JB Brubaker - August Burns Red (Hellfest 2012)

Lors du Hellfest 2012, j'ai eu le plaisir de rencontrer JB Brubaker, l'un des guitaristes du groupe de métalcore américain August Burns Red. Nous avons parlé du public français d'ABR et il a évoqué son cheminement chrétien.

Jonathan : Ça fait quelques jours que vous êtes en France. La France vous traite bien ?

JB : On entend dire par d’autres musiciens que la France est un marché difficile pour les groupes hard et heavy, mais nous avons eu pas mal de succès en France. À Paris, on joue à guichets fermés généralement. Et nous avons pu jouer beaucoup de petites villes dont je n’avais jamais entendu parler. Les foules ne sont pas énormes, mais l’ambiance est bonne et les gens connaissent nos titres. Ils semblent apprécier qu’on passe chez eux. Et nous on s’amuse bien.

Jonathan : Votre dernier album, Leveler, a été bien reçu ? Tu en es content ?

JB : En gros, je dirai que l’album a été très bien reçu. Ce qui est appréciable, car on n’est pas resté dans le carcan de nos productions passées. Leveler et Messenger ont été nos 2 albums qui ont suscité la plus grande réaction de la part des fans, et la meilleure réaction. C’est un soulagement de savoir que même en sortant du cadre habituel du métal, la réception reste bonne. Tout ça nous donne un peu plus de liberté dans l’avenir, pour prendre des directions qui nous plaisent.

Jonathan : Ça me facilite la prochaine question. Avez-vous des pistes que vous prendre dans l’avenir ? Des directions musicales que vous voulez explorer ?

JB : Pour ma part, j’aime aller aussi loin que possible dans le bizarre ou l’étrange. Mais je sais que nous ne pouvons aller que jusqu’à un certain point, surtout quand il s’agit de dépasser les limites du métal et son cadre assez rigide. Sinon les gens cessent de nous considérer comme du métal et nous lâchent. C’est clair que je ne veux pas décevoir tous ces gens qui écoutent notre musique depuis le début, lorsqu’on était simplement un groupe de heavy ultra rapide. Ça fait presque 10 ans maintenant que nous jouons, et c’est clair que ma vision de la musique a changé pendant ce temps. Et avec ça, je vais écrire un peu différemment, juste pour rester dans la nouveauté, pour garder la fraîcheur. Mais nous ferons toujours l’effort de rester lourd avec la musique… heavy. Nous n’allons jamais devenir juste un groupe de rock !

Jonathan : Dans le programme du Hellfest, c’est marqué que vous avez « réussi le concours » et que vous n’êtes plus un groupe prometteur, mais un groupe majeur de la scène métalcore…

JB : Ça c’est bien dit ! On s’est fait notre place dans le paysage, et nous ne sommes plus les petits nouveaux dans le quartier. Les gens savent qui on est. Si t’es un fan de métal, il y a des chances que t’as entendu parler de nous. Tu auras entendu notre musique, nous ne sommes plus le petit groupe qui vient juste d’arriver en Europe pour la première visite.

Jonathan : Tu as l’impression que cette description est valable pour le reste du monde aussi ? C’est vrai pour la France, OK, mais pour les US aussi ?

JB : J’aurais pas pu dire ça jusqu’à la sortie de Leveler. Mais on a beaucoup tourné, dans le monde entier, avec cet album, et il semble que partout où nous allons, on a maintenant un public et les gens connaissent notre musique et ils nous accueillent avec enthousiasme. Alors, oui, c’est un peu fou. Je n’avais jamais pensé qu’on deviendrait un groupe « planétaire ». C’est cool. Je suis content qu’on en soit arrivé là.

Jonathan : Tu écris les paroles, JB ?

JB : Pas tellement. J’en ai écrit 2 ou 3. J’écris toute la musique. Et ensuite je laisse les autres gars s’occuper des paroles. Jake, Brent and Matt écrivent 90% des textes.

Jonathan : Que peux-tu me dire des paroles ? Les messages que vous transmettez ? Ce que vous dites en tant que groupe ? Vous êtes plus explicites, spirituellement, que certains groupes qui sont également chrétiens. Tu es à l’aise avec ça ?

JB : Oui bien sûr. Dans le groupe, Matt et Jake sont très ouverts à propos de leur foi chrétienne. Beaucoup plus que Brent, Dustin et moi. Et Matt et Jake, comme je l’ai dit, écrivent beaucoup des paroles. Ils ont un cœur brûlant et veulent parler de tout ça. Parce que c’est très important pour eux. Et bien sûr, je suis à l’aise avec ça. Depuis nos débuts, on est une bande de chrétiens dans un groupe, et nous avons toujours eu une approche chrétienne. Et ça me convient très bien. Je ne pense pas que cet aspect des choses a un énorme impact sur nos fans, dans un sens ou dans l’autre. Nous faisons ce que nous voulons faire et les gens peuvent accepter ou pas. Un de nos buts majeurs, aujourd’hui, comme quand on s’est formé au début, et d’être une lumière positive dans une scène musicale assez sombre. Je veux dire, le métal est évidemment un des genres de musique les plus sombres. Personnellement je ne pourrais pas dormir la nuit si je montais sur scène tout le temps pour prêcher le sexe, la drogue et le rock ‘n’ roll à une bande de jeunes qui sont encore souvent impressionnables. Tu sais, j’ai 28 ans, et tout ça, c’est un peu du passé. Je sais quelles sont mes convictions et je suis bien dans mes baskets. Mais quand j’avais 17 ans et que j’allais voir des concerts, je n’avais pas cette assurance. Et ce que les artistes disaient sur scène étaient très important pour moi. Ça m’influençait. Je ne veux pas être une mauvaise influence. Je ne veux pas assombrir le monde encore plus. C’est ça notre objectif en tant que groupe.

Jonathan : Pendant le concert, tout à l’heure, on aurait presque dit que Jake priait. Sur la scène avec le micro entre les mains, on aurait dit qu’il priait.

JB : C’est possible. Je ne sais pas ce qui lui passait par la tête. Il est toujours très charismatique sur scène, et très dramatique. Personnellement, je pense que c’est probablement plus pour le spectacle, que ce qui lui passe vraiment par la tête. Mais peut-être qu’il te dirait autre chose. Je ne sais pas.

Jonathan : Est-ce qu’il y a d’autres groupes ici que tu veux vraiment voir ?

JB : J’espère voir Sunn O))) parce que ça m’intéresse et que je ne comprends pas encore. Il y a plusieurs grands groupes qui jouent ici. J’aimerais voir Guns’n’Roses. Je ne les ai jamais vus. C’est cool de voir d’énormes stars du rock jouer en live. J’adore Evergreen Terrace. Ce sont de bons amis à nous. Ils jouent dans une des tentes là-bas. On a tourné avec eux pas mal de fois au fil des ans. Et probablement que c’est une des dernières occasions que nous allons avoir de jouer avec eux et de passer du temps ensemble. Alors j’ai l’intention d’essayer de les voir sur scène.

Jonathan : Pour terminer cette interview, une dernière question. Comment est-ce que tu nourris ta foi ? Toi, JB.

JB : C’est une question pas facile ça. Personnellement, ma foi, et je dis ça pour moi, et pas pour reste du groupe, parce qu’on est 5 personnes différentes, je dirais que ma foi ne se porte pas très bien en ce moment. Je n’accuse rien ni personne en particulier pour ça. Je pense que c’est juste que... Tu sais, j’ai exploré le monde, et j’ai découvert toutes sortes de cultures différentes. Et j’ai posé plein de questions aux différentes personnes concernant leurs croyances. Et moi j’ai plein de questions qui me remplissent la tête à propos de Dieu et de la religion et de la vérité. C’est dur, et j’en ai parlé à mes parents. Mes parents sont mes mentors chrétiens. Et maintenant que je suis devenu adulte, ils restent informés de ce qui se passe dans ma vie, et ils seraient les premiers à dire que c’est le genre de truc que tout chrétien… probablement chaque personne qui croit en quelque chose… devra affronter toute sa vie. Alors je suppose que je cherche constamment des réponses comme tous les autres êtres humains. C’est difficile. Je ne peux pas dire que j’ai la même foi aveugle que quand j’avais 14 ans et que j’allais au groupe de jeunes. Ce n’est plus pareil pour moi. En même temps, c’est sûr que je n’ai aucun regret d’avoir grandi dans un environnement chrétien. Je pense que mon éducation m’a donné de bonnes règles et des valeurs, et m’a enseigné à être une personne honorable et sympathique, et à bien fonctionner dans la société. Je sais qu’un chrétien dirait « Eh bien, tu peux être une bonne personne, mais tu ne peux pas aller au Ciel si tu ne fais pas confiance à Jésus-Christ. Tu iras en enfer. » Et ça, je le comprends. Et je ne dis pas que je ne crois pas en Jésus-Christ. Je dis juste que j’ai plein de questions. Comme beaucoup de monde.

Jonathan : Et les autres gars dans le groupe ? Sais-tu comment ils nourrissent leur vie spirituelle, eux ?

JB : Nous prions chaque fois avant de monter sur scène. Généralement c’est Jake ou Matt qui prie. C’est un peu comme un rituel avant le concert, plus qu’une réalité spirituelle entre nous je crois. En ce moment, nous ne faisons pas grand-chose ensemble, spirituellement.

Jonathan : Merci beaucoup. C’est cool de te parler. J’espère que vous aurez un bon concert à Paris en novembre.

Partagez cet article

Concernant l'auteur

Jonathan Hanley

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :