Kaleb Allen // I Call You Legion

La veille de la sortie du premier EP de son groupe, I Call You Legion, le batteur Kaleb Allen a répondu à nos questions, de manière parfois philosophale, et souvent complexe.

i call_you_legion_logo_600px

Jérémie : Salut, peux-tu te présenter ainsi que tes compagnons ?

Kaleb : Et bien je joue de la batterie pour le groupe I Call You Legion, et ils m'appellent Kaleb Allen. Il y a également Matthew Hodges, William Hodges, Trevor Goins, et Stuart Sloan.

Jérémie : Comment le groupe a-t-il été créé ?

Kaleb : Au début le groupe était juste un petit projet qui nous faisait passer le temps, il y a environ un an. Puis nous avons décidé de prendre ça au sérieux et de voir où ça nous emmènerait. Evidemment on n'est pas aussi légitimes que des groupes comme The Police ou d'autres grands noms du genre. Je dis ça par rapport au fait que nous avons une approche légèrement plus DIY à présent.

Jérémie : D'ou vient le nom du groupe ? Il semble provenir des écritures, mais que signifie-t-il pour vous exactement, quel message voulez-vous partager avec lui ?

Kaleb : Le nom du groupe ne vient pas vraiment des écritures, il vient plus de notre point de vue sur le monde moderne. En Marc 5:9 les démons s'appellent eux-même légion. Une légion est une armée de 5000 soldats ou plus. Alors quand on regarde ce monde moderne et tout le mal qui y réside, nous voyons qu'il s'agit d'une légion, d'où notre nom, "I Call You Legion" (Je t'appelle légion), qui est celui qu'on donne au monde.

Jérémie : Que peux-tu nous dire concernant votre tout premier EP qui est sur le point de sortir ?

Kaleb : Vu qu'on a décidé très récemment d'être un vrai groupe, on s'est simplement assis pendant un bon mois et demi et avons écrit notre EP à partir de rien, puis nous nous sommes immédiatement rendus en studio pour l'enregistrer avec Drew Fulk et Kyle Odell.

Jérémie : De quoi parlent les paroles ?

Kaleb : Les paroles ne parlent que d'une seule chose, et c'est de notre affection pour Jésus Christ. Notre approche lyrique n'est pas tant de faire de la louange qu'elle est de présenter notre point de vue sur le négativisme constant qu'on voit autour de nous, beaucoup de gens qui crachent sur ce autour de quoi nous avons bâti nos vies et qu'on prend tellement à cœur.

Jérémie : Quel est ton chant préféré, et pour quelle raison ?

Kaleb : Pour les autres je ne sais pas, mais mon chant préféré est de loin The Maher Method. Ce chant englobe parfaitement notre message en tant que groupe et l'enroule dans un délicieux burrito formant un chant furieux et passionné.

Jérémie : Vous sortez cet EP sans l'aide d'un label, est-ce un choix ou une difficulté ?

Kaleb : C'est complètement une difficulté. Mais nous essayons autant que possible de le rendre crédible et fiscalement bénéficiaire au cas où on atteigne un point dans notre carrière où on commence à arriver l'attention.

Jérémie : Ca s'entend assez nettement dans votre son que vous êtes influencés par des groupes comme The Chariot et Underoath. Quels autres groupes écoutez-vous tous ?

Kaleb : Nous sommes tous de grands fans d'Underoath, mais je suis pratiquement certain que je suis le seul grand adepte de The Chariot (rires) !

Jérémie : Considérez-vous vos activités en tant que groupe comme faisant partie d'un ministère ?

Kaleb : Tout à fait, c'est ce que je pense. Tu vois, comme j'ai dit précédemment, on n'est pas là pour dire à tout le monde que si tu crois en Jésus, il va sans aucun doute te guérir de tous tes maux. Nous prenons une approche légèrement plus militante dans le sens où l'on entend sans cesse des non croyants dire qu'une grande chose qui manque à la religion est le rationalisme et la logique. Et nous sommes là pour montrer, et pas seulement à eux, mais également à nos frères et sœurs en Christ, que nous ne nous inclinerons pas devant les contraires antagonistes, et qu'on restera debout pour lutter contre les opinions incultes de l'opposition.

i call_you_legion_kaleb
icon-loupeAgrandir la photo

Kaleb, lors de l'enregistrement de l'EP

Jérémie : En tant que jeune groupe, vous avez probablement traversé des périodes difficiles qu'il a fallu surmonter. Qu'est-ce qui vous a fait continuer ?

Kaleb : Honnêtement, ce qui nous a fait continuer est la rationalité combinée à des buts accessibles. On n'a pas comme but d'être le groupe le plus bourrin, le plus à la mode, voire même de gagner beaucoup d'argent, même si ce dernier point est implicite vu le style de musique qu'on joue. Mais nous avons un but que nous pensons être raisonnable, et parfaitement atteignable, et ça aide vraiment tout le monde à rester concentré et prêt à affronter tout ce qui pourrait arriver.

Jérémie : Est-ce que tu as un sujet de prière particulier ?

Kaleb : Bien sûr. Une chose que j'aimerai en particulier prier pour est que les gens apprennent à réaliser qu'en tant qu'êtres humains - même d'un point de vue plus naturaliste que théologique - nous avons besoin d'accepter le fait que nous ne pouvons être nos propres dieux et qu'on ne peut rechercher la première place et construire le centre de notre propre existence nous-mêmes. Nous ne sommes pas des créatures instinctives, et nous ne sommes pas que des animaux, nous sommes des créatures animées par l'amour et je pense que si les gens canalisaient un peu plus de cette passion qu'ils ont d'eux-mêmes en une passion pour faire de l'existence humaine une existence meilleure, et se préoccupaient des autres et de leurs besoins, alors nous pourrions vraiment voir le monde changer. Et, sur un point de vue théologique, si on accepte le fait que notre volonté n'est pas ce qui est important, on pourrait bien plus efficacement ouvrir nos bras, nos yeux et nos cœurs pour le Seigneur. Et je prie que notre musique ainsi que celle d'autres puisse être utilisée pour amener de la vraie rationalité dans la caboche des gens et qu’ils commencent à penser à tout ce qui les entoure.

Jérémie : Quand quelqu'un pense à ton groupe, à quoi voudrais-tu qu'il y associe ton nom ?

Kaleb : On aimerait que les gens pensent à des chrétiens en colère (rires). On voudrait que les gens se rappellent que bien que ce soit de la doctrine chrétienne, on ne peut se défendre de manière irrationnelle et remplis de colère malveillante, mais tu sais qu'on est encore autorisés à nous exprimer de manière passionnée, sans forcément être candides et embrasser tout le monde

Jérémie : Merci, c'est ta chance de répondre à la question que tu aurais vraiment voulu qu'on te pose, mais qu'on n'a pas posée !

Kaleb : Merci ! Je voudrais que tout le monde sache que nous sommes là pour jouer de la musique qui tabasse, tout en louant Yahvé en même temps.

i call_you_legion_logo_300

Partagez cet article

Éléments similaires (par tag)

Concernant l'auteur

Jérémie

Créateur de Beehave en 2007 avec Christelle qu'il épousera un an après, Jérémie apprécie toutes les formes du rock, surtout celles qui contiennent de la double pédale et de la saturation. Né à l'époque des pattes d'eff, il apprécie aussi tout particulièrement le glam, le thrash et le power métal, même s'il se fait chambrer à cause de ça par ceux qui sont nés dans les années 90. Et papa depuis 2015 :-)

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :