Jan Trebacz (Illuminandi)

Venez découvrir Illuminandi, un groupe de foll métal polonais !

illuminandi

Illuminandi : Radoslaw Solek (Chant) - Krzysztof Kawa (Violon) - Antonina Kraszkiewicz (Violoncelle) - Aleksander Kraszkiewicz (Basse) - Janusz Domka (Batterie) - Aleksander Koziol (Guitare) - Jan Trebacz (Chant, Guitare)

Jeremie : Salut, peux-tu décrire ton groupe ?

Yann : Salut. En fait nous sommes juste un groupe qui joue de la musique heavy, avec un message chrétien positif. Les gens décrivent généralement notre musique comme du métal gothique, ce qui ne nous dérange pas, car ce genre est assez large. Mais pour être honnête nous ne sommes pas vraiment gothiques, je dirai plus que nous sommes un mélange de métal, de folk, de classique et d'un peu de hardcore. Nous utilisons du chant clair, des growls, du violon et des violoncelles, ce qui est assez caractéristique de notre style de musique.

Jeremie : Plutôt de la musique nord-européenne, dans la ligne de Within Temptation ?

Jan : Oui pour la musique nord-européenne, par contre nous n'avons pas de chanteuse, nous serions plutôt comme Morpheus. C'est difficile à dire à qui on ressemble !

Jeremie : Parce que vous avez votre propre son, ce qui est plutôt une bonne chose.

Jan : Oui, car je ne veux pas qu'on ressemble à quelqu'un, beaucoup de groupes disent "Oh on a un son unique !", je ne dirai pas qu'on fait un nouveau style musical, mais qu'on est plutôt dans un style inhabituel. Surtout pour la Pologne.

Jeremie : Et donc toi tu a quel rôle dans le groupe ?

Jan : Je suis Yan et je joue de la guitare et fait les chants clairs. J'ai 32 ans à présent.

Jeremie : Quelle est l'histoire du groupe ?

Jan : On a commencé le groupe à la fin des années 1999. On a eu l'idée en 1998 et on a mis plus d'un an à trouver les membres ; nous avons commencé à jouer notre premier concert fin 1999. A la base c'était un hobby, enfin c'est toujours le cas car nous ne gagnons pas d'argent avec le groupe, nous travaillons à côté ou étudions. Au début on ne prenait pas le groupe au sérieux, on se voyait une fois par semaine, voire toutes les deux semaines, on ne jouait que pour le fun. Au bout de quelques années on a commencé à faire des concerts régulièrement, et depuis la sortie de notre deuxième démo en 2002 nous faisons plus de concert .A présent nous sommes à un rythme de deux à trois concerts par mois. Ce n'est pas énorme, mais c'est ce qui nous intéresse, car à cause de nos boulots nous ne pouvons partir pour une tournée de trois mois, nous ne sommes pas aussi ambitieux.

Jeremie : Votre but n'est pas de vivre du groupe, mais pourquoi pas ?

Jan : Et bien pour plein de raisons. Déjà, j'aime mon boulot, et ce serait dur pour moi de le quitter. De plus je n'estime pas être assez bon comme musicien. Si tu fais de la musique de façon professionnelle, tu dois faire de la musique que les gens vont aimer, parce que tu dois vendre tant et tant d'albums pour pouvoir vivre, et ça ne m'intéresse pas car je veux faire de la musique qui me plait, l'apprécier. Bien sûr je voudrais que les gens l'apprécient également, mais je préfère l'apprécier le premier. Illuminandi est une part importante de ma vie, tout comme c'est important pour les autres membres, mais ça reste un hobby. Même si c'est plus que ça car il y a un message derrière le groupe.

Jeremie : C'est une question que je voulais te poser, concernant le but du groupe Tu dis que c'est un hobby, mais en même temps tu veux toucher le cœur des gens, c'est ça ?

Jan : Oui. Le but de chaque groupe devrait être de faire de la bonne musique, non ? C'est pour ça que les groupes existent. Tu ne fais pas un groupe pour prêcher, tu fais un groupe pour faire de la bonne musique. Mais d'un autre côté, si on passe autant de temps à faire ça, on voudrait que les gens en profitent, et pas uniquement d'un point de vue musical, mais spirituel. Ou d'un point de vue mental, pour ceux qui ne sont pas croyants. On voudrait donner de l'espoir aux gens. Car avec ce genre de musique, métal, gothique, ou quel que soit le nom que tu lui donnes, tu as beaucoup d'occultisme et de messages négatifs, pessimistes, dépressifs, suicidaires. Nous voulons atteindre ces personnes parce que nous jouons le même style de musique, et nous voulons leur apporter de l'espoir. Et c'est également une façon de nous donner de l'espoir à nous-mêmes, car si on joue un concert ou on fait un chant, c'est une forme de prière qu'on destine à nous-mêmes, comme une forme de thérapie spirituelle.

Jeremie : Qui écrit les paroles ?

Jan : Généralement moi, ou l'autre guitariste, ou alors nous utilisons des passages de la Bible, et nous avons également deux ou trois chants dont les textes ont été écrits par des poètes. Cela donne un grande diversité à nos textes. Sur l'album précédent la première piste a été écrite par un poète Finlandais assez connu, la deuxième par un ami du groupe, plusieurs chants sont inspirés de Psaumes, et le reste écrit par notre autre guitariste ou moi. Mais tous ont une connotation spirituelle.

Jeremie : Comment s'est passée l'écriture de votre dernier album ?

Jan : On a pris notre temps. Sept titres étaient déjà prêts en 2009, on s'est donc concentrés sur la qualité, plutôt que de se dépêcher à le sortir aussi vite que possible. On n'avait pas de contrat qui stipulait que l'album devait sortir avant la fin de l'année, ça dépendait uniquement de nous. Nous sommes indépendants.

Jeremie : Sur le précédent album figuraient de nombreux logos. Que représentent-ils ?

Jan : Certains de ces personnes étaient des sponsors qui nous ont donné de l'argent pour l'album, d'autres étaient des représentant de la presse qui nous ont aidé avec la promotion de l'album, mais pour honnête l'album a été sorti par un ami qui a une petite boite qui distribue des CDs, et quand il a entendu qu'on avait des problèmes avec notre label pour la sortie de notre précédent EP, car ils voulaient qu'on sorte un LP sans nous donner d'argent pour enregistrer, et bien notre ami nous a aidé, sans nous imposer de pression de délai.

Jeremie : C'est ce qu'on appelle une intervention divine.

Jan : Exactement, et on a vécu beaucoup de moments de ce genre.

Jeremie : Beaucoup de groupes dans votre genre de musique portent des masques, ou du maquillage morbide. Pourquoi ne pas faire la même chose ?

Jan : Ce serait artificiel (rires). Nous ne sommes pas comme ça. J'ai les cheveux longs et je suis habillé de noir parce que j'apprécie cet esthétique, mais je ne suis pas dans le black métal, ce n'est pas notre style. Je pense que la musique parle d'elle-même. Ca ne collerait pas. De plus nous écoutons de tous les styles de musique. Perso j'écoute beaucoup de métal, mais notre autre guitariste écoute du punk et du hardcore, notre joueuse de violoncelle n'écoute pas de musique du tout, mais plutôt de la pop, du coup tous ces artifices ne nous représenteraient pas !

Jeremie : Merci, un dernier mot ?

Jan : Merci pour l'interview ! Peut-être qu'un jour nous jouerons en France devant vous.

illuminandi_imagecachee

Partagez cet article

Tags:

Concernant l'auteur

Jérémie

Créateur de Beehave en 2007 avec Christelle qu'il épousera un an après, Jérémie apprécie toutes les formes du rock, surtout celles qui contiennent de la double pédale et de la saturation. Né à l'époque des pattes d'eff, il apprécie aussi tout particulièrement le glam, le thrash et le power métal, même s'il se fait chambrer à cause de ça par ceux qui sont nés dans les années 90. Et papa depuis 2015 :-)

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :