Seth Hecox (Becoming The Archetype)

Nouvelle interview avec Seth Hecox, le guitariste / claviériste de Becoming The Archetype, qui sortira fin mars leur quatrième album Celestial Completion !

bta_2011

BTA : Duck (batterie) - Count Seth (guitares, claviers, voix claires) - Jason Wisdom (voix, basse) - Daniel Gailey (guitares, voix)

Jérémie : (Dring)

Seth : Allo ?

Jérémie : Bonjour, pourrais-je parler avec Luke Skywalker s'il vous plait ?

Seth : (Rires) Désolé mais il n'est pas la ! Vous pouvez par contre parler avec son père Anakin (rires) !

Jérémie : Avec plaisir !

Seth : (Rires) Comment vas-tu Jérémie ?

Jérémie : Ca va super et toi ?

Seth : Bien, très bien, je suis très enthousiaste concernant tout ce qui se passe autour de l'album, ça m'occupe pas mal en ce moment et pour moi les derniers mois ont été très bons.

Jérémie : Et bien espérons que les prochains seront bons également !

Seth : Oui j'espère également ! Tu as vu la pochette de l'album qu'on vient de publier ?

Jérémie : J'ai vu sur Facebook et Guillaume l'a publiée sur Beehave. Plutôt cool.

Seth : Oui, la boite de PR qui s'occupe de l'album vient de faire un truc exclusif avec MetalInjection et du coup on a suivi en la publiant sur Facebook et autres sites du genre.

Jérémie : Ok, c'est la pochette officielle c'est ça ?

Seth : Oui c'est la pochette officielle. Dan Seagrave l'a dessinée, il avait également fait la pochette de Terminate Damnation et aussi quelques pochettes de Demon Hunter. C'est un mec cool, il dessine bien et on est super emballés avec ça. Rien que de publier la pochette permet de créer pas mal de buzz sur internet.

Jérémie : Je suis en train de regarder le dessin, et je me demande dans quel bateau tu es

Seth : (rires) et bien Dan est dans le bateau qui est appelé DC Grave 11, je crois que nous sommes dans le bateau qui est encore à flot, il y a quelques trucs sur le devant du bateau, des canons je crois, il est en bas à droite, près à être absorbé !

Jérémie : Ouh, effrayant !

Seth : (Rires)

Jérémie : Et qui est ce gars la, qui est tout enflammé ?

Seth : Et bien l'album parle beaucoup des différentes ... euh c'est une vision positive de la fin du monde. En fait la fin du monde sera un moment d'espoir et de vérité, et ce personnage est le personnage qui s'élève en dehors du chaos, du vide, du vortex situé sous lui, et il s'élève vers le ciel, et c'est en partie ce que représente Celestial Completion. Tu vois, la fin des temps, quand tout sera accompli, tu vois, mais dans un bon sens, d'un point de vue spirituel. C'est quelque chose dont l'album traite beaucoup, la fin du monde et nous autres entrainés en direction du ciel magnétique. Lundi le premier chant est dévoilé en ligne et il s'appelle Magnetic Sky ; les premières paroles du chant sont "Here at the end of the world, planets fall and we are rising, soul and sky are magnetizing" (Voici la fin du monde, les planètes tombent et nous nous élevons, les âmes et le ciel sont aimantés). Ce sont les paroles de ce chant que nous allons sortir et ça fait partie du concept de l'album, et c'est ce que représente le personnage, où le ciel et l'esprit s'auto-aimantent.

Jérémie : Quoi qu'il en soit, c'est une pochette plutôt sympa, brutal et métal !

Seth : (Rires) oui elle est plutôt brutale, on aime ça, mais tu sais la couverture de Dichotomy était également brutale, mais je n'aimais pas trop le fait qu'elle soit toute brune, d'une seule couleur. Je préfère celle-la au niveau couleurs, elle est bleue, rouge et orange.

Jérémie : J'aimais bien celle de Dichotomy personnellement. Elle était bien dans l'esprit.

Seth : Elle n'était pas mal. C'est bien que nous ayons eu une peinture, nous aimons bien avoir des peintures comme pochettes, ça fait toujours plaisir quand quelqu'un fait une très belle pochette pour nous.

Jérémie : Qui est le nouveau guitariste, Daniel ?

Seth : Ok, tu veux savoir qui il est ?

Jérémie : Oui, mais aussi ce qu'il advient de Jon, pourquoi il est parti, et qui est ce nouveau, Daniel.

Seth : Jon est parti tout simplement parce qu'il devait s'occuper de sa famille. La première fois il est parti parce qu'il venait de se marier. Puis il est revenu car il pensait qu'il pouvait gérer son mariage et le groupe en même temps. Puis il a eu une petite fille, et c'était trop compliqué pour lui de jongler entre être un mari, être un père, et être dans un groupe, le tout en même temps. Alors il est parti, et on avait un ami, Daniel Galey qui habitait pas loin de nous, il avait 21 ans quand il a rejoint le groupe ce qui fait de lui le plus jeune d'entre nous, et il s'est avéré être une bénédiction pour nous, avec sa créativité et sa capacité en musique, mais aussi parce qu'il est jeune et énergique, il n'est pas blasé comme on peut l'être parfois ... il a 22 ans maintenant et c'est une boule d'énergie et d'enthousiasme. Il a aidé à écrire quelques chants sur l'album mais d'un point de vue général il nous est vraiment précieux car il est talentueux à plusieurs égards : il peut écrire des chants, il a fait plusieurs très bon solos sur l'album, et de plus il chante et scream vraiment bien. Par exemple il y a plusieurs sections de chant qu'on fait lui et moi avec des harmonies à deux et il a un scream aigu qu'il rajoute sur plusieurs chants qui complètent très bien le scream de Jason.

Jérémie : Avec tout ce qu'il sait faire, vous avez toujours besoin de Jason ?

Seth : Oh oui (rires) on a toujours besoin de Jason car si Daniel scream vraiment bien, Jason possède un scream mi-hauteur qui est, à mon avis, meilleur que n'importe qui dans le milieu. Alors oui Daniel scream vraiment bien et pourrait être chanteur pour n'importe quel groupe mais par rapport à BTA et notre style de musique Jason possède son propre scream qui le caractérise et dont nous avons carrément besoin. C'est plus que Daniel améliore le son en ajoutant une couche, mais ce ne serait pas aussi bon s'il était le seul à chanter.

bta_jason-danielJérémie : Et de toutes façons vous avez besoin de la basse de Jason.

Seth : Oui il joue de la basse et plutôt bien !

Jérémie : Mais bon je plaisantais en suggérant de vous en débarasser.

Seth : Oh tu sais on finira bien par le mettre dehors, parce qu'il est vieux. Et personne ne veut d'un vieux dans son groupe ! Alors pour le moment on le garde parce qu'il n'est pas encore assez vieux pour être mis dehors (rires) !

Jérémie : Oui, il a de moins en moins de cheveux, il vieillit c'est clair

Seth : Il se rase les cheveux de plus en plus court car il commence à avoir de la calvitie ! Je crois qu'il vient d'avoir 27 ans alors dès qu'il aura 30 ans ... pourquoi être dans un groupe heavy quand on a 30 ans ?

Jérémie : Il va se mettre à écouter Beethoven et Mozart

Seth : Ouais, il va devenir vieux et commencer à faire de la musique classique.

Jérémie : Je compte sur toi pour lui dire tout ça.

Seth : (Rires)

Jérémie : Sur son blog on a pu lire que vous avez vécu des trucs assez incroyables lors de votre tournée en Afrique du Sud, comme par exemple Brandon qui a slammé sur toute la foule jusqu'à l'ingénieur du son, et qui a slammé jusque sur la scène. Est-ce vrai ?

Seth : Oui ! Nous avons fait une tournée en Afrique du Sud l'année dernière et c'était incroyable. On a pris un tel pied qu'on a déjà prévu d'y retourner cette année. Un des concerts, je crois que c'était le deuxième de la tournée, en extérieur, une scène où Underoath a joué il y a quelques années, il y avait des tonnes de mondes ... On venait de terminer notre set, et Jason a commencé à jouer avec le public, il est très bon pour ça, et le public chantait "One More Song ! One More Song !" et Jason a dit "Ok, alors voila le deal. Si vous voulez vraiment encore un chant, on veut que Duck saute sur la foule, parce que les batteurs ne peuvent jamais sauter sur la foule, et que vous l'emmeniez jusqu'à la régie", qui était vraiment loin, probablement à 50 mètres de la scène ! Alors il a sauté, et ils l'ont porté jusqu'à la régie, tapé dans la main de l'ingénieur du son, et le public l'a rammené de la même manière sur scène ! Alors c'est évident on a joué un autre chant, c'était assez dingue à voir et de faire partie de cette expérience !

Jérémie : Tu l'as en film, ou en photo ?

Seth : Je ne sais pas si on a des photos ... je n'en ai pas sur mon ordi mais j'en ai vu, donc je crois qu'il y en a sur internet. Et je crois que le groupe qui nous a emmené en Afrique du Sud, appelé Torch Bearers, un groupe de missionnaire dans la vingtaine, ils étaient environ cinquante, et ils ont organisé toute la tournée, ont tout géré et pris plein de photos et vidéos pendant qu'on était la bas, et je sais que c'est quelque chose qu'ils ont filmé, mais je ne sais pas s'ils nous l'ont envoyé. Je vais voir ça. Si je trouve quelque chose je te l'envoie.

Jérémie : Merci. Qu'as-tu vécu d'autre la bas, et quel est ton ressenti sur toute cette tournée ?

Seth : D'un point de vue général c'était génial, on veut y retourner et ce n'était pas seulement géant en terme de public qui est venu nous voir, mais également par rapport à leurs réactions, ils étaient extrèmement bruyants, après chaque chant ils criaient de joie aussi fort qu'ils pouvaient, ils se démenaient pendant les chants, ce qui en faisait des chants à haute énergie ! Et le groupe qui nous a emmené la bas fut vraiment bien avec nous, ils ont pu nous témoigner et vice-versa, d'une bonne façon. Je crois que la tournée leur a permis de se souder et les a unis. Donc tout ça c'était bien, et personnellement c'était vraiment agréable car aucun de nous n'était jamais allé en Afrique du Sud, on est parti faire un safari avec lions et rhinocéros, on a vu des guépards, c'était une expérience vraiment vraiment unique et on n'a jamais eu l'occasion de vivre des choses pareilles avant ! Alors rien que vivre ces choses était génial.

Jérémie : Vous êtes allés dans les villes, parler avec des gens, voir dans quelle misère vivaient les gens la bas ?

Seth : Oui nous sommes allés à l'extérieur de villes ou il y a de gros problèmes, ou les gens vivent dans des conditions dramatiques, nous avons pu aller la bas pour témoigner et distribuer des habits, et aider à construire une école pour leurs enfants. C'était bien à tous points de vue.

Jérémie : Et l'amérique du sud ?

Seth : Nous sommes allés au Mexique mais je crois que c'est considéré comme étant en amérique du nord. Je ne suis pas sûr, mais je crois que oui. Nous sommes allés au Mexique, avons joué un festival avec Rob Rock et Narnia, c'était bien, puis sommes revenus. C'est le plus bas que nous sommes allés sur le continent américain. Le voyage a duré quelques jours.

Jérémie : Parlons du nouvel album à présent. Vous avez innové en ajoutant des flutes, des trompettes, des instruments qui ne sont pas vraiment habituels dans le métal. Est-ce que ce sont vos fans qui ont proposé leurs services sur vos chants ?

Seth : Oui, c'était le grand processus dans lequel nous avions des amis et des fans qui savaient faire quelques instruments qui ne sont généralement pas associés au rock, et on les a ajoutés. Un de mes amis est venu directement depuis Chicago, il a joué de la cithare, il y a une piste sur l'album qui est entièrement instrumentale à influence orientale, et c'est lui qui s'en est occupé principalement. Nous avons un ami qui a joué du trombone sur la première piste, et nous avons le gars qui jouait du trombone avec Five Iron Frenzy ! C'est un groupe de ska qu'on appréciait beaucoup, il joue sur la piste neuf qui possède une partie ska à la fin. Alors tu vois il y a pas mal de genres différents dans cet album et qui sont assez inédits pour notre son, que nous n'avions jamais essayé auparavant, et je ne suis pas sûr non plus que ca a déjà été essayé auparavant dans le métal ! C'était cool mais ils sont sont assez limités, sinon les gens pourraient s'inquiéter (rires), nous voulons que les gens comprennent que ce n'est pas l'essentiel de l'album, qui sera heavy et toujours rapide et aggresif, et qui comportera quelques petites sections comme celles-ci, jazz, orientale, ska. Ce sera 30 secondes originales pour 4 minutes de métal.

Jérémie : Les gens n'ont pas besoin de s'inquiéter, vous n'êtes pas subitement devenu un groupe de folk métal.

Seth : (Rires) exactement, ils n'ont pas besoin de s'inquiéter de ça. J'ai vu des fans sur des sites de métal qui mettaient des commentaires en disant "Oh j'espère qu'ils ne vont pas aller trop loin dans ce style, et qu'ils ne font qu'expérimenter avec ces instruments car ça peut devenir rapidement immonde", et je suis d'accord avec eux, nous avons fait très attention à ça. Nous avons fait des choses uniques et expérimentales sur cet album, mais ils ne couvrent pas l'album dans son ensemble, ce sont simplement quelques parties ça et la. Et je pense que ça a été très bien fait. Alors ils ne sont pas abondantes, et ne sont pas non plus ringardes.

Jérémie : Après avoir écouté l'album dans son ensemble, est-ce que vous avez décidé de supprimer quelques parties qui sonnaient trop expérimentales ?

Seth : Non on n'a pas enlevé de partie qui était trop expérimentale, mais on a enlevé une partie d'un chant, et je crois que c'est la première fois que ça arrive avec BTA. On avait enregistré une section et après l'avoir écouté, on s'est dit que ça n'allait pas avec le reste du chant et qu'il n'y avait pas de raison pour ce riff, alors on l'a supprimé du chant. Comme j'ai dit c'est la première fois que c'est arrivé et ce n'était pas parce que c'était expérimental, ou étrange ou quoi que ce soit, c'était simplement qu'on n'en avait pas besoin. Concernant les parties expérimentales, on a fait très attention avant de les ajouter, voire même de les écrire, qu'on irait pas trop loin, pas trop à la limite. On s'est dit que si on faisait ça, alors on se devait de le faire bien. Par exemple la partie ska n'est pas ringarde, elle n'est pas du genre (voix de beauf) "Hey écoute moi ça c'est de la balle", c'est de la bonne musique qui est fun à écouter, ce n'est pas un gadget qu'on a ajouté pour que les gens rigolent la première fois qu'ils l'écoutent et après le zappent, ca fait vraiment partie du chant qui a du sens, qui sonne bien et qui est bien fait. Je pense que les gens ne seront pas déçus et j'espère qu'ils ne vont pas nous mettre de côté à cause de ce genre de choses.

bta_studioJérémie : Comment s'est passé l'enregistrement de l'album ?

Seth : Ca s'est passé vraiment bien, on a enregistré cette fois avec Matt Goldman. C'est un producteur incroyable qui a complètement compris ce qu'on voulait. C'est bien d'enregistrer avec quelqu'un qui te comprend, et Matt fait partie de ce genre de personnes. Quand on lui présentait nos idées il partait avec sans poser de questions car il savait ce qu'on voulait. On n'avait pas besoin de perdre du temps à lui demander si ça allait, si c'était bien, si c'était une bonne chose de faire ça, car il comprenait quel type de personnes nous étions et quel type de musique nous faisions, et ça c'est super bien passé. On a accompli énormément de choses pendant les six semaines passées en studio, ce qui est plutôt une longue période pour un groupe de métal de notre dimension. Mais tu sais on avait besoin de passer ces six semaines en studio, car malgré tout on a passé notre temps à s'activer pour que ce soit fini à temps, car on avait tellement de choses à faire : tellement de musique, tellements de couches musicales, tellement d'instruments additionnels, tellement de voix, ajouter ici ou la du clavier ... c'était assez stressant en fait car on devait finir chaque chose à temps pour avoir le temps de faire la suite le lendemain, tu vois, par exemple écrire la partie de cuivres un jour pour avoir le temps de l'enregistrer le lendemain ... C'était un emploi du temps au jour le jour et qui était plutôt exitant ! C'était bien, un peu chargé pour nous mais ça allait parce que ça s'est bien passé et a ajouté du piquant en studio.

Jérémie : Pourquoi vous n'avez pas pris Devin Townsend ? Trop cher, ou alors il ne vous comprenait pas ?

Seth : Non, on voulait enregistrer avec Devin Townsend mais il n'enregistre pas en ce moment car il est trop occupé avec sa propre musique, The Devin Townsend Project et autres, alors il n'était pas dispo. Du coup on s'est dits que si on ne pouvait avoir Devin, alors allons avec Matt. Et il s'est trouvé que c'était une très bonne chose d'enregistrer avec Matt Goldman. Mais ca s'est bien passé avec Devin Townsend quand nous avons enregistré Dichotomy et on aurait beaucoup aimé retravailler avec lui, mais c'est probablement mieux que ça ne se soit pas fait car ça aurait coûté bien plus cher et on aurait du bouger d'Atlanta, ou nous vivons, à Vancouver, ou habite Devin, ce qui fait un très long trajet. De fait on a économisé du temps et de l'argent pour au final avoir quelque chose qui est aussi bon que ce qu'aurait pu faire Devin.

Jérémie : Avec ce changement de producteur, est-ce que vous avez changé quoi que ce soit durant la phase d'écriture ? Est-ce que vous saviez à ce moment la que ce serait un producteur différent ?

Seth : Quand nous écriviions nous n'étions pas sûr de qui produirait l'album. Alors non on n'a rien changé lors de l'écriture, et on a su assez rapidement qu'on n'aurait pas Devin Townsend parce qu'il est le premier qu'on a contacté, et il a répondu qu'il n'était pas disponible. Donc bon on s'est dit que ce n'était pas grave, et que si on voulait pouvoir enregistrer dans trois mois, on devait positionner du temps en studio, alors on s'est arrangé rapidement avec Matt, réservé le temps en studio avec lui et cela plusieurs mois avant d'y aller. Donc quand on a écrit l'album on savait pas depuis le début qu'on l'enregistrerait avec Matt, mais on l'a su pour l'essentiel de l'écriture et on se demandait de temps en temps "Ok, qu'est-ce que Matt attendra de nous en terme de préparation". On a écrit les chants en groupe, lors de répétitions et on s'est assuré qu'on les avait suffisamment répétés pour qu'une fois entré en studio avec Matt on puisse les jouer en live devant lui, tu vois ?

Jérémie : Oui. Quand j'ai écouté l'album pour la première fois, et que j'ai entendu l'intro ... en général je n'aime pas ces intros car je les trouve ringardes, mais j'ai remarqué deux choses avec celle de Celestial Completion. Premièrement l'intro et tout l'album donnent l'impression de n'être qu'un seul et même chant. Deuxièmement cette intro ressemble à une musique de film de Tim Burton. Tu vois ce que je veux dire ?

Seth : Ouaip.

Jérémie : C'était une volonté de votre part de faire une intro vraiment étrange, mais qui arrivait quand même à rester cohérente avec le reste de l'album ?

Seth : Oui, nous voulions faire quelque chose qui soit extrêmement musical. Et cette première piste, qui dure à peine une minute trente, est juste extrêmement musicale. Elle comporte cinq couches de voix, Jason chante, je chante, Daniel chante, à quelques endroits Daniel et moi-même chantons deux parties, et on a également une fille qui chante au dessus de nous dans un style d'opéra, alors oui on a toutes ces voix, des instruments comme des cornes et tout ces trucs, on voulait simplement que ce soit comme dans une pièce de musique classique ou la première partie pose les bases de la musique qui seront développés dans les différents mouvements. Et c'est plus ou moins ce qu'on a fait. On s'est dit qu'on voulait que ça dure 90 secondes, que ce soit super musical, que les paroles définissent le ton de l'album, et c'est la lumière sous laquelle nous voulons que les gens écoutent cet album. Nous voulons que tout le monde écoute cet album à la lumière de cette première piste.

Jérémie : L'album ne sonnerait pas pareil sans cette intro.

Seth : Exactement.

Jérémie : Concernant les paroles, il semble que Jason ne voulait pas écrire de chants qui tournaient autour de la destruction, de la mort, bref des thèmes populaires dans la scène métal. Quels sont les thèmes du coup ?

Seth : Oui, les thèmes de l'album gravitent autour de thèmes dont les gens n'écrivent pas en général dans la scène métal, comme tu l'as dit beaucoup de groupes parlent de déstruction, de mort, du mal, du chaos, et on l'a également fait un peu dans le passé. Mais Jason voulait s'en éloigner et parler de la promesse de l'espoir. Et même si le thème général est la fin du monde, ce n'est pas un moment de désespoir, tu sais quand le monde s'arrête ; c'est un moment d'espoir et un moment de promesse. Et du coup c'est autour de ces concepts que l'album est écrit. Ce n'est pas non plus un album complètement positif et qui du coup sonnerait ringard du genre "Ouais nous sommes heureux vous pouvez l'être aussi c'est facile soyez heureux !", non, ce n'est pas ce genre de positivisme, mais plutôt "Oui, nous vivons dans un monde sombre où il se passe de mauvaises choses, et nous en sommes conscients. Mais vous n'avez pas à restés enfermés dans ce marasme, car il y a une autre réalisté qui va transcender ce mal, et c'est ce dont on parle dans cet album : tu t'approches de la complétude à mesure que tu t'approches du ciel". En tant que chrétiens, nous croyons en un principe qui s'appelle la sanctification, qui signifie que nous sommes sauvés de nos péchés et de nous-mêmes, mais pour le reste de notre vie nous nous purgeons par Christ de nos péchés et de ce mal, et ce principe appelé la sanctification s'achève quand nous arrivons aux cieux. De fait, la fin du monde ou la fin de notre propore monde n'est pas en soit une horrible chose, ce n'est pas une perte, mais un moment de vérité révélée, de qui nous sommes et de fin de nos souffrances.

Jérémie : Je vois. Et Daniel a écrit un chant, est-ce exact ?

Seth : Oui mais quand on dit qu'il a écrit un chant, c'est qu'il a écrit la musique d'un chant, parce que Jason écrit toutes les paroles. Daniel a écrit un chant, qui s'appelle Path Of The Beam, c'est la piste numéro 3, et a également beaucoup participé dans l'écriture de l'intro, et a écrit beaucoup de parties de chants qu'on considère être de Jasons, parce qu'il n'a pas vraiment écrits de riffs pour ses chants, il avait l'idée générale de comment les riffs devaient être et lui et Daniel ont travaillé sur ses idées pour pouvoir en faire des riffs jouables à la guitare. Alors oui je dirai que Daniel a contribué à la moitié de la musique qui est sur l'album.

Jérémie : Il y a pas mal de chant clair sur l'album, qui s'en est occupé ? Toi ? Daniel ? Quelqu'un d'autre ?

Seth : Daniel et moi-même ont fait l'essentiel des voix claires de l'album. Sur l'intro Jason chante également, mais tout le reste est l'ouvre de Daniel et moi. Parfois il s'occupe des voix aigues et mois plus graves, et parfois on échangait de registre. Mais on chante ensemble, et chaque fois qu'il y a du chant clair, alors c'est lui et moi qui sommes en train de chanter.

bta_seth_mexicainJérémie : J'imagine que ton expérience avec Anchors a pas mal aidé ?

Seth : Oui ! Tu sais avoir la possibilité de chanter avec Anchors, d'écrire des chants, les enregistrer et les chanter devant un public chaque soir m'a permis de prendre confiance en moi et de développer ma voix, et au final m'a permis d'affiner mon oreille pour que je puisse mieux entendre les harmonies. C'est comme ça qu'on a fait pour enregistrer la majorité des voix de l'album : on avait les riffs d'enregistrés à l'arrache sur mon ordi portable dans le van, puis on l'écoutait avec Daniel en se demandant quel genre de mélodie on pourrait ajouter. Daniel chantait une mélodie et en l'écoutant j'imaginai quel genre d'harmonie je pourrai ajouter, et on travaillait la dessus. Alors pour chaque partie de vingt secondes de chant clair, Daniel Jason et moi-même ont passé des heures et des heures à définir quels mots seront chantés, à quel rythme, avec quels structures, quelle serait la mélodie, quelles harmonies, puis à tout répéter. C'était un processus très fastidieux mais je crois que ça en valait le coup.

Jérémie : Tout à fait. Qu'est-ce que tu peux nous dire de plus concernant l'album ?

Seth : Et bien je pense que c'est une bonne opportunité pour les gens d'avoir une idée de la direction que le métal est en train de prendre. Je pense que tu es courant, tout comme ceux qui lisent les interviews, que les ventes d'albums sont en chute libre, pour tous les genres musicaux et tous les groupes, ça craint et personne n'a la solution permettant d'endiguer ce problème, et tout ce qu'on sait c'est que ça va continuer comme ça. Le marché est saturé, il y a trop de groupes de métal, trop de groupes hardcore et, tu sais, personne ne sait dans quelle direction la musique devrait aller. On ne sait pas ou doit aller l'industrie du disque, et on ne sait pas non plus où la musique doit aller. Je crois que les gens sont en train de se fatiguer d'entendre des breakdowns partout, tu sais ? Mais c'est un constat qui amène une question :  si on ne veut plus entendre de breakdowns, qu'est-ce qu'on va aimer à la place ? Quelle sera la prochaine chose qu'on appréciera d'entendre ? Alors je pense que cet album est une chance pour les gens de dire "Hey, voila plein d'instruments différents, plein de belles performances vocales, plein de tempos différents", en bref tout ce que BTA fait, des synthés, des claviers, une chance pour les gens de se dire "Hey, peut-être c'est ce que je veux entendre, peut-être que c'est dans cette direction que je voudrais que le métal évolue vers, c'est vers ça que je voudrais que mes goûts musicaux s'orientent". Tu vois ?

Jérémie : En parlant de l'avenir de la musique, que penses-tu de Come&Live, par Chad Johnson ?

Seth : Je trouve que c'est une bonne idée, un bon concept et un bon business model. Même si on ne va pas faire un truc du genre pour le moment, je ne serai pas surpris si on les rejoins à terme, ou un truc équivalent, dans quelques années. Nous venons de renégocier un nouveau contrat avec Solid State parce que nous avions signé à la base pour quatre albums, et ce contrat s'achevait avec Celestial Completion, alors nous sommes en train de travailler sur un nouveau contrat que nous avons l'intention de signer avec Solid State, mais dans le futur viendra probablement un temps ou nous ferons un truc comme Come&Live, parce que viendra un temps ou les gens ... ou il n'y aura plus assez de ventes d'albums pour que les labels investissent de l'argent dans l'enregistrement d'albums ! Si les gens n'achètent plus de musique, ce n'est plus rentable de payer pour la produire, tu vois ?

Jérémie : Quels sont les détails de ce nouveau contrat avec SS ?

Seth : Je ne peux pas dire beaucoup de choses car nous n'avons pas encore tout travaillé à son sujet et qu'on ne l'a pas encore signé, mais nous aimons beaucoup Solid State et on s'entend bien avec eux, ils s'entendent bien avec nous, on aime plusieurs groupes du label, on est devenus de très bons amis avec Demon Hunter, To Speak Of Wolves, des groupes du genre, alors notre relation avec eux est très bonne, on les encourage et c'est quelque chose qu'on a décidé de faire. Je ne peux pas imaginer ne pas travailler avec eux ces prochaines années, mais concernant les détails du contrat, je ne connais pas tout parce qu'on n'a pas terminé nos discussions.

Jérémie : Je vois. Quels sont les artistes qui t'ont impressionnés le plus chez Solid State ?

Seth : Hum ... de tous les groupes qui ont fait partie du label ?

Jérémie : Non, les derniers groupes, comme The Famine, As They Sleep, August Burns Red, Underoath ...

Seth : Je dirais que The Famine est celui qui nous a le plus impressionnés. Leur premier album était bon, je pense que le deuxième sera également bon, alors oui je dirai que ce sont eux qui nous ont le plus impressionnés. J'aimerai qu'ils fassent plus de tournées parce que ce serait fun de partir avec eux mais ils ne font pas beaucoup de concerts.

Jérémie : Un peu comme Demon Hunter.

Seth : Oui, exactement. C'est un autre groupe ... mais bon je ne dirai pas que je suis impressionné par Demon Hunter parce qu'avec eux ces dernières années ont sait ce qu'on va avoir et c'est du bon, mais tu vois, si on doit choisir une liste de nos trois groupes préférés sur le label, on prendrait Demon Hunter, et Daniel prendrait The Famine.

Jérémie : On a parlé de Anchors un peu plus tôt. Qu'est ce  qui serait le mieux : que Anchors fasse une reprise de BTA, ou l'inverse ?

Seth : (rires) Oh mec je ne peux même pas imaginer ce que ça donnerait, laisse moi réfléchir quelques secondes, c'est une question vraiment unique ! Je réfléchis (rires) ! Je trouve que ce serait géant si BTA faisait une reprise de Anchors ! Je ne pense pas que ça arrive un jour, que j'arrive à convaincre les autres membres du groupe de le faire, ce serait plutôt difficile, mais ouais ça sonnerait bien ! Tu sais quoi, je n'avais même jamais pensé à ça, que Anchors puisse faire un reprise de BTA, c'est une idée de génie !

Jérémie : Tiens nous au courant ! Merci pour ton temps Seth !

 

Partagez cet article

Concernant l'auteur

Jérémie

Créateur de Beehave en 2007 avec Christelle qu'il épousera un an après, Jérémie apprécie toutes les formes du rock, surtout celles qui contiennent de la double pédale et de la saturation. Né à l'époque des pattes d'eff, il apprécie aussi tout particulièrement le glam, le thrash et le power métal, même s'il se fait chambrer à cause de ça par ceux qui sont nés dans les années 90. Et papa depuis 2015 :-)

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :