avec le passage de Noé quand il est le seul survivant et que tous les autre sont morts ...

Jérémie :Noyés ...

Eddie : Ouais morts noyés et j'ai trouvé que ... ok c'est la Bible, c'est Dieu, mais j'ai trouvé ça dur et donc du coup je me suis dit ... putain, c'est le seul survivan, les autres sont morts mais il ne savait pas ce qu'il fallait faire quoi ! J’ai trouvé cela un peu injuste et voila et c'est de la qu'est parti le nom de trahir les martyrs (traduction du nom du groupe, ndlr).

Jérémie :Un avis partagé par tous les membres du groupe ? Même définition je veux dire, ou alors chacun à sa propre ...

Eddie : Ben en fait dés le début il y avait le nom ! Dés que l'on a choisi de chercher des musiciens avec Victor on avait déjà défini le style musical que l'on voulait faire, le genre de texte, on savait déjà vers quoi on se dirigeait et puis le nom faisait déjà partie du packaging.

Jérémie :Ok donc vous avez déjà enregistré un EP, comment ça c'est passé, l'écriture, l'enregistrement des chants, le choix des textes ... ?

Eddie : Ca c'est passé vite et le lineup a été définitif il y a un an, on a eu du mal avec les batteurs, on a essayé 5 ou 6 batteurs différents, Victor n'habitait pas encore à Paris à l'époque il était sur Lyon, donc nous on testait des batteurs sans lui, des fois il venait exprès pour des répètes, on s'est fait poser par des batteurs alors qu'il avait des allers-retours exprès le week-end pour ça ! Ça a pas été évident, on est tombé sur un batteur qui était satanique qui pensait que c'était une blague qu'on fasse un groupe chrétien ... (rires) ... et il y a pas eu que ça , c'était pas évident pour faire rentrer le ... autant c'est passé comme une lettre à la poste pour trouver "ride" et tout les autre guitariste alors que les batteurs ne partagaient pas spécialement l'idée du groupe chrétien toute l'imagerie qu'on allait avoir autour du groupe et du coup il y a Antoine qui est arrivé avec qui on s'est très bien entendu tout de suite qui a été motivé pour le projet et voila ça c'est monté comme ça et du coup on a enchainé les compositions et du coup vu comme on savait dans quel style musical on allait rentrer ben voila on s'était préparés mentalement pour faire ce genre de morceaux, ce genre d'effet, ce genre de texte, dès le début on savait qu'il fallait faire 5 titres, les 5 titres résumant les principaux passages de la Bible d'Abraham ... donc voila.

Jérémie :Tu as évoqué le style, sur le myspace c'est écrit deathcore... mais toi tu l’appellerais comment exactement ?

Eddie : Sais pas ! Moi je trouve que deathcore ça résume trop une certaine scène. Ok on fait partie de cette scène par ce que il y en a deux sur six dans le groupe qui on une mèche et des tatoos et ... (rires) ... et je trouve ça ridicule de limiter un style musical parce qu'il y a deux mec qui ... voila on s'en fou quoi ! Je veux dire, il y a un qui a un bras en moins et qui aurait eu la gueule brulée ça serai quoi comme style ? J’ai envie de dire ...

Jérémie :Du manchotcore !

Eddie : (Rires) Je veux juste pas appartenir à un label avec un sticker avec marqué "Ca c'est BTM ils font du deathcore" ! Non surtout que pour l'album on est en train d'évoluer dans un truc qui est hyper personnel et ok ça restera ... il y a des mosh part mais de tout façon sur l'EP il y a pas mal de style différent ... mais voila, c'est pas se limiter, je pense que si t'as un groupe et que t'est pas assez ouvert, même si tu reste dans un style ... faut être mongol.

Jérémie :Vous avez des influences toutes assez différentes ?

Eddie : Carrément, on vient de différentes scène et du coup ça nous laisse le chois d'évoluer et de ne pas faire un truc cliché déjà programmé qu'il y allait avoir une moshpart après le refrain et un refrain après l'autre !

Jérémie :Ok, c'est ce qu'on avais vu avec Eveline Thomas d'ailleurs ! Comment elle à fait pour vous contacter ?

Eddie : Tout simplement, on a notre équipe avec le management sur notre myspace. On a notre manageur qui s'occupe de nous notre booker etc. et il y a eu un moment pour l'émission sur Direct 8 qui venait de sortir, une suite de C'est mon choix en gros, qui est très regardée, étonnamment de plein de gens même si c'est tôt le matin et on s'est retrouvés sur le plateau à être contactés avec nos copines les plasticines, qui sont des potes à nous, donc il y a nos meilleures copines dans le groupe. Et donc c'était marrant de faire le plateau ensemble. Quand le mec nous a appelés pour l'émission il savait même pas encore le sujet il a proposé de faire de la promo pour notre CD pareil pour les plasticines, c'était pas du tout pour parler de look, voila ...

Victor : On est arrivé le matin, on savait pas ...

Eddie : C'était un direct donc on savait pas ...

Valentin : Tout ce que l'on nous avait dit c'est que : "c'est bon les gars vous allez pouvoir passer sur une émission TV vous allez être en direct, vous allez pouvoir dire tout ce que vous voulez sur le groupe" ! En gros vous allez pouvoir exprimer tout le message que vous voulez du coup nous on était très content de pouvoir ... vu qu'on était en direct, l'avantage du direct c'est que tu peux dire ce que tu veux, vu c'est que tu ne seras pas coupé au montage et qu'on fera pas un coupage de façon à te tourner en ridicule en gardant que les trucs débiles que t'a dit et du coup nous on était hyper contents de pouvoir être la et de dire le message qui y avait derrière et tout. Après il s'est trouvé que c'était une émission sur la mode bon ben ...

Victor : 5 secondes d'émission !

Jérémie :On vous a pas mal critiqué quand même pour votre aspect chrétien, t'as quoi à répondre à ces gens la ?

Eddie : Moi j'ai rien à répondre ! Tu vois je pense c'est comme j'ai dit à un phoneur, il y a un mec en live qui répond par tchat et les mecs de l'émission me disent "bon il y a pas que des trucs positif", il y avait des fans qui avaient appelé et c'était super cool de leur part et ils disaient " ouais il y a des mecs qui vous critiquent et qui sont pas tendres". Et je fais mec si t'en a rien à branler de ta soirée et à m'écouter si tu m'aimes pas et que t’aime pas m'on groupe. Ce que j'ai répondu c'est que moi j'aime pas Diams et si il y a un live de Diams, une interview sur fun radio et que je suis chez moi et ben je vais pas s aller écouter funradio, non je vais appeler mon père, je vais appeler mes potes je vais regarder un film mais je vais pas perde de temps à faire un truc que j'aime pas !

Jérémie :C'est comme des mecs qui on fait un groupe anti BTM sur facebook.

Eddie : Mais on a même pas répondu, on s'est inscrit tout de suite et ça va même pas durée 10 jours et bien ça à duré 6 jours quoi ! Et les membres qu'il y avait dedans c'était que nous et nos copains mais en plus il y avait leur nom, on sait qui c'est les mecs. Mais on a même pas cherché à savoir qui c'est car on a besoin d'avancer. On voulait pas reculer moi j'ai besoin d'avancer de faire des trucs cool, j'ai pas besoin d'aller me justifier à des gens pourquoi j'ai fais un groupe comme ça, pourquoi si j'ai mi des plugs 26 millimètres c'est par ce que je suis comme ça pourquoi j'ai fait ce tatoo ... ben non, j'ai pas à me justifier.

Jérémie :D'accord, on peut reparler de l'album ?

Eddie : La on est dedans

Jérémie :On sait tous que ça parle d'Abraham

Eddie : Euh a tu parle de l'EP !

Jérémie :Oui désolé. Vous avez choisi comment les thèmes de chaque chant par ce que c'est vrai que la vie d'Abraham est assez vaste !

Eddie : Ouais assez vaste mais je trouve qu'il y a beaucoup de passages qui racontent quelque chose, mais ... on va pas juger la bible, pas assez pour le crier dans une chanson je trouve, c'est pas non plus les contes de Pierre Belmarre

Jérémie :Non c'est sur ...

Eddie : Tu vois c'était un peu le défi, il y a des gens qui ont dit BTM ils sont justes repris les thèmes de la Bible et ben non, on les as réadaptés, on n'a pas fait du mot à mot c'était quand même un défi pareil ... on s'est dit, on peut pas dire ça parce que si je le dit à la première personne ça veux dire que l'on se prend pour Dieu et j'ai pas voulu rentrer dans un conflit avec des chrétiens surtout que moi je suis pas chrétien depuis longtemps et que voila on a voulu faire quelque chose de positif et pas non plus pour se faire critiquer dans cet aspect positif par les "trop" chrétiens. Tu vois ? Du coup on a choisi, avec Ride on a choisi les passages qui étaient les plus importants, par exemple l'appel qui est devenu Being Your Servant, Out Of Egypte quand il part avec sa femme d'Egypte, The Covenant la promesse et puis The Hurt The Divine The Light avec le sacrifice d'Isaac et voila. Moi je pense que c'était les cinq textes les plus importants et voila, on les a réadaptés à notre façon avec notre musique.

Jérémie :Et du coup l'album il va parler de quoi ?

Eddie : L'album, ça sera des textes vraiment personnels, ça sera des textes pas du blabla en franglais par ce qu'il faut mettre des paroles sur de la musique, voila on va le faire d'une manière, on est pas bilingue, on va se faire aider pour retranscrire au maximum moi ce que je ressens par rapport à des choses vécues ... on travaille déjà pour pouvoir composer tout ça on a déjà travaillé l'imagerie de l'album. Savoir dans quel contexte on veut le faire, une idée de clip qui mettrai en scène les paroles, on va retravailler notre image en interne pour décider de ce que l'on veut vraiment et donner une image et un texte précis à l'album.

Jérémie :Donc une évolution du packaging de base ?

Eddie : Carrément je pense que c'est ça qui fera la différence, d'être sincère dans ce que l'on fait.

Jérémie :Donc des textes écrits en français qui vont être adaptés en anglais. En fait pourquoi chanter en anglais et pas en français ?

Eddie : Par ce que c'est ridicule !

Jérémie :De chanter en français ?

Eddie : Ouais.

Jérémie :Ca fait chanson française ?

Eddie : Ben ouais et ...

Jérémie :Mais Noir Désir il s'y arrive bien pourtant !

Eddie : Ben ouais mais je pense qu'entre Noir Désir et BTM il y a quand même ... on est quand même un groupe assez black métal, death métal ou deathcore et puis ...

Valentin : Non mais surtout c'est des style qui ... c'est pas de la variété ... et c'est pas un style qui se vend beaucoup en France donc la nécessité de s'internationaliser à ce niveau la c'est nécessaire ....

Eddie : Et puis de toute façon j'ai toujours été fan de tout ce qui était américain et voila.

Jérémie :On peut prendre un exemple avec Rammstein qui chante en Allemand, on comprend rien mais ça marche bien ...

Eddie : Ouais mais encore ... voila la c'est du Bercy, ça à un impact d'un certain mouvement qui était dès le début voué à marcher en soit mais la BTM ça fera jamais plus que ...

Jérémie :Chanter en latin ?

Eddie : (Rires) On a pensé à faire une chanson comme ça, pourquoi pas pour l’album, on verra, il y aura peut être une surprise comme ça.

Jérémie :Quoi d'autre ?

Eddie : Pour l'instant c'est ça !

Jérémie :Vous allez partir au States il parait ?

Eddie : Alors on va partir aus States parce qu'on devait signer avec un gros label la bas, pour la petite histoire qui vient de se faire racheter par, personne n'est au courant de cela, qui vient de se faire racheter par Warner.

Jérémie :C'est Rise Records ?

Eddie : Non c'est pas Rise mais Ferret.

Jérémie :Ah ouais ?

Eddie : Ouais et Ferret s'est fait racheter par Warner et le boss de Ferret remonte un nouveau label avec les groupes du catalogue de son choix et il y aura plus de nouvelles le mois prochain donc ouais une distribution aux US et un packaging tournée album et du coup on est avec Ferret qui n'est pas un label chrétien à la base ! Qui s'intéresse à nous musicalement pas pour le look ou quoi mais par ce qu’ils ont aimé les cinq premiers titres et voila donc maintenant on a une distribution en Europe via DISNEY BALL pour le UK, Belgique Allemagne voila et ensuite une dizaine ou une quinzaine de date et puis l'album et voir les Etat Unis quand ça se fera ! En tout cas sa fait partie du package BTM 2010 !

Jérémie :Super !

Eddie : J'espère.

Jérémie :Ben oui que du bon ! Un dernier mot ?

Eddie : Merci à Beehave !

Jérémie :Merci les gars !

interview_betraying_the_martyrs_imagecachee

Partagez cet article

Éléments similaires (par tag)

Concernant l'auteur

Jérémie

Créateur de Beehave en 2007 avec Christelle qu'il épousera un an après, Jérémie apprécie toutes les formes du rock, surtout celles qui contiennent de la double pédale et de la saturation. Né à l'époque des pattes d'eff, il apprécie aussi tout particulièrement le glam, le thrash et le power métal, même s'il se fait chambrer à cause de ça par ceux qui sont nés dans les années 90. Et papa depuis 2015 :-)

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :