Josiah Lyle - Rival Choir

Rival Choir sort un nouvel album. Si ce nom ne vous est pas familier, c'est parce que le groupe, anciennement appelé Mouth Of The South, a récemment changé de nom. Josiah Lyle, le chanteur, revient sur ces grands changements et nous présente « I believe, help my Unbelief », premier né d'une nouvelle ère.

Deb : Salut ! Alors, d'abord, présente toi pour les lecteurs !

Josiah : Salut, moi c'est Josiah, le chanteur de Rival Choir.

Deb : En premier lieu, j'aimerai savoir pourquoi vous avez choisi ce nouveau nom. Avant, vous étiez « Mouth Of The South », directement inspiré par une boisson énergisante ... Est-ce que maintenant, c'est plus 'sérieux' ? Que signifie ce nouveau nom ?

Josiah : On est arrivé à u point où on trouvait que MOTS ne représentait pas vraiment qui nous étions en tant que groupe. L'an dernier, on a décidé de changer notre musique et la façon dont on se vend. Donc, il a été assez évident de s'y mettre fond jusqu'à changer de nom. Le nom Rival Choir signifie pour nous que nous sommes la voix de l'opposition face à la vision populaire et séculière du monde. A la base, c'est venu de discussions à propos de comment les Ecritures parlent d'être une ville bâtie sur une colline, ou d'être la lumière au milieu des ténèbres, donc c'est ce que nous essayons de faire et d'être.

Deb : Quels messages véhiculez-vous dans vos chansons ?

Josiah : Nos chansons sont un peu des confessions personnelles, elles montrent d'une manière ou d'une autre nos combats avec la foi, et comment nous avons pu douter de l'existence de Dieu, différents niveaux. Avec notre musique, notre but est de délivrer un message d'espoir, de grâce et d'amour.

Deb : Et pourquoi chantez-vous sur Dieu, la foi etc. ?

Josiah : Nous pensons que c'est la chose a plus importante dans la vie, et si on ne la partageait pas, on perdrait notre temps. Chaque groupe 'prêche' quelque chose, que ce soit le sexe, la drogue, le rock'n'roll, le positivisme, la suffisance ou que sais-je encore, chaque groupe porte un message d'une manière ou d'une autre. Donc, nous avons choisi de suivre ce thème, et de le proclamer, parce qu'on considère que c'est la vérité.

Deb : Ce qu'il me semble important de comprendre, c'est pourquoi vous avez choisi ce style de musique pour délivrer ce fameux message. Le deathcore est souvent perçu comme un genre agressif...

Josiah : En fait, nos chansons sont assez agressives dans le texte. C'est un mécanisme compensatoire pour moi : Je prends mes frustrations, ma rancoeur et ma colère, et je les canalises au travers de cette musique. De plus, dans le groupe, nous sommes passionnés par ce style de musique et la sous-culture qu'il engendre, donc on est content de pouvoir créer une musique qui nous passionne.

Deb : Certains de vos musiciens ont changé aussi, il y a eu du turnover... Qu'est-ce qui s'est passé ? Ca fait partie du projet de 'tout changer' ?

Josiah : Non, on a simplement eu beaucoup de membres. Je crois que depuis 2007, on en a eu pas loin de 20 ! Faire partie d'un groupe, ce n'est pas une chose facile, la vie nous rattrape et nous fait prendre des directions différentes, et c'est ce qui nous arrive à nous aussi.

Deb : Vous venez de sortir un nouvel album, « I believe, help my Unbelief », tu peux nous expliquer ce titre, et de quoi ça parle globalement ?

Josiah : Le titre vient d'un verset biblique, Marc 9:24, qui parle de la guérison du fils d'un homme par Jésus. Jésus dit à ce père que s'il croit, son enfant sera guéri, et immédiatement. L'homme rétorque « Je crois! Viens au secours de mon incrédulité ». A mon sens, dans une relation de foi chrétienne, c'est une des choses les plus sincères jamais établies. La phrase en elle-même résume la nature humaine. De nombreuses fois, dans ma marche personnelle avec Dieu, je savais qu'Il était réel, avec moi, qu'il m'aimait, et qu'il ne voulait rien d'autre que le meilleur pour moi, mais j'ai quand même été rattrapé par mes doutes. C'est de là qu'à émergé cet album. Il dit « Dieu, je crois en Toi et je veux te suivre mais certaines parties de moi-même résistent, et je ne sais plus quoi faire. Je suis fatigué de supporter cela seul, alors peux-tu m'aider ? Dans ces domaines où je ne crois pas, aide moi ».

Deb : C'est un peu une nouvelle ère pour vous, quels sont vos objectifs pour l'avenir ? Tournée, poursuite de l'aventure ?

Josiah : Oui, absolument ! On essaie vraiment de rester sur la route le plus souvent possible. On a une tournée de prévue avec Norma Jean, He is Legend et Forevermore, et quelques festivals pour cet été où nous allons également jouer. On travaille sur des trucs pour cet hiver, on verra sur quoi ça débouche !

Deb : Un dernier mot ?

Josiah : Merci beaucoup pour ces super questions et pour ce contact, on apprécie ce support ! Que Dieu vous bénisse.

Partagez cet article

Tags:

Concernant l'auteur

Deborah

Est tombée dans la marmite de potion-musique quand elle était petite. Bien que tolérante, et avec beaucoup de choses à apprendre encore, manifeste une tendance à préférer la bonne musique. Après s'être essayée à jouer d'un instrument, elle a laissé la scène à ceux qui la méritaient vraiment, préférant être backstage. Du coup, elle dédie ses heures libres aux interviewes pour Beehave et à la traduction pour son asso' d'organisation de concerts. Oui elle est comme ça : Passionnée.

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :