Norma Jean + The Chariot - Divan du Monde - 05.03.2012

Plateau de rêve ce cinq mars avec le retour de Norma Jean en France, accompagné de The Chariot, Dead And Divine et Admiral Arms. Pour ceux qui n'étaient pas la, vous avez juste loupé la destruction du Divan Du Monde en quatre étapes.

the-chariot-norma-jean-diva

Lundi soir, 19h. Heure traditionnellement vide et pourtant réputée difficile à combler, mais pourtant, la salle du Divan du Monde est déjà à moitié pleine pour accueillir Admiral Arms, les parisiens à qui revient la redoutable charge de chauffer le public venu surtout voir les groupes suivants. Déjà aperçus lors de deux dates d'August Burns Red, les mecs ne lésinent pas sur l'énergie pour donner le meilleur d'eux-même et faire bouger la fosse, mais, hélas, cette dernière gardera la sienne pour le reste de la soirée. Malgré l'intrusion du bassiste se frayant un passage dans la marée humaine grandissant à vue d'oeil, l'ambiance ne décollera pas.

En plus de la recette du sirop d'érable, les Canadiens de Dead And Divine connaissent celle pour faire bouger des parisiens jusqu'alors amorphes. L'expérience y est certainement pour beaucoup, tout comme des titres bien plus rock n' roll, mélodiques et hardcore que leurs prédécesseurs. Un charisme plus important de leur frontman n'y est pas étranger non plus, mais même lui se prendra un léger vent quand il réclamera un circle pit qui verra une demi-douzaine de gamins se bousculer. On est lundi soir, chacun se réserve pour la deuxième partie de la soirée, et ça se voit.

The Chariot, ça fait déjà trois fois qu'ils sont venus à Lutèce, pour un bilan à chaque fois identique : des litres et des litres de sueurs terminent leur vie de la même manière que la tête d'ampli du deuxième guitariste, avant même que le set ne démarre. Un présage du chaos à venir. Car voir ces américains se produire sur scène, c'est un spectacle à part entière, et risquer quelques fractures en cas de position trop rapprochée de la scène. Notre photographe, qui a pris autant de coups que de clichés, pourra en témoigner. Les instruments volent dans tous les sens, comme leurs propriétaires. Ca s'écrase, ça vole, ça va jouer dans le bar, au milieu de la foule, continue d'agresser les six-cordes tout en se faisant trimbaler par la foule, ça démonte la batterie et lance les micros ... bref un show complètement maîtrisé par des musiciens sûrs de leur coup(s) et de leur talents, qui n'oublient pas non plus d'êtres justes musicalement, combo indispensable pour assurer l'émeute réglementaire dans la fosse. Les habitués en redemandent et arrivent encore à être surpris, les nouveaux fans n'en croient pas leurs yeux, les cadavres d'instruments et la batterie complètement désossée en sont témoins : The Chariot est venu, The Chariot à vaincu. Encore une fois.

Dur, très dur de passer après pareille performance. Mais Norma Jean n'est pas le premier venu et n'est pas en tête d'affiche pour rien. En il lui suffit d'un titre pour se mettre tout le monde dans la poche. Oui, la salle est pleine à craquer à cause de leur présence, et oui, ça faisait trop longtemps qu'ils étaient attendus. Du coup, même en faisant un show bien plus classique, scéniquement parlant, que leurs cousins, la bande à Cory transcendera aussi son public qui reprendra en coeur les refrains, fera wall of death sur (petit) circle pit, et sautera même du balcon pour le plus grand bonheur de chacun. Les titres joués balayent toute la discographie du groupe, avec un plus grand accent donné sur les premiers albums. Alors, avec des titres écrits par Josh Scoggin, il était normal de voir l'actuel leader de The Chariot pousser la chansonnette avec celui qui l'a remplacé. Les lumières se rallument, pas le temps d'un rappel, il est 22h30, et tout le monde se voit mettre dehors échanger ses impressions sur une soirée bien réussie. Merci Only Talent Production, tes concerts sont toujours des réussites.

Dernière modification le 07/03/2012

Partagez cet article

Concernant l'auteur

Jérémie

Créateur de Beehave en 2007 avec Christelle qu'il épousera un an après, Jérémie apprécie toutes les formes du rock, surtout celles qui contiennent de la double pédale et de la saturation. Né à l'époque des pattes d'eff, il apprécie aussi tout particulièrement le glam, le thrash et le power métal, même s'il se fait chambrer à cause de ça par ceux qui sont nés dans les années 90. Et papa depuis 2015 :-)

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :