TDWP + ABR @ Bataclan - 19-11-2012

Grosse, très grosse affiche que celle qui s’est déroulée hier soir au Bataclan de Paris, avec la présence conjointe de The Devil Wears Prada et August Burns Red !

August Burns Red The Devil Wears Prada Bataclan 19/11/2012

 

Le premier groupe a s’élancer est Veil Of Maya. Le groupe de métalcore américain se voit ainsi confier la traditionnelle lourde tâche de chauffer le public, qui n’est pas venu en masse. L’étage du Bataclan est d’ailleurs inaccessible au public, et c’est un parterre dégarni qui écoute les premiers américains de la soirée enchainer leurs titres et remercier les connaisseurs qui apprécient leur prestation.

Les lumières se rallument vers 19h30 et la scène vit une mutation : on enlève tout le matos du groupe pour le remplacer par les pédales d’effets, amplis et instruments de The Devil Wears Prada. Le public est jeune et semble être dans les meilleurs dispositions pour apprécier un groupe qui avec son synthétiseur peut plaire à cette tranche d’âge. Un rapide sound check est lancé et le public est plongé dans l’obscurité, synonyme d’entrée sur scène imminente des artistes. Qui vont enchainer une série de gros titres (Dead Thrones, Outnumbered, Vengeance …) qui font mouche. Hranica se démène en arpentant la scène de long en large, en contraste avec ses comparses qui sont statiques. Pour ceux qui ont entendu le live Dead & Alive sorti il y a peu, plus de problème à signaler concernant sa voix qui est puissante à toute hauteur. Niveau chant clair, DePoyster est également plus juste que sur le cd. La batterie claque hyper fort et le son est assez poussé dans les aigus, ce qui rend le son de TDWP encore plus aggressif. Après un gros début de prestation, l’énergie redescend assez rapidement et l’ambiance s’en ressent : alors que le groupe joue des titres qui se ressemblent assez tous en live et rendant difficile leur identification, le public peine à se bouger et seuls quelques énervés moshent dans une fosse qui est bien large, vu le peu de monde dans une salle qui peut contenir deux fois plus de personnes. Le set se termine au bout de 45 minutes et l’armée de roadie combinée à celle du Bataclan se démène pour vider la scène, et la remplir à nouveau avec le matos de la tête d’affiche.

Et à voir les t-shirts à l’effigie d’August Burns Red portés, il ne fait aucun doute que le public s’est déplacé pour lui. Surgissent d’ailleurs semble-t-il de nulle part une bonne centaine de fans qui cette fois remplis presque la fosse, et rugit d’exitation au moment ou l’obscurité signale le début du concert. Le début d’une des meilleures prestation du groupe sur notre sol est sur le point de commencer, et la plupart des témoins de la scène en sont convaincus. Il n’y a qu’à voir le début du set pour s’en convaincre : Jake fait tourner son micro, tout le groupe est debout sur les retours, salue le public, et les hostilités commencent à plein tubes. Après une intro techno, ce sont deux chants issus de Messengers (Composure, The Eleventh Hour) qui font immédiatement sortir le public de la léthargie dans lequel il s’était mis depuis la moitié du set de TDWP. Avant le troisième titre, Jake demande au public de danser sur le break d’Internal Cannon, et commencera sur ce titre ses premies pas de danse d’une longue série qui durera jusqu’à la fin du set. Se suivent toute une série de titres du dernier album qui, vraiment, sont énorme sur scène, encore plus intenses et énergiques que sur cd. L’ambiance est vraiment survoltée et de nombreux téméraires montent sur scène pour sauter sur la foule, mettant en évidence l’énergie retrouvée et la communion qui regne entre le groupe et son public. Le clou du spectacle sera au moment ou Jake demande à tous les chevelus de la salle de venir sur scène pour faire des tourniquets au moment de l’intro d’un Back Burner toujours aussi efficace. Le chanteur n’est pas le seul à mettre de l’ambiance, et chaque membre s’est impliqué dans la prestation scénique, changeant de position, montant sur les retours pour offrir au public une vue bien dégagée, avec le climax atteint lors du final en apothéose en forme de double solo de batterie entre Matt et Dustin, qui a utilisé une deuxième batterie ammenée sur scène pour l’occasion. Une excellente façon de conclure un set, avant le traditionnel rappel lors duquel Empire et White Washed ont été joués.

C’était la dernière date de la tournée d’August Burns Red en Europe, et le groupe avait bien l’intention de savourer ce moment. Il s’est donné à fond, et si l’on avait pu craindre un public difficile car peu nombreux, ce sont au contraire les vrais fans qui se sont déplacés, et bien leur en a pris car si TDWP a livré une prestation en demi-teinte, c’est tout le contraire d’ABR qui a une fois de plus régalé ses fans. A la prochaine, en espérant plus de public.

Partagez cet article

Éléments similaires (par tag)

Concernant l'auteur

Jérémie

Créateur de Beehave en 2007 avec Christelle qu'il épousera un an après, Jérémie apprécie toutes les formes du rock, surtout celles qui contiennent de la double pédale et de la saturation. Né à l'époque des pattes d'eff, il apprécie aussi tout particulièrement le glam, le thrash et le power métal, même s'il se fait chambrer à cause de ça par ceux qui sont nés dans les années 90. Et papa depuis 2015 :-)

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :
parajumpers pas cher parajumpers pas cher parajumpers pas cher parajumpers pas cher parajumpers pas cher parajumpers pas cher golden goose outlet golden goose outlet golden goose outlet golden goose outlet golden goose outlet golden goose outlet nike tn pas cher nike tn pas cher nike tn pas cher nike tn pas cher nike tn pas cher nike tn pas cher stone island outlet stone island outlet stone island outlet stone island outlet stone island outlet stone island outlet tn pas cher moschino outlet moschino outlet moschino outlet moschino outlet moschino outlet moschino outlet valentino outlet valentino outlet valentino outlet valentino outlet valentino outlet valentino outlet cheap nfl jerseys moschino outlet online stone island outlet pandora outlet