Marcos Curiel (P.O.D.)

22 juin 2013 - Hellfest. Alors que nous faisions le pied de grue depuis une heure au milieu du carré VIP, cherchant des yeux Eddie, le manager de POD, le voilà qui débarque dans la foule à notre recherche. Derrière lui, un type imposant et souriant serre des mains à droite à gauche, un petit chapeau sur la tête comme à son habitude. C’est Marcos Curiel, guitariste de POD.

Les box interviews étant tous pris, je me retrouve avec Marcos en plein milieu du couloir, au milieu des gens qui passent, et on commence à discuter tandis que Benji installe et démarre sa caméra.

 pod

 

Clément : … Alors vous ne jouez pas en France très souvent, non ?

Marcos Curiel : On n’est pas venu en Europe depuis 9 ans en fait…

Clément : Wooow ! Mais pourquoi ?

Marcos Curiel : Bon… On a fait une pause de 6 ans.

Clément : Ok…

Marcos Curiel : On s’est dit, bon… Maintenant, on arrête, on ne fait plus rien pour un temps… Parce que tu vois, quand tu es dans un groupe si tu… Si tu forces trop, si tu ne t’arrêtes jamais, tu finis par te cramer et péter un câble.

Clément : Ouais.

Marcos Curiel : Alors que si tu laisses les choses venir, si tu prends chaque chose en son temps, en privilégiant le plaisir, l’amour… Ca finit par revenir très vite dans ta vie !

Clément : Ok, maintenant la caméra fonctionne donc on peut… Bon, c’est la première fois que Beehave a l’occasion de parler avec quelqu’un de POD alors est-ce que tu pourrais te présenter un peu, nous dire ce que tu fais dans le groupe ?... Vas-y on t’écoute !

Marcos Curiel : Ouais ! Salut à tous, ça va ? Je m’appelle Marcos Curiel et je suis le guitariste du groupe POD. Aujourd’hui, on est au Hellfest et… On passe un bon moment ! On essaye de rester sec, parce que dehors il pleut salement ! (Rires) Mais bon ça valait vraiment le coup.

Clément : Merci. Jusqu’à aujourd’hui vous avez fait une carrière incroyable, POD est connu dans le monde entier, vous avez vendu des millions d’albums, fait des tas de trucs… Après tout ça, est-ce que tu as toujours des rêves à accomplir, des défis personnels ?

Marcos Curiel : Tu sais quoi ? Je suis en train de vivre le rêve. Tu vois ce que je veux dire, j’y suis vraiment là. Je réalise mon rêve. Et… Je ne considère pas tout ça comme allant de soi, je profite de chaque jour, de chaque instant de ma vie parce qu’un jour tu es là, et l’autre jour tu es parti, c’est comme ça… Alors je profite pleinement de tout ce que j’ai la chance de vivre. Et je suis vraiment reconnaissant envers Dieu pour tout ça.

Clément : Ok, super ! Ces temps-ci, vous êtes en tournée pour promouvoir votre dernier album Murdered Love. Tu pourrais m’en dire un peu plus ? Quelle serait ta chanson favorite ?

Marcos Curiel : Murdered Love est un album qu’on a écrit dans le but de… Peu importe d’où tu viens, que tu sois français, ou américain, ou même anglais, tout le monde peut être amené à perdre un proche, que quelqu’un que tu aimes vraiment s’en aille. Et Murdered Love parle de ça. C’est toute l’idée de savoir comment supporter la perte de quelqu’un que tu aimais vraiment. Donc tu vois la pochette, c’est un petit robot qui tient dans ses bras un autre robot qui est mort. Et le petit robot respire dans un tuyau. C’est un peu tout ça l’idée. Et il y a aussi une dimension spirituelle pour ceux qui le prendraient ainsi.

Clément : Ah ?

Marcos Curiel : Oui… Christ. Le sacrifié ! Il est mort pour nous. Il n’avait rien fait de mal, Il courait partout, prêchait l’amour, donnait de la nourriture aux gens, Il… Si tu as besoin de plus de vin, je changerai plus d’eau en vin ! (Rires) Tu vois ce que je veux dire ? Et ensuite, il s’est fait tué, il est mort. Ce n’était pas juste quelque part et…

Clément : Oui, c’est vraiment dur, et c’est un peu ce que l’on peut expérimenter avec des proches…

Marcos Curiel : Ouais, mais c’est aussi la vie, tout le temps ! On a tous des amis qui sont décédés, que l’on a perdu… Et voilà, il faut apprendre à faire avec, être vraiment reconnaissant pour ce que la personne a pu apporter dans ta vie, et continuer. Oui, c’est quelque chose comme ça.

Clément : Du coup, l’idée pour vous ce n’est pas forcément de parler de votre foi au premier plan mais… D’essayer de parler de sujets plus larges au plus grand nombre et essayer de… Je dirais de toucher le plus de gens possibles, c’est ça ?

Marcos Curiel : Tu sais, mec… Ouais, tu as raison, c’est un peu comme l’art si on veut. On ne veut pas juste produire une représentation. On veut créer une œuvre à différents visages pour que chacun puisse regarder ce que l’on fait et s’en faire sa propre représentation, celle dont il a besoin.

Clément : Ouais, je vois. Un peu à propos de tout ça, je voulais te demander… Aujourd’hui on est au Hellfest. Le festival de l’enfer ! Beaucoup de chrétiens en France critiquent énormément ce festival et pensent que de très mauvaises choses se passent ici, que Satan est là et essaye de tromper les gens, de les perdre… Qu’est-ce que tu penses de tout ça, étant là toi-même, en tant que groupe chrétien ? Est-ce que c’est important à ton avis que des groupes chrétiens soient là ?

Marcos Curiel :  Techniquement, nous ne sommes pas un groupe chrétien. Beaucoup de gens aiment dire qu’on est un groupe chrétien mais… Et en fait c’est pour ça qu’on est ici à faire ce que l’on fait ! On vient au Hellfest, parce qu’on est un groupe normal mais qui croit en Dieu. Tu vois la différence ? On n’est pas ici pour te dire « tu as tort et moi j’ai raison ». On est là parce qu’on veut dire aux gens « hey les mecs, écoutez un peu notre musique, c’est de la musique positive, avec des bonnes vibes et tout est vraiment positif ! ». Tu piges ? Et du coup, on ne se voit pas vraiment comme un groupe « chrétien ». Il y a des gens qui s’énervent contre nous et disent « mais qu’est-ce que vous foutez là ? C’est le mal ! ». Hey les gars, calmez-vous… On sait ce pourquoi on est là et tout va bien se passer. (Rires)

Clément : Ok…

Marcos Curiel : Non vraiment, on pense que la musique ne devrait pas avoir de limites, quelque soit ce que peuvent raconter les gens dans leurs chansons. Tu vois ? Pas de censure. Quelqu’un va chanter à propos de la haine, nous on chantera sur l’amour et voilà. On va chanter à propos de la vraie vie, de nos perspectives… Sans forcément mettre absolument de « religion » sur tout ça !

Clément : Ok, donc vous ne considérez pas comme un groupe chrétien mais alors… Quelle serait ta définition d’un groupe chrétien ?

Marcos Curiel : Hmm… Des types sobres ? (Rires) Non, oui, je ne me considère pas comme ça. On est un groupe avec des chrétiens qui jouent dans ce groupe. Voilà ! Y’a plein d’exemples de groupes un peu comme ça, positifs… C’est un peu différent mais regarde par exemple Bob Marley ! Ou Santana… U2… Ils ont tous quelque chose de spirituel, ils sont reliés à Dieu ! Et ils font ressentir ça par différents styles de musique !

Clément : Je pense aussi à Fieldy ou Brian ‘Head’ Welsh… C’est pareil tu penses ?

Marcos Curiel : Ouais, ils sont dans KoRn !

Clément : Que pennses-tu justement du retour de ‘Head’ dans le groupe ? Tu penses vraiment que c’est un peu pareil ? Je veux dire… Maintenant sur cinq mecs il y a deux chrétiens dans un groupe séculier qui s’appelle KoRn…

Marcos Curiel : Tu sais, je pense que c’est génial… C’est différent mais… Tu vois, moi à une époque j’ai quitté POD pendant un sacré bout de temps…

Clément :  Oui, je me rappelle.

Marcos Curiel : Et j’aime bien dire toujours « ne jamais dire jamais ». Et tu fois, pendant pas mal de temps, chaque fois que je parlais avec ‘Head’ alors qu’il n’était plus dans le groupe, il me disait « Je ne reviendrai jamais dans KoRn ». Et maintenant, regarde, il y est et finalement… Je disais aussi que je ne reviendrais jamais dans POD et je suis avec POD à nouveau. Ca me plaît, et ça doit lui plaire aussi, c’était le moment dans sa vie.

Clément : Comment est-ce que vous vivez votre foi dans le groupe ? Ensemble ? Je veux dire… Quand vous êtes en tournée, vous partagez de l’amour, quelque chose de positif. Comment ça se passe quand vous êtes juste tous les quatre ? Vous en parlez ? Vous priez ensemble, avant les concerts par exemple ?

Marcos Curiel : Ouais absolument, avant de monter sur scène c’est généralement ce que l’on fait… Mais on ne force pas cela, ce n’est pas comme un rituel ou je ne sais quoi… C’est plutôt… Tu sais, c’est vraiment sincère, on se réunit et « hey les mecs vous êtes d’accord pour qu’on prie tous ensemble ? Pour que tout se passes bien, que personne ne soit blessé, dans le public tu sais… » Tout ce genre de trucs !

Clément : Oui, je vois et heureusement parce que ça pourrait arriver dans un festival pareil ! (Rires) Le concert était vraiment dingue, avec tous ces Circle Pits et Walls of death, incroyable !

Marcos Curiel : (Rires) Ah ouais, c’était impressionnant ! J’ai vu ce Wall of Death, purée ! C’était… Fou !

Clément : Ouais, vous apportez du bon son, et les gens le savent. J’ai entendu plein de monde aujourd’hui parler de votre concert, vraiment beaucoup de monde ! Ils disaient tous genre « hey mec t’as vu POD ? Tu connais ? J’y étais c’était vraiment ouf, et très cool : un espèce de mélange entre du reggae, du métal, du je ne sais quoi… Enorme ! » Ouais, les gens ont vraiment aimé.

Marcos Curiel : Génial. Tu sais, c’est pour ça qu’on est de retour en Europe… Parce que c’est fou. Et on voudrait vraiment dire qu’on est désolé. On va faire de notre mieux pour revenir un peu plus souvent !

Clément : Ca, c’est une bonne nouvelle, j’en connais qui seront très contents en France !

Marcos Curiel : Mais les mecs carrément ! Bookez nous un concert et si ça a du sens pour nous… Parce que bon tu sais c’est notre boulot ! Eh bien on sera là !

Clément : Sympa.

Marcos Curiel : Et en réalité, on y pense pas mal en ce moment. Là tu vois, on est un peu en train de réfléchir avec qui on pourrait tourner la prochaine fois. Je pense que l’on sera de retour en Europe d’ici la fin de l’année. On pense à… Ce n’est pas encore confirmé mais on a pas mal parlé avec Limp Bizkit, avec Coal Chamber…

Clément : Pas mal !

 

Marcos Curiel : Et peut-être Skindred aussi ! On tournera tous ensemble, dans des salles de 2 000 places à peu près, quelque chose comme ça.

Clément : Super ! Et vous jouez à Paris, là, bientôt, non ?

Marcos Curiel : Ouais, se sera notre dernier concert ici ! Là on va en Allemagne pour faire deux concerts puis on revient sur Paris pour la dernière date. Ca va être cool !

Clément : Quand vous êtes en tournée, comme ça, vous avez l’opportunité de rencontrer un peu des gens pour leur parler de votre foi ? Ou des mecs qui viennent vous voir pour parler de leurs problèmes ?

Marcos Curiel : Hmm… On ne se balade pas à droite à gauche en essayant de saouler les gens avec ce que l’on croit, ce qui risquerait de leur donner un très mauvais avant-goût de ce qu’est l’amour de Dieu. On vit par l’exemple, on veut simplement être une lumière par notre manière de vivre. Quand on sort souvent les gens disent « hey les mecs, vous connaissez POD ? Ils sont vraiment sympas et positifs ! » Et la question qui vient ensuite, c’est pourquoi ils sont aussi cools et positifs ? C’est parce que ce qui coule en eux, ce qui les nourrit, c’est le Christ. C’est Dieu. Et il nous donne toute cette positivité, cette bonne humeur. C’est vraiment ce que l’on vit. Et tu vois, on est loin d’être parfait, mais peu importe ! On n’essaye pas d’être parfait… On est un groupe de rock’n’roll ! Comme tout le monde on a des hauts et des bas. On aime aussi les filles, on aime… Je ne sais pas, des fois on boit des coups, mais… Il n’y a rien là-dedans qui altère cette connexion entre mon cœur et Dieu. Tu piges ce que je veux dire ? Bien sûr, on tend au maximum vers la perfection, vers une meilleure communion avec Dieu. Mais à la base, on garde en tête qu’on est juste des hommes, réels, comme tout le monde, qui aiment Dieu.

Clément : Est-ce que tu es un membre des Whosoevers ?

Marcos Curiel : Hmm… Je supporte Sonny donc techniquement, on pourrait dire que oui, et puis… Avec POD on a fait quelques concerts pour les Whosoevers. Mais je ne suis pas membre de l’organisation.

Clément : Attends, je me rends compte qu’on n’a pas expliqué ce que c’était et que les lecteurs ne connaissent pas tous. Tu peux expliquer rapidement ce que c’est que les Whosoevers ?

Marcos Curiel : Les Whosoevers, c’est une organisation que Sonny Sandoval, le chanteur de POD, a créé pour aider les jeunes de ce monde de manière un peu cool. C’est quelque chose de très positifs ou des musiciens et des chanteurs se retrouvent et vont parler aux jeunes de… Des problèmes de drogue, de sexe, des gangs, de tous ces dangers. Ils racontent leur expérience, leur expérience avec Dieu, ils essayent de montrer comment il a répondu finalement à leur besoin spirituel poru sortir de ça. Il y a Sonny, la chanteuse de Flyleaf, il y a ‘Head’…

Clément : Super merci.

Marcos Curiel : Mais moi je supporte leur initiative mais je ne suis pas membre de l’organisation. Je porte des tee-shirts Whosoevers, mais je ne vais pas à tous les événements non plus. De temps en temps on y jouea avec POD. Mais bon… Je ne m’appelle pas Marcos Whosoevers, tu vois ? Je supporte mes frères, c’est tout.

Clément : Ok ! Merci beaucoup pour tout ça, c’était un super moment. Ecoute, on a passé 20 minutes à te poser des questions alors… Est-ce que tu voudrais maintenant nous poser une question à ton tour ? Pour que ce soit un peu équitable ! (Rires)

Marcos Curiel : Ha ha ok. Alors les français, est-ce que vous aimez les voitures rapides ?!

Clément : (Rires) Euh… Ouais je pense, mais tu sais en France, les vitesses sont pas mal limitées sur les routes alors les gens qui en ont n’en profitent pas forcément toujours !

Marcos Curiel : Ok… Et vous aimez les motos ? J’adore ! Regarde la mienne (Il me tend son portable), c’est mon bijou !

Partagez cet article

Éléments similaires (par tag)

Concernant l'auteur

Guru Pope

Site internet : bit.ly/GuruPope

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :