La Dispute @ Le Batofar - 25 Juillet 2011

Le Batofar et Only Talent Productions proposaient ce lundi 25 juillet une affiche des plus affriolantes, nous embarquant sur la péniche parisienne en compagnie de cinq équipages allant du Hardcore au Post-Hardcore, en passant par le punk. Les français de Mike Revolta puis de Marie Kimberley sont donc les premiers à appareiller, suivis de prêts par Death Is Not Glamourous, venus de Suède toutes voiles dehors, avant que les deux tornades Touché Amoré et La Dispute ne déferlent sur nous avec violence. L'avis de tempête est donné. Scène et Seine seront ce soir bien agitées. Prêt à embarquer ?

flyer_la_dispute_2011Arrivés tardivement sur les quais, notre propre équipage ne monte à bord qu'à la fin du set de Mike Revolta. Nous assistons tout de même au dernier morceau du combo parisien qui s'échine à agiter une quinzaine de têtes tout au plus - début de soirée oblige - avec un métal relativement barré appuyé de rythmes groovant à merveille. Riffs complexes, voix oscillant entre hurlements et sonorités claires, breaks surprenants d'ouverture d'esprit, il n'y a pas à dire, je regrette d'avoir manqué le concert !

Après cette première immersion dans le petit bassin, nous remontons sur la terre ferme pour boire une bière, il ne faudrait pas rouiller tout de même, puis nous redescendons en fond de cale pour quelques longueurs de Marie Kimberley. Mais voilà qu'en chemin, nous sommes stoppés net par le large sourire de Jordan, chanteur de La Dispute, qui profite du concert à l'arrière de la salle, et nous ressortons à l'air libre pour une sympathique interview avec le jeune homme.

Quand nous rejoignons la scène (la Seine ?), les suédois de Death Is Not Glamourous ont déjà investi la Seine (la scène ?) depuis un moment. Au beau milieu de l'estrade, un grand moustachu à l'air très British assène de puissantes lignes de basses, encadré par deux guitaristes recroquevillés sur leurs Gibson. Le groupe distille un Punk Hardcore assez banal, enchainant les morceaux de deux minutes sans trop de saveur malheureusement, et qui à mon avis manque un peu de lourdeur ... Seule originalité, au départ un peu inquiétante, il n'y a aucun chanteur sur scène et pourtant on l'entend beugler assez puissamment. L'espace d'une seconde, on pourrait croire qu'ils jouent avec une bande enregistrée, mais non, le chanteur est en fait en train de mosher au milieu du pit, faisant participer à la voix les fans qui l'entourent d'assez près dans une chaude ambiance.

Une fois le show terminé, c'est avec impatience que nous attendons Touché Amoré, qui évolue dans un Hardcore mélodique des plus soignés et qui vaut franchement le détour, d'après Jordan, qui partage avec eux, outre la scène, une franche amitié. Pour nous qui ne connaissons absolument pas le groupe, l'expérience va être d'une force assez monumentale. Après quelques problèmes techniques à régler (problème de retour pour un des guitaristes), le set commence très fort. En l'espace d'une seconde, un énorme pit vient ravager les premiers rangs. Bien que le groupe foule pour la première fois le sol (l'eau ?) français, des dizaines de fans invétérés se ruent au pied de la scène pour scander en détail chacune des paroles que le chanteur déverse avec une hargne communicative. Il va même jusqu'à chanter A Capella pendant une bonne minute, et ses cris remplissent la péniche à en faire vibrer toutes les oreilles, à en faire perdre le pied marin. Autre grand moment du set, quand Jordan investit la scène pour suppléer Touché Amoré pour deux morceaux bouleversants d'intensité et de sensibilité. Deux chants issus du split album qu'ils ont sorti tous deux (voir la vidéo ici). Après un concert bien trop court à mon goût, le groupe s'arrête brusquement et laisse le chanteur et un nombre assez impressionnants de fans crier les dernières paroles d'une même voix à vous glacer le sang... Belle découverte, on en ressort assez abasourdi. Ce soir sur la péniche, j'ai bu la tasse, et elle était sacrément agréable !

Mais si la fin du set de Touché Amoré est arrivée trop vite, c'est également qu'elle annonçait l'arrivée imminente des originaires de Grand Rapid au Michigan. Et si une heure auparavant la péniche commençait à être blindée, c'est devant un parterre complètement saturé jusqu'aux marches que les premières notes de New Storms For Older Lovers résonnèrent devant un public entièrement conquis. Et déchainé. Et connaissant également par cœur les textes.  The Castle Builders, Damaged Goods, Andria s'enchaînèrent dans un concert de stage divers et autres manifestations d'une fosse appréciant chacune des notes alambiquées du groupe, dont le post-hardcore alternant les moments frénétiques avec des passages mélancoliques et calmes n'étant qu'en apparence pas le meilleur vecteur pour ce genre de comportements. Le concert monta en intensité quand le chanteur de Touché Amoré vint rendre la pareille lors d'un duo également issu du split cd, et l'intensité monta encore lors que les américains jouèrent un de leurs nouveaux titres, bien plus bourrin que tout ce que Somewhere ... pouvait contenir. Du tout bon en attendant sa sortie en automne prochain. Un peu de repos fut pris avec Sad Prayers For Guilty Bodies avant de repartir avec Bury Your Flames, puis le groupe annonça la fin du set avec le départ de la moitié des musiciens. Les lumières restant éteintes, il était évident qu'un rappel était prévu, mais les artistes aimant se faire désirer, le public ne se fit pas prier pour ne pas se faire priver du meilleur titre de l'album : Said The King To The River monta l'émotion à son paroxysme et clôtura la soirée de la plus belle des manières : en apothéose. Ceux qui ne connaissent pas le groupe sont repartis convaincus, quand aux autres, ils auront pris une grosse claque après probablement les deux meilleurs concerts de l'année. Vivement leur retour en octobre, prévu à la Maroquinerie le 21 octobre. Le rendez-vous est pris.

Partagez cet article

Tags:

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :