Jon Dalman // Dependency

Interview avec Jon Dalman, le bassiste du groupe de hardcore Dependency, qui nous parle de la sortie du nouvel album du groupe, Love Not Wasted. Ce dernier sort demain (mardi 27 novembre), chez Blood & Ink Records.

dependency

Jérémie : Peux-tu te présenter ainsi que tes partenaires ?

Jon : Salut, je m’appelle Jon Dalman et je suis le bassiste. Le reste du groupe est constitué de

John Michael McCasland - Guitare, David Hobbs - Guitare, Kyle Fesmire - Voix, Charles Miller - Batterie.

Jérémie : Peux-tu nous raconteur l’histoire du groupe, depuis sa creation jusqu’au lineup actuel?

Jon : Le groupe a été créé en 2009 après la fin d’un précédent groupe appelé « Spinner’s End ». Les membres de se groupent étaient David Hobbs, John Michael McCasland, Kyle Fesmire, Nicholas Brown et Aaron Thomas. Ils ont commencé à écrire de nouveaux titres, ajouté Charles Miller en tant que nouveau batteur, puis changé le nom du groupe pour Dependency. Ils ont sorti leur premier album « Convicted » puis ont fait pas mal de tournées pendant un an pour le promouvoir, et se sont séparés de leur bassiste Nicholas Brown. Ils m’ont demandé de le remplacer.

Jérémie : Le nom du groupe est “Dependency”, et j’imagine qu’il s’agit de mettre en avant une dépendance vis-à-vis de Dieu. Peux-tu nous en dire plus à ce sujet, et quel genre de message vous voulez partager ?

Jon : Tout le monde est dépendant de quelque chose, qu'il l'aime ou pas. Le bon côté de la chose est que tout le monde peut décider sur quoi il repose sa confiance. Ca ne veut pas systématiquement désigner une dépendance envers Dieu, mais d'être dépendant en général.

Jérémie : Peux-t-ton néanmoins dire que Dependency est un groupe chrétien ?

Jon : J'ai l'impression que le terme "groupe chrétien" est trompeur. Nous sommes des chrétiens jouant dans un groupe. Nos paroles sont clairement influencées par nos convictions donc ce n'est pas difficile de trouver des messages "chrétiens" dans l'album. Nous aimons juste chanter au sujet de la vie, bien ou mal. Nous n'essayons pas de prêcher comme si nous étions devant un autel.

Jérémie : Votre nouvel album, Love Not Wasted, sort bientôt. Dis-nous pourquoi nous devrions l'acheter sans hésiter.

Jon : Tu devras l'acheter sans hésiter si tu es intéressé par des sonoritées nouvelles. Nous avons écris un album remplis d'idées et de sons que nous aimons, sans prendre en considération ce qui est à la mode en ce moment dans le milieu. C'est une représentation authentique de nos intérêts musicaux et de nos capacités. Notre album est rapide, rempli d'énergie.

Jérémie : Quels sont les sujets abordés ?

Jon : Kyle a écrit des paroles assez honètes concernant son cheminement en tant qu'individu dans un monde brisé. Elles sont remplies d'espoir, et assez réalistes dans leur description d'un gamin qui grandit, qui prend des décisions difficiles et les assumes, surmonte des épreuves, et reste honnête et intègre.

Jérémie : Quel est ton chant préféré, et pourquoi ?

Jon : School Work Die. Parce que ce chant montre qu'on peut trouver plus dans la vie que ce que nos familles et la société avaient prévus pour nous. Prendre des risques, et s'éloigner du modèle américain. Poursuivre une passion, et pas juste en parler. Quelque chose que plusieurs d'entre nous avons appris ces dernières années, quitter l'école pour un temps et poursuivre no rêves. En plus le chant est bien construit et fun à jouer.

Jérémie : Avez qui avez-vous enregistré l'album, et pourquoi l'avoir choisi lui ?

Jon : Avec Mike Reaves, et Chad Wahlbrink. Premièrement, parce que nous aimons leur son, et deuxièmement parce qu'ils sont du coin, et pouvaient s'adapter à notre emploi du temps surchargé. Mike possède une solide réputation dans le milieu hardcore pour avoir jouer ou enregistré des groupes comme xDTNx et Swamp Thing. De son côté Chad a forgé sa réputation dans la scène indie, en travaillant avec des groupes comme The Pomegranates, The Soil & The Sun et Timbre, on a alors pensé que ce serait génial d'incorporer son influence et son expérience dans notre projet. Comme j'ai dit, nous avons fait quelque chose de très différent, et ces deux la étaient parfaits pour le boulot.

Jérémie : Quels groupes ou artistes ont eu le plus d'influences sur vous lors de l'écriture de cet album ?

Jon : Propagandhi, Bane, Defeater, Converge.

Jérémie : Cet album va sortir sur le label Blood & Ink Records. Quelles sont vos relations avec eux ?

Jon : Nous avons un deal pour sortir deux LP avec eux, accompagné par du mentorship et de l'amitié de la part de Daniel White, le propriétaire du label. Ce mec sait vraiment comment prendre soin d'un groupe, et être plus que juste un responsable de label. Il est devenu ce qu'on peut considérer comme une figure dans la scène hardcore, et nous sommes bénis de le connaitre.

Jérémie : Pourquoi avoir signé chez eux ?

Jon : Ils étaient d'accord de nous aider à atteindre nos objectifs, et sont toujours en train de prospecter des opportunités qui sont dans nos intérêts, ce qui est assez rare parmis les labels.

Jérémie : Vous êtes comparés à des groupes comme Modern Life Is War, Shai Hulud and Verse, mais pour toi, quels groupes  jouent la musique qui se rapproche la plus de la vôtre ?

Jon : Je ne pense pas qu'on puisse être comparé à un seul groupe. C'est probablement pourquoi le label liste ces trois groupes. Je voudrais également ajouter qu'il y a des traces de Converge dans nos parties chaotiques, que les parties techniques rappellent la musique récente de Propagandhi, et les débuts de Bane concernant nos parties vocales.

Jérémie : Quel groupe ou album t'as le plus impressionné cette année ?

Jon : "Kiss" de Carly Rae Jepsen.

Jérémie : Que faites-vous lorsque vous n'êtes pas en train de jouer avec le groupe ? Avez-vous chacun des boulots ou autre chose ?

Jon : David est à l'école à plein temps avec l'idée d'être prof d'histoire. Charles gère une petite agence de création. Pour ma part je m'occupe d'une boite de production de produits faits main. John Michael est un excellent commercial concernant les produits étanches. Kyle possède et gère une boite d'impression. Charles, Jon Michael et moi-même sont également dans un autre groupe qui passe pas mal de temps sur la route, et nous sommes actuellement en studio pour enregistrer notre premier album.

Jérémie : Comment t'es-tu retrouvé dans l'univers musical ?

Jon : Ma soeur m' ammené à une série de concerts dans son lycée quand j'étais au collège, et j'ai vu des gamins jouer du rock n' roll pour la première fois. J'ai alors écouté tous ses cds et ai demandé une basse pour noel. Au lycée mes potes et moi donnions des concerts dès que possible, et avons commencé à nous intégrer à la scène hardcore qui était si vivante à l'époque grâce aux groupes signés chez B&I, comme Saints Never Surrender, groupe qui vient de la même ville que moi.

Jérémie : Quels conseils donnerais-tu à un jeune groupe français qui voudrait percer ?

Jon : Je dirai de perséver malgré tous les obstacles. Ca sonne cliché de dire ça, je sais, mais c'est la réalité. Nous devons comprendre et vivre avec le fait qu'il y aura toujours des gens pour donner leur avis négatif sur ce qu'on fait, surtout dans le hardcore. Ecris de la musique que tu aimes, des paroles qui ont du sens pour toi. Ne fais rien dont le seul but serait de maintenir une image ou pour te fondre dans un style. Ca pourra prendre du temps, mais continue de pousser et ces décisions s'avèreront fructueuses et durable à la fin.

Jérémie : Aurais-tu des sujets de prières particuliers ?

Jon : Que notre amour puisse faire, et ne pas juste être.

Jérémie : Quand quelqu'un évoque ton groupe, à quoi voudrais-tu qu'il pense en premier ?

Jon : Ca m'est vraiment égal ce que les gens pensent de notre groupe. Mais j'imagine que j'aimerai qu'il pense à quelque chose de positif.

Jérémie : On est arrivés à la fin, l'opportunité t'es donnée de dire quelque chose que je ne t'ai pas demandé !

Jon : Suivez vos rêves.

Partagez cet article

Tags:

Éléments similaires (par tag)

Concernant l'auteur

Jérémie

Créateur de Beehave en 2007 avec Christelle qu'il épousera un an après, Jérémie apprécie toutes les formes du rock, surtout celles qui contiennent de la double pédale et de la saturation. Né à l'époque des pattes d'eff, il apprécie aussi tout particulièrement le glam, le thrash et le power métal, même s'il se fait chambrer à cause de ça par ceux qui sont nés dans les années 90. Et papa depuis 2015 :-)

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :