Underoath - Daniel Davison (batterie)

Interview avec le nouveau batteur d'Underoath, où il explique son arrivée au sein du groupe, pourquoi il a quitté Norma Jean, et plein d'autres choses. La moustache n'a jamais été aussi bien portée.

Daniel Davison - Underoath

Jérémie : Nous allons commencer avec ton arrivée dans Underoath : est-ce toi qui a contacté le groupe ou est-ce au contraire le groupe qui t'a demandé de les rejoindre ?

Daniel : Oui, ce sont eux qui m'ont contacté, nous sommes amis depuis longtemps, ça fait dix ans que je les connais. Ils m'ont appelé à peu près une semaine après qu’Aaron soit parti, ou une semaine après la fin de la dernière tournée d'Aaron, ils m'ont appelé. Je les ai rejoints quelques jours plus tard et voila.

Jérémie : C'est tout ?

Daniel : Oui

Jérémie : Ok. Vu que tu es le dernier membre à avoir rejoint le groupe, et qu'avant ton arrivée ils avaient déjà écrit des albums et fait des tournées, comment s'est passée ton intégration ? Etais-tu intimidé au départ ?

Daniel : Non, ça s'est fait en douceur, comme j'ai dit ça fait probablement dix ans qu'on est amis, dix années que j'ai passées à jouer de la musique, principalement avec Norma Jean, alors j'avais déjà l'habitude de ce mode de vie, habitué à partir en tournée, et vu que je connaissais les gars depuis longtemps je n'ai pas vraiment été intimidé. Au contraire ça s'est passé tout en douceur, on s'entend tous très bien et je prends du plaisir depuis mon arrivée.

Jérémie : Une belle amitié si je comprends bien.

Daniel : Oui !

Jérémie : Tu as mentionné l'époque ou tu étais avec Norma Jean, et je suis sûr que tout le monde t'a déjà posé la question, mais pourquoi as-tu quitté ce groupe ?

Daniel : Hum, en fait j'ai joué avec eux depuis qu'on était gosses, ça faisait neuf ans que je jouais dans ce groupe et on s'est juste progressivement éloignés les uns des autres sur plusieurs sujets. Rien de grave, mais je sentais que je n'étais plus à un endroit ou je voulais être, et j'ai senti que le temps était arrivé pour moi de partir. Je ne m'amusais plus autant et je n'étais plus aussi passionné que j'aurais voulu être dans ce que je faisais. Alors peut-être que j'ai perdu de l'intérêt pour ce groupe en grandissant, je ne sais pas. Je sais juste que ça ne me satisfaisait plus, alors je suis parti.

Jérémie : Pas d'animosité entre vous alors ?

Daniel : Non, je suis toujours en contact avec les membres de Norma Jean, mais pas régulièrement.

Jérémie : Tu as quitté le groupe en 2007. Qu'as-tu fait entre temps ?

Daniel : Peu de temps après avoir quitté Norma Jean j'ai fondé ma propre entreprise, en compagnie de ma femme, où l'on réalisait des vidéos clips. Alors j'ai tourné des vidéos clips mais j'ai également commencé à être manager de quelques groupes.

Jérémie : Lesquels ?

Daniel : Principalement des groupes de hardcore, plutôt bourrins. Pendant un temps je me suis occupé de The Chariot, Oceana, et un groupe intitulé Dead And Divine. Mais c'est terminé à présent.

Jérémie : Tu as écouté le dernier album de The Chariot ?

Daniel : Oui, il est vraiment bon.

Jérémie : Il l'est oui. Question d'un gars qui bosse avec nous et qui est un de tes fans : sur les photos et vidéos officielles d'Underoath, tu as une énorme moustache, et ça lui plait. Il voudrait savoir d'ou te vient l'idée ?

Daniel : Il voulait savoir quoi ?

Jérémie : D'ou te vient l'idée de te laisser pousser une moustache.

Daniel : Ca fait cinq ans que parfois je me laisse pousser une énorme barbe, puis quand j'en ai marre je rase tout en ne laissant que la moustache, et puis quand elle m'ennuie je recommence. Alors ça fait environ un an que j'ai cette moustache, on a fait avec quelques amis et ma femme l'année dernière une soirée pour Halloween où on était tous déguisés en personnages du film Tombstone, le film de cow-boy, moi j'avais une moustache et je l'ai gardée depuis.

Jérémie : Ok, bonne idée !

Daniel : Oui (rires).

Jérémie : Parlons à présent de Disambiguation. Que peux-tu nous dire sur cet album ? Genre comment le décrirais-tu?

Daniel : Et bien, je pense que c'est un pas en avant pour Underoath, comparé à leurs derniers albums. Il possède un son bien plus cohérent. Avec le départ d'Aaron et le fait que Spencer s'occupe de toutes les voix - il possède de multiples timbres de voix - cela donne plus de liant aux chants, vu que c'est la même personne qui chante toutes les parties. Et même son style de chant est bien plus mature, ça ne sonne plus trop pop ou émo, comme tu veux, mais c'est bien plus mature, c'est plus développé comme son.

Jérémie : Concernant le son de batterie, sur le DVD de la version deluxe de Lost In The Sound Of Desperation on peut voir Aaron Gillepsie et Matt Goldman faire de nombreux essais avec les batteries, et à ce jour vous avez fait une dizaine de vidéos blog ou l'on peut voir la construction de l'album, alors je voulais savoir si toi, Jérémy Griffith et Matt Goldman, et accompagnés des autres membres du groupe, avez fait également de nombreux essais avec la batterie afin d'en définir le son ?

Daniel : Oh que oui. On a passé des heures à peaufiner le son de la batterie, choisir les kits, et une fois qu'on avait sélectionné ceux qu'on allait utiliser, on a encore passé plusieurs heures dessus à améliorer le son, changer les têtes, décider ou dans la pièce on allait positionner la batterie, car le son est différent en fonction de l'endroit ou elle est posée dans la pièce ... Alors oui, clairement, on a passé beaucoup de temps sur ça.

Jérémie : Est-ce que le groupe voulait s'éloigner du son d'Aaron, ou était-ce toi qui voulais faire ça ?

Daniel : Je pense que oui, ils ont spécifiquement voulu que je vienne et que je ne joue pas comme lui. Oui ils voulaient quelqu'un qui puisse défendre son territoire, être créatif d'une façon différente, parce qu'ils voulaient non pas s'éloigner de ce que faisait Aaron mais prendre une voie différente, aller dans une autre direction.

Jérémie : Quand tu as rejoint le groupe, avaient-ils déjà commencé à travailler sur cet album ou as-tu pu travailler avec eux dès le début ?

Daniel : Oui ils venaient de commencer, ils avaient quelques idées de chants qu'ils m'ont envoyés mais il s'agissait vraiment d'ébauches de chants, que Tim avait faits et où les batteries étaient faites par ordinateur. C'était juste pour me donner une idée de ce qu'ils faisaient, ils m'ont envoyé trois ou quatre chants comme ça, et une fois que je les aie rejoints en Floride on les a réécrites. On voulait recommencer de zéro et pratiquement tout ce qui est sur l'album a été écrit tous ensemble, rien n'a été écrit par Aaron, tout est neuf, ou presque.

Jérémie : Comment se passe l'écriture avec Underoath? Chacun écrit dans son coin ou est-ce tout le monde ensemble ?

Daniel : C'est tout le monde ensemble. Enfin Tim est l'auteur principal mais tout le monde a des idées, tout le monde pense à différentes choses et du coup une fois le titre finalisé il possède la marque de chacun d'entre nous. Alors oui on a pris du plaisir dans cette étape, ca s'est passé facilement, de bonnes vibes, bonne créativité et on n'a clairement pas manqué d'idées, au contraire on avait plus qu'assez de matériel pour faire un album.

Jérémie : A propos de l'enregistrement, avais-tu déjà travaillé avec Matt Goldman et Jeremy Griffith?

Daniel : J'avais déjà travaillé avec Matt Goldman une fois auparavant, sur un chant avec Norma Jean, il y à environ six ans. Je viens d'Atlanta en Géorgie et c'est également de la ou est originaire Matt Goldman alors je le connais par amitié, je lui rends souvent visite dans son studio, mais c'est le premier album entier que j'enregistre avec lui, et avec Jeremy également. Mais je les connaissais auparavant, ce sont des amis.

Jérémie : Qu'on-t-ils apportés à l'album ?

Daniel : Et bien ... je pense que le bénéfice d'avoir eu chacun d'eux sur l'album a fait qu'on a travaillé plus rapidement. Il y a deux salles d'enregistrement dans le studio alors Matt pouvait travailler avec moi sur la batterie pendant que Jeremy travaillait sur les voix ou les claviers avec Chris, alors on avait comme deux studios travaillant en même temps. De plus Jeremy avait beaucoup de bonnes idées concernant les voix, il a littéralement aidé Spencer à développer ses pensées et idées dans les chants, et à mon sens c'est un plus indéniable. Matt, il est plutôt le roi des bons sons de batterie alors il a travaillé plutôt avec moi sur le son des batteries, mais il m'a également aidé à élaborer des fills ici et la, il a toujours de bonnes idées concernant les batteries.

Jérémie : Nous avons déjà reçu et écouté l'album et honnêtement il est vraiment bon. Mais nous n'avons pas reçu les paroles, alors je me dois de te demander quels sont les thèmes principaux de l'album ?

Daniel : Je pense, pour ce que je sais de l'album, que les paroles sont des histoires et des expériences vécues par Spencer. Il écrit toutes les paroles, je ne suis pas sûr pour les albums précédents mais sur celui-là c’est très personnel, des histoires et des expériences très personnelles qu'il a vécues ces dernières années. Alors je pense qu'on peut dire que les paroles sont importantes pour lui et il passe beaucoup de temps à les écrire, je pense que c'est important à dire car ça en fait plus une expérience personnelle pour lui alors ce n'est pas juste des paroles aléatoires mais des chants qui ont du sens et qui ont un vécu.

Jérémie : Quel est ton chant préféré sur cet album ?

Daniel : Je crois ... honnêtement je ne connais pas les noms des titres (rires) mais je crois que c'est la piste numéro six, mais honnêtement j'ai oublié son nom (rires) ! Mais tu peux le trouver, c'est la piste six.

Jérémie : Je vais trouver ça. Pourquoi l'aimes-tu autant ?

Daniel : Je pense que c'est la piste la plus heavy, et elle possède plusieurs dynamiques différentes. Elle va dans plusieurs directions avec beaucoup d'énergie et pour moi elle résume l'album entier. Il y a beaucoup d'éléments différents et en général ce qui fait un titre favori dans un album est celui qui touche à tous les éléments qui constituent l'album.

Jérémie : Ok, et pour ton information le chant s'intitule "A Divine Eradication".

Daniel : Okay, oui, oui.

Jérémie : J'espère que tu connais tous les chants que Underoath a écrits parce que je vais te demander lequel tu préfères.

Daniel : Pardon, tu veux savoir quoi ?

Jérémie : Parmi tous les chants d'Underoath, lequel tu préfères ?

Daniel : Sur cet album ?

Jérémie : Non depuis les débuts du groupe.

Daniel : Oh ok (rire gêné) !

Jérémie : Ou tu peux te contenter de donner ton album préféré.

Daniel : Oh je pense que le dernier est le meilleur et de loin !

Jérémie : Evidemment !

Daniel : Mais j'aime beaucoup certains de leurs anciens chants, mais la encore je ne connais pas les noms des titres du tout (rires) ! Je ne connais pas vraiment leurs anciens albums, en fait.

Jérémie : Pas de problème. Si mes informations sont correctes, vous avez tourné une vidéo pour un chant. Exact ?

Daniel : Hum, les vidéos studios pour la version deluxe ? Ou les vidéos blogs ?

Jérémie : Non, un vidéo clip pour un chant ...

Daniel : Euh non je n'ai pas fait de vidéo officielle pour un chant actuellement, mais j'ai tourné, enfin non je ne les ai pas tournées mais j'ai édité les vidéos studios, mais pas les vidéo blogs, elles n'ont pas encore été sorties et seront sur la version deluxe iTunes de l'album, qui comportera trois vidéos enregistrées en studio et que j'ai édités.

Jérémie : Et quand sort cette version deluxe ?

Daniel : A la même date que la version normale, le 9 novembre. Je ne suis pas sûr si c'est la date de sortie en France mais aux USA c'est le 9 novembre.

Jérémie : Et quand il sortira vous partirez pour une grosse tournée européenne, pardon je voulais dire une tournée américaine ?

Daniel : Oui nous commençons une tournée bientôt avec A Day To Remember, puis nous rentrons à la maison pour noël et on enchaine ensuite avec une grosse tournée, je crois de mi-janvier à mars. On n'a pas de plans pour venir en Europe ou de faire une tournée internationale mais je suis sûr que ça va se faire. L'année prochaine.

Jérémie : Il faut que vous veniez en France !

Daniel : J'adorerai ça !

Jérémie : On vous attend !

Daniel : Tu habites à Paris ?

Jérémie : Non, certains membres de l'équipe sont à Paris mais je suis à Dijon, tu sais, la moutarde ?

Daniel : Ok.

Jérémie : Vous venez de finir l'enregistrement de l'album mais est-ce que vous avez déjà commencé à travailler sur d'autres projets comme un album live, ou un EP de noël ?

Daniel : Non, on va se concentrer sur les tournées pour cet album et je pense qu'on commencera à écrire dans le courant de l'année prochaine, mais la on va faire des tournées pendant probablement une année.

Jérémie : Question simple à présent, mais qui est piège. Pourquoi les gens devraient acheter O Disambiguation ?

Daniel : Pourquoi ils devraient l'acheter ?

Jérémie : Oui.

Daniel : Hum ... je pense que c'est une bonne chose, si tu aimes la musique et que si tu aimes certains groupes, d'acheter leurs albums pour les soutenir. Tu peux aller les voir en concert, ou acheter leurs produits dérivés, ou acheter leurs CDs. Je pense que c'est une bonne chose de continuer à soutenir la musique, et plus spécialement pour ce Cd, je pense qu'il est plutôt différent de ce qui se fait sur la scène heavy actuellement, et je pense que si tu es déjà un fan d'Underoath que c'est une bonne chose d'acheter l'album car c'est un nouveau chapitre dans l'existence du groupe.

Jérémie : Bonne description de l'album. On a presque fini, aurais-tu un mot pour tes fans français ?

Daniel : Et bien, merci pour les encouragements, je n'ai jamais joué en France avec Underoath mais j'espère pouvoir venir aussi vite que possible pour rencontrer les fans et prendre du plaisir sur scène !

Jérémie : Comme je t'ai dit, on vous attend ! Merci beaucoup Daniel !

interview_daniel_davison_article_imagecachee

Partagez cet article

Tags:

Éléments similaires (par tag)

Concernant l'auteur

Jérémie

Créateur de Beehave en 2007 avec Christelle qu'il épousera un an après, Jérémie apprécie toutes les formes du rock, surtout celles qui contiennent de la double pédale et de la saturation. Né à l'époque des pattes d'eff, il apprécie aussi tout particulièrement le glam, le thrash et le power métal, même s'il se fait chambrer à cause de ça par ceux qui sont nés dans les années 90. Et papa depuis 2015 :-)

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :