Becoming The Archetype - Lyon - 10 Novembre 2011

Becoming the Archetype (Trash/Metalcore – USA), accompagnés pour une douzaine de dates en Europe par Immortal Souls (Trash/Heavy Metal – Finlande) et Beyond The Dust (Trash/Groove Metal – Paris), ont atterris à Lyon en ce week-end de commémoration après un passage à Paris la veille, et avant de boucler la tournée et de s’en retourner outre-Atlantique. Une belle soirée en perspective à la Marquise, ouverte par deux groupes lyonnais : Ninety One (Postcore) et It Came From Beneath (Brutal Death). La péniche lyonnaise ce soir aura tangué aux rythmes finalement très variés de ces cinq groupes, alliant découverte et bonnes vieilles retrouvailles !

bta-world-201119 heures pétantes, Ninety One investit la scène de la Marquise, une petite péniche située sur les quais de Rhône. Presque intimiste par sa taille minuscule, la salle n’est pas bien pleine et le groupe joue devant une quarantaine de personnes, tout au plus. Arrivé en retard, je manque à peu près la moitié de la prestation des lyonnais, avec une certaine déception. De par la force de leur musique distillant subtilement Metalcore et Postcore émotif, je rentre très vite dans leur univers tant sensible que brutal, teintée d’une rage désespérée qui doit beaucoup à l’ambiance Underground que dégage le groupe. Comme recroquevillé sur lui-même au milieu de la scène exigüe, le chanteur en jogging, capuche sur la tête, s’agrippe à son micro et tantôt lui parle ou lui crie des paroles énervées. Contre lui, les guitares et la basse crachent des riffs puissants et efficaces qui rappellent un peu le 36 Crazyfists des premiers jours… Le groupe nous laisse avec son titre Ninety One, une véritable bombe sonore qui éclate dans la salle et fait bouger toutes les têtes après une intro en harmonique qui fait monter très vite la température. Une belle découverte, quittant la scène aussi vite qu’elle est venue, humble et puissante…

Le temps que tout le monde s’active pour changer la batterie et les amplis, et c’est au tour de It Came From Beneath de jouer. Le groupe, composé d’une batterie, deux guitares et un chanteur me laisse presque de marbre. Ils balancent comme ils peuvent un mélange assez imbuvable de Grindcore teinté de passages extrêmement Brutal Death, et l’on ne sait plus trop discerner dans la voix le tracteur qui démarre et le cochon qu’on égorge. Le chanteur essaye tant bien que mal de rameuter les quelques types dubitatifs qui comme quoi restent accoudés aux murs, mais ses tentatives sont vaines à cause de deux Moshers qui lancent à tout va dans l’air des coups de pieds et de poings, cachés sou des masques de catcheurs. Les deux guitaristes s’échinent sur leur guitare, et ce qu’ils donnent à voir est décevant. Ils jouent très bien, il n’y a pas à dire, et les riffs semblent extrêmement bien construit, on voit à peine leurs doigts pianoter sur le manche à une allure effrénée ! Le seul souci est qu’aucune note ne sort vraiment des enceintes, plutôt une bouillie sonore de distorsion portée par les blasts violents de la batterie. Petite déception, personnellement je ne conseille pas !

Croyez-moi ou pas, mais ce soir, j’ai vu une potentielle incarnation française de Meshuggah ! Les parisiens de Beyond The Dust m’ont mis une claque monumentale, les lourdes rythmiques syncopées de toute part résonnent encore dans mes oreilles… J’aurais pu m’en douter après tout quand j’ai vu le nombre de cordes de leurs guitares. Huit, c’est peu commun. Ou peut-être quand j’ai entendu les soundchecks du batteur et de sa dizaine de cymbales. Le groupe défendait ce soir son EP New Dawn, sorti dans le courant de l’année, une galette d’une qualité très respectable qui trouve tout son sens en live. Les mecs savent y faire, et leur Groove Metal est incroyable. Les riffs tombent rarement sur les temps, le batteur semble voltiger en maître d’un tempo à l’autre et trouve encore le moyen d’asséner ça et là d’énormes coups de Chinese. Le chanteur a une voix puissante et un charisme remarquable. Cette armoire à glace au cou plus large que la cuisse se balance lourdement d’un côté à l’autre de la petite scène, descend parfois pour regarder son public dans le fond des yeux. Quelques passages lancinants permettent de reprendre un peu son souffle alors que des samples viennent porter les mélodies et soli asymétriques d’une des guitares, sans pour autant négliger la rythmique et le son grave et grumeleux de la huit cordes qui remue les tripes en permanence. Incroyable rythmique, incroyable bassiste également ! Le jeune afro (coupe comprise) envoie un Groove perpétuellement en phase avec la batterie et qui chatouille furieusement. Décidemment, c’est certain, tout fan de technique, de gros son, de Huit cordes et de kicks syncopés, bref, tout fan de Meshuggah ou d’A Plea For Purging (chrétiens) s’y retrouvera avec Beyond The Dust.

En attendant les finlandais, je discute avec le nouveau chanteur de Becoming The Archetype, seul membre du groupe déjà présent dans la salle. Les autres dorment à l’hôtel avant de venir jouer, pour rattraper le manque de sommeil accumulé depuis le début de la tournée. Très ouvert, il est content de me voir et me raconte la tournée, le concert du Rock Without Limits Festival devant plus de 1000 personnes, la prestation Meshuggiennes de Beyond The Dust, des gars très sympas paraît-il (et en effet je l’ai vérifié plus tard). Il m’explique qu’il a rejoint le groupe seulement huit mois plus tôt, mais qu’ils ont déjà fait près de 70 dates ensemble, et il ne s’en lasse pas. La fatigue se lit tout de même dans ses yeux, et il concède que le groupe est très content de bientôt rentrer aux Etats-Unis prendre un peu de repos et préparer un nouvel album. On en vient à la musique du groupe et il m’explique que les gars passent leur temps à composer, tirant leur inspiration de vécus de tous les jours mais aussi de paraboles de Jésus et surtout de beaucoup de passages de l’Ancien Testament. Jason étant désormais parti du groupe, c’est lui qui va écrire tout le prochain album, en compagnie d’un des guitaristes, et l’affaire semble déjà bien engagée… A suivre donc !

Arrivent alors les finlandais d’Immortal Souls, seul groupe chrétien de la programmation avec Becoming The Archetype. Ces grands blonds aux yeux bleus joueront malheureusement devant un total de douze personnes après comptage, peut-être parce que leur style colle moins avec celui du reste de la soirée. Ils oscillent entre Trash et Death Metal un peu daté, finalement sans surprise, et le chanteur bassiste manque de charisme. La sauce prend difficilement, et comment leur en tenir rigueur avec un si mauvais public ! Quelques jeunes fans s’accrochent tout de même à la scène, visiblement séduits par les soli de guitares qu’exécutent magistralement et simultanément les deux guitaristes. Certains passages sonnent très bien et sont très musicaux, mais dans l’ensemble le groupe dégage assez peu d’énergie et se limitera donc à un set de 25 minutes.

Becoming The Archetype s’installent rapidement et ouvrent le feu avec Ransom, tirée de l’album Dichotomy. Le public se rassemble très vite et écoute, le sourire aux lèvres, les morceaux du groupe qui s’enchaînent avec précision et un son parfait. Magnetic Sky est approuvée à l’unanimité et le groupe est chaleureusement salué à chaque fin de morceau. Seth, un des guitaristes, signifie à la salle son bonheur d’être là et le chanteur arbore de larges sourires avant de recommencer à galvaniser les quelques Moshers qui courent dans tous les sens et lancent leurs poings en l’air. Le batteur, derrière ses fûts, subjugue par son énergie et sa précision rythmique. Il fait tourner ses baguettes entre ses doigts à une allure folle, et l’on ne saisit plus très bien par moment comment il arrive encore à mettre des coups de caisses claires tranchant l’atmosphère et répondant parfaitement aux guitares. Encore une fois pour Beehave, une magnifique prestation du groupe qui en envoie dans les gencives et on en redemande ! Quand bien même la salle était peu remplie ce soir pour les saluer, ce n’est pas un problème pour BTA qui s’en satisfait sans parcimonie et nous comble généreusement de son Metalcore foudroyant. Après Ransom et Magnetic Sky, s’enchaînent Internal Illumination, Necrotizing Fascitiis, The Epigone, The Path of the Beam, Artificial Immortality et enfin le fameux How Great Thou Art. On aurait pu espérer un petit Dichotomy en rappel, mais la salle se vide rapidement et Kim, le manager du groupe, me confie que la fin de tournée est fatiguante, le groupe s’épuise plus vite sur scène.

Une belle soirée donc, avec un public et des groupes sympathiques, rassemblant des fans venus partager ensemble leur plaisir de la musique, tout simplement. BTA m’ont promis un retour d’ici un an et demi, avec un nouvel album sous le bras… On les attend de pied ferme !

  Dernière modification le 18/03/2012

Partagez cet article

Concernant l'auteur

Guru Pope

Site internet : bit.ly/GuruPope

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :