August Burns Red au Hellfest, comment c’était ?

14h20. Clisson. Les rayons du soleil transpercent les nuages et s’écrasent sur les quelques hectares du Val de Moine, pour le plus grand plaisir des festivaliers du Hellfest qui se massent devant la Mainstage 2 où August Burns Red s’apprête à livrer bataille. Cela fait trois jours qu’une météo versatile et plutôt instable fait sa loi sur le festival mais la clémence du temps rameute et revigore. Autant dire que le combo Metalcore est attendu avec impatience pour fêter ça !

 augustburnsred-hellfest2012

Pas le temps de réaliser ce qui se passe et voilà que les membres du groupe investissent la scène par la gauche, guitares au point. JB s’avance vers le public et balance aussitôt le riff d’Empire. Pas le temps de regarder par-dessus mon épaule que je sens déjà le Pit qui s’éveille. Pas d’introduction en grande pompe donc. August Burns Red n’a pas de temps à perdre, ils sont là pour déboîter. En pleine poire. Ames sensibles, bon courage.

Comme d’habitude, le son est impeccable. Les soli de guitares sont incroyables et passent parfaitement, la voix de Jake ravage la plaine. Le groupe occupe la grande scène en déployant une énergie incroyable : ça court, ça saute, ça headbangue… On a du mal à les suivre ! D’autant que le public en fait de même et qu’un énorme nuage de poussière à tôt fait d’envelopper le Pit violent qui martèle les terres clissonaises. Et pourtant, malgré les pogos, les Circle Pits et la poussière, un bon quart du public scande en cœur les paroles des chansons et toute la fosse reprend à plein poumons le chœur d’Empire. On lit l’étonnement et la joie sur les visages du groupe, d’autant plus survoltés !

Le Metalcore conquit et réunit, le public en est la preuve. Les sourires sont sur toutes les têtes et August Burns Red est bien décidé à récompenser cet accueil génial ! Les riffs s’enchaînent à toute allure, d’énormes break downs nous tombent dessus et rappellent – douloureusement pour le dos – les origines hardcore du style… Jake nous prévient un moment qu’il n’avait plus de voix 20 minutes avant le concert à cause de la pluie allemande qu’ils ont essuyée (sic) deux jours plus tôt au Reload Festival. Un peu amusés, on se regarde tous en demandant si ce n’est pas une blague, tant sa voix titanesque nous déchire les oreilles depuis vingt minutes, passant de cris aigus aux râles caverneux… Impressionnant de technique !

Pas le temps de se reposer qu’on prend The truth of a liar et Internal Cannon en pleine gueule. Ce dernier titre est un titre rapide et expéditif qui me décide définitivement à lâcher l’appareil photo pour aller me jeter dans le mosh pit. On s’arrêtera tout de même un peu de sauter dans tous les sens sur les passages Cucaracha pour dansouiller comme on peut, n’en demandons pas trop aux métalleux. D’ailleurs, pas le temps de s’attarder à ces extravagances musicales que la mitrailleuse lourde August Burns Red est de retour pour nous cribler de grosse caisse et de grosses guitares.

Un peu de douceur tout de même dans ce monde de brutes (très sympathiques, cela dit, j’insiste !) avec Marianas Trench qui me fait toujours autant frissonner (vidéo ci-dessous !), et un peu de prouesses musicales ensuite, alors que tout le groupe quitte la scène pour laisser Matt Greiner seul derrière ses fûts pour un solo de batterie mémorable !

On en redemande, et croyez moi, il y a du rab. White Washed et enfin le célèbre Composure viennent secouer encore une fois la fosse en tout sens, qui poussera le vice jusqu’à un énorme Braveheart qui s’est gravé pour vous dans mon objectif !

Une très belle performance pour le seul groupe chrétien de l’affiche 2012 du Hellfest ! Ils nous démontrent une fois de plus à quel point leur musique sans concession est taillée pour la scène et sait trouver son public. Beaucoup sont là pour voir un groupe qu’ils savent parmi les meilleurs de la scène Metalcore, quelques autres sont là pour le message, clair et positif. Dans tous les cas, de belles paroles emplissent les oreilles et bottent le cul aux intentions provocatrices du festival de l’enfer, si tant est qu’il y en est de sérieuses …

augustburnsred-hellfest2012 2

Le Hellfest, comment c’était ?

Encore une édition plutôt réussie, mise à part la mauvaise météo ! Cette année le festival fait peau neuve et s’installe dans un nouvel espace à Clisson pouvant accueillir jusqu’à 33 000 personnes chaque jour. On est pas loin d’un « sold out » sur le week-end, les gens étant venus en masses pour les plus gros noms de l’affiche, parmi lesquels Ozzy Osbourne, Slash, Machine Head ou encore les Guns N’Roses. Autant dire qu’il y avait du monde !

Le festival est fidèle à lui-même, malgré les critiques : plutôt respectueux de l’endroit et très bien accueilli par les clissonais, rempli de fans de musiques extrêmes en majorité là pour la musique, la bonne ambiance, et le partage d’une passion. Je note quand même que s’ils se sont foulés sur la déco (énormes structures métalliques à effets pyrotechniques, bâtiments peints entièrement, look rétro et ambiance très rock’n’roll), en revanche question écolo, on est loin des festivals verts qui poussent maintenant partout. Les verts et pichets en plastiques durs ne sont pas consignés, du coup on en retrouve écrasés partout… Ils sont plus beaux que des gobelets basiques, c’est cool, mais ils sont plus chers aussi et ils finissent tout autant parterre,  pour une quantité de plastiques deux à trois fois supérieure. Niveau chiottes aussi, une sorte de mare d’urine avec une tranchée dans un coin du site près des grilles, c’est un peu moyen. Y’a encore à voir niveau propreté. Bon… C’est ça le rock, j’imagine.

Côté ambiance, rien de bien diabolique ! Ca picole un peu, comme partout ailleurs, les gens mangent des kebabs, comme partout ailleurs, ils discutent à l’ombre, comme partout ailleurs, profitent des concerts avec une bonne humeur communicatrice et positive, (pas) comme partout ailleurs (d’ailleurs). On trouve des stands de produits régionaux, des snacks pour tous les goûts (on peut même acheter cette année des poulets rôtis sur broche et servis en barquette avec des frites… Entiers !), de la bière fraiche à des prix très raisonnables. Je me sens un peu seul, habillé presque en blanc de la tête au pied, dans cette forêt noire de Tee-Shirts à l’effigie des stars du week-end. Mais décidément, le look « sombremétalleuxmalsainpascontentcontredieuetlemondeentiermaissurtoutcontresamaman »  ne demeure qu’une façade !

publichellfest2012

Côté groupes, quelques noms assez malsains jouent ça et là sous la scène Black Metal principalement (The Temple). Notamment Shining, ou encore SunnO))). A ce propos, sachez qu’une pétition tourne contre le festival non pas pour le faire interdire ou je ne sais quelle autre connerie, mais pour demander à ce que le Hellfest ne reçoive plus de subventions tant que des groupes s’affichant assez clairement christianophobes ou trop virulents dans certains de leurs propos seront invités. Belle démarche je trouve ! De mon côté, j’ai surtout trainé dans la Warzone, où les groupes de Hardcore se sont enchainés tout le week-end dans la bonne humeur, le respect et l’entraide, qui font les valeurs du genre. De ce côté-là, je peux vous dire que le message envoie du lourd : messages d’encouragement, messages très politisés, messages positifs… Un gros big up aux performances scéniques de groupes certes non chrétiens mais pour autant d’une qualité rare qui m’ont mis de sacrés claques : Machine Head, Refused (énorme show ! Certainement le meilleur concert du festival), Madball, Hatebreed, Lamb Of God, et j’en passe…

Un festival à mon avis fait pour durer. Malsain ou à proscrire ? Je ne pense pas, on est surtout dans le marketing, et sur tous les plans. Restons sur nos gardes tout de même ! Le marketing est une belle arme de tromperie… Dans tous les cas, je ne suis même pas sûr que le festoche fasse recette de ses provocations et des polémiques qui l’entourent ! Dans le Pit, on est avant tout là pour les groupes (globalement pas malsains pour deux sous, parfois au contraire !) et pour leur musique : si puissante, si passionnante,  si exutoire pour évacuer tout ce que l’on a en soi et en sortir plus fort.

augustburnsred-hellfest2012 small

 

Partagez cet article

Éléments similaires (par tag)

Concernant l'auteur

Guru Pope

Site internet : bit.ly/GuruPope

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :
parajumpers pas cher parajumpers pas cher parajumpers pas cher parajumpers pas cher parajumpers pas cher parajumpers pas cher golden goose outlet golden goose outlet golden goose outlet golden goose outlet golden goose outlet golden goose outlet nike tn pas cher nike tn pas cher nike tn pas cher nike tn pas cher nike tn pas cher nike tn pas cher stone island outlet stone island outlet stone island outlet stone island outlet stone island outlet stone island outlet tn pas cher moschino outlet moschino outlet moschino outlet moschino outlet moschino outlet moschino outlet valentino outlet valentino outlet valentino outlet valentino outlet valentino outlet valentino outlet cheap nfl jerseys moschino outlet online stone island outlet pandora outlet