Lazarus Rios // Leaders

Après Nitengale il y a quelques temps, voici la deuxième interview que nous réalisons par chat. De l'autre côté du clavier se trouvait Lazarus Rios, le très sympatique chanteur du groupe Leader, qui vient de sortir Now We Are Free le 27 mars dernier chez Facedown Records.

Leaders

Jérémie : Salut, j'espère que tu vas bien !

Lazarus : Je vais très bien, et toi ?

Jérémie : Très bien aussi, je profite de la fin de la semaine : il est 21h30, plus qu'une interview et je peux aller me reposer.

Lazarus : Sympa ! En tout cas merci de me donner cette opportunité !

Jérémie : Et bien merci de répondre. Donc tu es le chanteur du groupe Leaders, peux tu nous présenter le groupe ?

Lazarus : Yes sir, mon nom est Lazarus et je chante dans le groupe Leaders. Alfie et Sam jouent de la guitare, JC de la basse et Elijah de la batterie.

Jérémie : Le groupe s'appelait avant « ALLORNOTHING ». Pourquoi avoir changé ?

Lazarus : Oui, c'était notre nom à nos débuts en Mars 2007. Nous avons vécu quelques changements de lineup et, lorsque nous avons commencé à écrire nos propres morceaux, nous avons décidé qu'il était temps de changer de nom aussi.

Jérémie : Mais vous avez gardé le même style musical qu'à vos débuts, n'est-ce pas ?

Lazarus : En majorité, oui. Nous étions un peu plus métalcore à nos débuts. Ce que nous jouons maintenant est vraiment quelque chose qui nous excite et que nous prenons du plaisir à jouer. Ce que nous jouions avant était super aussi, mais nous avons mûri depuis.

Jérémie : Et le résultat de cette maturation s'entend sur « Now We Are Free », votre premier album sous votre nouveau nom, qui est sorti fin Mars. Êtes-vous satisfait du résultat ?

Lazarus : Tout à fait, et oui, l'album est sorti le 27 Mars 2012 sous le label Facedown Records ! Nous sommes vraiment satisfaits du résultat et, honnêtement, il nous a même surpris. Zack a été un partenaire vraiment génial : nous avons dit quel genre de son nous voulions et il l'a fait. Nous lui en sommes vraiment reconnaissants, et vraiment contents d'avoir pu sortir un album avec un son d'une telle qualité.

Jérémie : Quelle est ta chanson préférée sur l'album ?

Lazarus : Alors à jouer en live je dirais « Conviction » et « La Onda », et sur le CD je dirais « Real ». Cependant je les aime toutes.

Jérémie : « La Onda » c'est l'interlude romantique, n'est-ce pas ?

Lazarus : Non, celle-là c'est « Te necesito » (rires). « La Onda » est la dernière piste du CD.

Jérémie : Donc vous êtes le genre de groupe à aimer garder le meilleur pour la fin ?

Lazarus : (rires) Je suppose qu'on pourrait dire ça, oui, garder le meilleur pour la fin.

Jérémie : Qu'est-ce qui rend cette chanson spéciale pour toi alors ?

Lazarus : Musicalement et du point de vue des paroles, elle me touche personnellement, j'ai mis beaucoup de choses dans cette chanson, c'était un cri vers Dieu.

Jérémie : Et alors, t’a-t-il répondu ?

Lazarus : Et bien cette chanson a été écrite avant de pouvoir sortir l'album, donc oui.

Jérémie : J'espère que tu apprécies la réponse ;) Parlons un peu plus de l'album, et nous reviendrons plus tard aux questions concernant Dieu. J'ai bien aimé l'album pour son coté hardcore, cru. Il semblerait que les groupes hardcore soient légion en ce moment : comment fais-tu pour écrire des chansons qui ne sonnent pas comme si elles avaient déjà été écrites par des dizaines de groupes avant vous ?

Lazarus : Oui, Dieu a définitivement un timing toujours parfait (rires) C'est marrant que tu poses cette question, on essaie toujours d'écrire ce qu'on aime et ce qu'on pense qu'on va aimer jouer sur scène. Il n'y a pas vraiment de « formule », on a juste des idées qui nous viennent, et on se dit : « wow, c'est cool, je ne peux pas croire que ce soit moi qui l'ai écrit ! » (rires) On écrit juste en s'inspirant de ce qu'on ressent. J'imagine que c'est ce qui nous différencie des autres, du moins en majorité.

Jérémie : Et bien continuez à faire de cette manière ! Qui écrit les paroles, et qui est le maître des riffs ?

Lazarus : Merci mec, on va continuer ! J'écris toutes les paroles. (rires) Les maîtres des riffs, ce serait Alfie et moi. Soit je vais avoir une idée et la montrer à Alfie, qui la mettra alors par écrit ou en déduira un de ses leads, soit il va  ramener un riff et on va bosser tous les deux pour les mettre en forme, en place, et en tirer une chanson. Mais maintenant que Sam nous a rejoints, on devrait aussi pouvoir s'en sortir plus facilement.

Jérémie : J'ai l'impression que vous êtes prêts à emplir nos oreilles de bonne musique pour un bon bout de temps. Avez-vous mis en place un plan de carrière, ou allez-vous voir ça un album après l'autre ?

Lazarus : On a commencé à mettre en place nos plans pour le prochain album :) A vrai dire cette musique, c'est notre vie : on lui a donné toutes ces années et on est prêts à lui en donner encore d'autres. On est là pour le long terme, et on ne va nulle part, pas avant un bout de temps !

Jérémie : Et bien j'aimerais que vous veniez en France ;)

Lazarus : Je suis sûr qu'on va réussir à faire ça :)

Jérémie : Est-ce que Facedown vous aide pour les tournées ?

Lazarus : C'est en fait une combinaison de notre agent, du management et du label. Ils travaillent tous ensemble pour nous aider :)

Jérémie : Bien. Donc si je ne me trompe, vous avez signé avec Facedown sans passer par la case Strike First. Comment cela se fait-il ?

Lazarus : Oui, c'est cela. En fait on était supposé passer par Strike First, mais on a auditionné avec Jason et il a été vraiment impressionné par notre performance, donc à partir du moment où l'album a été enregistré, c'était une ligne droite. Nous sommes vraiment bénis de faire partie de Facedown, c'est comme une grande famille !

Jérémie : Oui, c'est ce que j'entends toujours de la part des groupes de chez Facedown que j'interviewe. Est-ce pour cela que vous avez choisi ce label ? Aviez- vous d'autres options ?

Lazarus : Oui. On a joué avec une poignée de groupes et on a même tourné deux fois avec ITMOL (In the Midst of Lions) avant qu'ils prennent toute l'importance qu'ils ont maintenant. À chaque fois ils nous disaient toujours des choses géniales sur le label, on a alors tous écouté des groupes du label et on les a vraiment aimé. Du coup quand on a contacté Facedown, on a été comblés ne serait-ce que d'avoir une réponse. On était aussi en négociations avec quelques autres, mais rien de très prometteur.

Jérémie : Et vous avez signé pour trois albums ?

Lazarus : Yes sir.

Jérémie : Alors place au rock ! Avez-vous choisi Facedown parce que c'est un label chrétien aussi ?

Lazarus : Évidemment que oui ! On est plus qu'heureux que Jason prenne ça très au sérieux. Nous sommes un groupe chrétien, et nous ne serions pas où nous en sommes aujourd'hui si nous n'avions pas eu Dieu dans nos vies. Donc c'est sympa d'avoir un label qui peut être là pour nous du point de vue spirituel, et qui croie en les même choses que nous.

Jérémie : Je suis sûr que cela aide. Est-ce qu'ils ont des genres de rendez-vous de prière ou des chaînes de prière pour les groupes ?

Lazarus : En fait on a rencontré tous les autres groupes au Facedown Fest, donc on en a profité pour échanger nos numéros, et on se tient au courant, on se donne des coups de main en cas de besoin, que ce soit par la prière ou non. Le label nous garde toujours dans ses prières et nous encourage beaucoup.

Jérémie : Ça me semble être l'endroit parfait pour un groupe chrétien. Est-ce que tu vois Leaders comme un groupe chargé d'un ministère, ou simplement un groupe formé de chrétiens ?

Lazarus : Nous sommes définitivement chargés d'un ministère. Partout où  nous allons, nous sentons que nous devons parler au gens de Dieu, de ce qu'il a fait dans nos vies et de ce qu'il peut faire dans les leurs. Comme je l'ai dit, si ce n'était pour Lui, nous n'en serions pas là.

Jérémie : Donc vous Lui remboursez les talents qu'Il vous a offerts en cadeau.

Lazarus : Exactement ! Comme je t'ai dit, parfois je me dis : « Comment ai-je pu écrire cela ? » (rires). Ce n'est en fait que Dieu qui travaille à travers nous. On n'a pas toujours l'impression de donner le meilleur de nous, mais avec Dieu cela peut changer.

Jérémie : Tu dis que vous êtes prêts pour une longue carrière, et vous semblez confiants du fait que Dieu est de votre côté pour vous y aider. Mais en quoi êtes-vous préparés à la difficulté que représente le fait d'être un chrétien dans un monde à tendance généralement hostile ?

Lazarus : Nous lisons, prions et restons en contact avec d'autres à qui nous faisons confiance pour être là pour nous. C'est difficile, et nous tombons et combattons toujours par moments, personne n'est parfait, mais cela ne nous donne pas le droit de faire ce que nous voulons, tu sais. Nous nous rendons des comptes, et nous entretenons une relation avec Dieu.

Jérémie : Je suis chrétien aussi, j'imagine que tu t'en es rendu compte d'ici à maintenant ;) Quel genre de conseils avez-vous reçu de la part d'autres groupes qui étaient sur scène avant vous ? Des conseils que vous partageriez avec d'autres groupes débutants ?

Lazarus : Beaucoup d'amis nous ont dit que même si on perce et qu'on gagne la « célébrité », pour ainsi dire, c'est vraiment facile de se faire absorber, et ce serait la mort du groupe. Donc gardez vos regards fixés sur Dieu et ce qu'il veut car, au final, tout cela n'a pas de sens si on ne va pas vers lui. C'est genre « ne mord pas la main qui te nourris », tu sais.

Jérémie : Oui, je sais. Des mots empreints de sagesse, je pense qu'il serait sage que tu les suives ! As-tu des intentions de prières que nos lecteurs en France pourraient porter ?

Lazarus : Oui ! Déjà, que nous restions concentrés sur Dieu, ce qu'il a et ce qu'il n'a pas planifié pour le groupe, et que lorsque les choses semblent difficiles et que tout espoir semble perdu, nous nous souvenions que Dieu sera toujours là et ne nous oubliera jamais :)

Jérémie : Et bien en échange vous pourriez prier pour nous au  magazine, pour que nous restions sur le même droit chemin ! L'interview est presque finie, c'est l'occasion pour toi de dire ce que tu veux dire à la France !

Lazarus : Nous vous garderons dans nos prières, définitivement ! France, nous vous aimons et vous remercions si vous avez acheté l'album ou des produits dérivés, et nous espérons vous voir bientôt ! Suivez vos rêves, avec Dieu, rien n'est impossible !

Jérémie : Merci, tes mots m'ont convaincu que tu es vraiment un homme de Dieu. Garde la foi, et merci pour tout.

 

Traduction : Augustin Davadie

leaders small

Partagez cet article

Tags:

Éléments similaires (par tag)

Concernant l'auteur

Jérémie

Créateur de Beehave en 2007 avec Christelle qu'il épousera un an après, Jérémie apprécie toutes les formes du rock, surtout celles qui contiennent de la double pédale et de la saturation. Né à l'époque des pattes d'eff, il apprécie aussi tout particulièrement le glam, le thrash et le power métal, même s'il se fait chambrer à cause de ça par ceux qui sont nés dans les années 90. Et papa depuis 2015 :-)

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :