Micah Brill (This Divided World) : "Tout dans notre musique a trait à Jésus et la vie avec Lui"

Rencontre avec Micah Brill, l'homme derrière le groupe de deathcore This Divided World, et qui nous présente la dure réalité d'un groupe qui ne fait pas de concert et qui ne gagne pratiquement pas d'argent, mais qui investit de l'argent dans un projet auquel il croit et est convaincu que c'est ce que Dieu veut qu'il fasse.


Jérémie : Bonjour Micah, This Divided World va sortir prochainement un album deluxe. Peux-tu nous en dire plus ?

Micah : Bonjour Jérémie, ce prochain album deluxe contiendra nos deux premiers albums combinés en un seul album, accompagné de bonus additionnels. Il contiendra entre autre les pochettes des deux albums, quelques démos jamais encore sorties, et potentiellement des interviews jamais publiées, en fonction de la place qu'il nous restera. Le nouveau titre "Truth vs Circumstance" sera également sur l'album. Nous sortons ces deux albums de cette façon car nous recevons continuellement des demandes de nos fans pour produire des albums physiques, car les deux premiers albums sont sortis en quantités limitées et se sont vendus très rapidement. Cet album sera produit en partenariat avec le label Vision Of God Records.

Jérémie : Il semblerait que tu sois seul dans le groupe. Est-ce que c'est toi qui l'a créé ? À quelle période ? S'agit-il exclusivement un projet solo, ou as-tu d'autres membres permanents ?

Micah : This Divided World a débuté comme un projo studio solo. Puis j'ai recruté Mark Young en tant que vocaliste permanent au moment où nous avons créé le premier album. Ensuite Mark est parti, et j'ai continué seul, écrivant toute la musique moi-même, et demandant à des vocalistes de chanter sur les titres.

Jérémie : Comment procèdes-tu pour recruter des chanteurs ? Est-ce que tu les payes ? Comment cela se passe-t-il au niveau du chant, leur laisses-tu une liberté créative totale, ou au contraire as-tu tout en place et ils n'ont plus qu'à chanter ?

Micah : J'ai utilisé plusieurs stratégies et techniques. Avec Mark, j'avais déjà écrit complètement les paroles de l'album, et j'avais également terminé une partie de la pré-production avec un autre chanteur, alors quand Mark est arrivé, une partie du travail était déjà terminé. Et comme il était officiellement un membre de This Divided World,pas besoin de le payer.

Quand le moment est arrivé de recruter des chanteurs pour The Missing Pages, j'ai simplement demandé si des chanteurs étaient intéressés de le faire pour le groupe. J'ai payé pour le studio nécessaire à l'enregistrement, mais pas pour leur performance. Tout était basé sur l'amitié. Concernant les paroles, j'avais complètement écrit les paroles des chants. Je voulais être sûr que les concepts des chants formaient un tout cohérent dans l'album, et pas juste une compilation. Mais je leur ai donné la liberté d'adapter les paroles à leur sauce, ce qu'ils ont presque tous fait. La plupart a complètement ré-écrit les paroles, en conservant l'idée de base.

Avec ce dernier single enregistré avec Greg, il a enregistré depuis son propre studio, et a complètement écrit les paroles. Je n'ai pas interféré à ce niveau parce que je lui fais entièrement confiance. Nous avons déjà travaillé ensemble dans le passé.

Jérémie : Quels sont les principaux sujets abordés dans les textes ? Et tout particulièrement dans ce dernier single ? Cela me semble évident qu'il comporte de nombreux aspects chrétiens. Est-ce que tu as briefé Greg pour l'orienter dans cette voie ?

Micah : Tout dans notre musique a trait à Jésus et la vie avec Lui. Concernant le nouveau single, je n'ai donné à Greg aucune indication. Lui et moi sommes sur la même page, alors je savais que ce qu’il écrirait serait bon. Nous avons tous deux les même convictions, nous avons tous deux une relation authentique avec le Dieu vivant.

Jérémie : Cela nous amène à ton label, Vision Of God Records. Comment es-tu rentré en contact avec eux ? Comment t'aident-ils avec ta musique ?

Micah : Je suis rentré en contact avec Vision Of God Records après que Duane ait commenté une de mes vidéos youtube. Je suis à fond DIY et aime avoir un contrôle assez strict sur mes projets musicaux, alors c’était difficile pour moi de vouloir céder un peu de contrôle sur This Divided World. Nous avons été en négociations pendant plusieurs années. Nous avons eu de nombreuses conversations concernant le futur et le long-terme. Je suis content de travailler avec Duane et suis enthousiaste concernant le futur.

Jérémie : Comment décrirais-tu la scène métal chrétienne actuelle ? Il semble y résider des imposteurs qui prétendent être chrétiens juste pour avoir accès à des festivals ou être invités à des concerts et bénéficier de la générosité des chrétiens.

Micah : Je crois que la scène métal chrétienne actuelle est dans un état intéressant. Nous ne sommes plus dans les années 60/70 quand des pionniers sortaient des albums rock/métal chrétien pour la première fois. Nous ne sommes plus non plus les années 80/90 quand des groupes chrétiens s’aventuraient dans les sous-genres du métal les plus lointains (comme le black métal, le thrash, le death, etc). Et nous ne sommes plus non plus au début des années 2000 quand tous les nouveaux groupes de métalcore étaient “chrétiens”. Nous avons eu de nombreux imposteurs qui sont sortis des placards ces dix dernières années. Et nous avons également maintenant de nombreux groupes de métal chrétien qui ne prêchent pas directement aux foules sur scène.

Personnellement, je trouve que le terme “métal chrétien” signifie pour beaucoup de personnes qu’il s’agit d’une version moins brutale ou diluée des autres genres, comme si les groupes de métal chrétien essayaient de copier les autres groupes qui sont devenus populaires. Je ne crois pas que ce soit vrai. Je crois qu’il existe des bands qui sont experts dans leur style (que ce soit en grindcore, beatdown, death, métalcore, etc.) et font juste ce qu’ils savent faire. Les groupes de métal chrétiens ne sont plus uniquement sur Facedown Records ou Tooth & Nail Records. Ils y a des groupes qui sont soutenus par des labels séculiers parce qu’ils sont vraiment doués dans ce qu’ils font. Ca m’encourage de constater qu’il y a autant de groupes chrétiens qui aient rencontré du succès.

Concernant les imposteurs, oui il y en a. Je crois qu’il y a pas mal de groupes chrétiens issus du “bible belt” (large zone du sud est des USA dont une large partie des habitants de déclare être fondamentalistes chrétiens, nldr) qui se sont avéré finalement être des imposteurs, mais c’est mon ressenti personnel. C’est triste, mais ce n’est pas quelque chose qui m’inquiète outre mesure. Jésus connaît les siens et nous ne devrions pas mettre notre foi en l’homme dans tous les cas.

Jérémie : Est-ce que tu reçois des critiques de la part de chrétiens énervés qui prétendent que le métal et la foi chrétienne ne peuvent absolument pas être compatibles ? Que leurs réponds-tu généralement quand ça arrive ?

Micah : J’ai eu un peu de ce genre de commentaires. Généralement je les ignores. J’ai régulièrement demandé à Dieu si c’était une voie qu’il voulait que je continue de suivre, et je reste convaincu que la réponse est “oui”. S’il me répond autre chose, alors j’arrêterais. J’ai beaucoup de raisons de penser que le métal et la foi sont compatibles, mais je préfère ne pas m’étendre à ce sujet.

Jérémie : Vu que tu es le seul membre de TDW, comment est-ce que ça se passe sur scène ? Est-ce que tu embauches des artistes pour la scène, ou tout simplement tu ne fais pas beaucoup de concerts ?

Micah : Et bien TDW n’a jamais joué le moindre concert, et n’en jouera probablement jamais. J’ai fait partie de beaucoup de groupes qui faisaient des concerts, mais j’apprécie vraiment de simplement composer et sortir des albums.

Jérémie : Est-ce que tu arrives à gagner de l’argent avec le groupe ? Ou est-ce que tu as dû prendre un travail à côté pour subsister ?

Micah : Je vais te le présenter simplement : si TDW était un business, il serait en banqueroute. J’ai dépensé bien plus d’argent sur ce projet que je n’en ai reçu en retour. J’arrive à vendre quelques albums de temps en temps et ça me rapporte quelques dollars, mais sans plus. Je travaille à plein temps pendant la semaine dans une entreprise pas loin d’où je vis, dans un service de relations clientèles.

Partagez cet article

Concernant l'auteur

Jérémie

Créateur de Beehave en 2007 avec Christelle qu'il épousera un an après, Jérémie apprécie toutes les formes du rock, surtout celles qui contiennent de la double pédale et de la saturation. Né à l'époque des pattes d'eff, il apprécie aussi tout particulièrement le glam, le thrash et le power métal, même s'il se fait chambrer à cause de ça par ceux qui sont nés dans les années 90. Et papa depuis 2015 :-)

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :