Christmas Rock Night 2012

Quatrième fois en cinq années qu'une équipe Beehave fait le déplacement jusqu'à Ennepetal pour assister au festival Christmas Rock Night, qui se sera déroulé sous la neige.


L'année dernière, nous n'avions trouvé personne d'intéressé pour faire les près de sept heures de route nécessaires pour se rendre dans cette partie de l'allemagne, jugeant l'effort non rentable pour voir les mêmes groupes que l'année précédente, malgré l'ajout de House Of Heroes, qui venait pour la première fois en Europe. Cette année, le constat était le même : ce sont encore une fois les mêmes groupes qui constitueront l'ensemble du line-up, avec Disciple, Thousand Foot Krutch, Fireflight, et autres Children 18:3 (qui remplaçaient Write This Down originallement prévus).

Mais un groupe allait faire pencher la balance, provoquer un changement d'envie, être un catalyseur de volonté : For Today. Celui qui devrait être le représentant des groupes chrétiens lors du prochain Hellfest possède une telle aura que sa seule présence permet d'oublier les pensées rationelles qui nous auraient logiquement incitées à rester au chaud en France. Mais ce groupe, par la puissance et l'autorité spirituelle qu'il dégage donne envie de s'en inspirer, de s'en rapprocher, et c'est ainsi que nous avons pris la route à deux convois, l'un partant de Dijon, l'autre de Strasbourg, avec comme destination finale Ennepetal.

En partant chacun aux alentours des 9h, la logique aurait voulu que nous arrivions en début d'après-midi. Mais une chose est arrivée avant nous : la neige. Et avec cette dernière les problèmes. Routes enneigées, conducteurs effrayés, accidents rapportés par la radio, un cocktail détonnant qui doubla pratiquement un temps de parcours normal déjà long. Alors, forcément dans ce cas, difficile d'arriver à l'heure, même pour les strasbourgeois qui avaient pourtant moins de route à faire, qui arriveront juste à la fin du set de In God We Trust, qui ouvrait le bal sur la scène principale.

Un groupe qui sera un des seuls à ne pas jouer deux fois. Car les habitués du festival le savent : au CRN, on voit toujours les mêmes groupes, mais on les voit jouer deux fois. Deux fois, car il y a deux scènes différentes, et parce que le festival se déroule sur deux jours. Cela permet de voir ou découvrir un groupe un jour, et de le revoir le lendemain jouer dans un environnement bien différent, la salle de la scène alternative faisant à peine 50m², fosse comprise, tandis que la scène principale fait la même superficie, dédiée au groupe et à leurs instruments. Ces dispositions permettent aussi de voir si un groupe ajoute de l’originalité à son set en comparant les deux performances, et de constater à quel type de public un groupe correspond le mieux.

Ainsi, Sacrety arrive plus à faire bouger une grande foule plutôt qu’un auditoire restreint, comme si la fosse se nourrissait autant des gesticulations du chanteur et des efforts du groupe que de l’émulation provenant de la masse. Icon For Hire est à l’aise partout, le charisme de la chanteuse et des membres leur permettant d’enflammer n’importe quel public. Quant à Fireflight, s’ils sont toujours aussi bons sur la grande scène, ils ont proposé une session acoustique du plus bel effet sur la scène alternative, ponctuant chaque chant d’explications sur les paroles, de témoignages parfois touchant, comme quand le guitariste a fondu en larme racontant la maladie de sa femme survenue l’année dernière, en prélude du chant « He Weeps ». Quand à Manafest, pour sa première en Europe, à semblé complètement ébloui par les projecteurs placés bien bas sur la petite scène, et a été éblouissant le lendemain sur la grande scène. Un mec bien sympa qu'on a interviewé avec plaisir !

Si certains n’ont joué qu’une fois, un groupe a joué deux fois sur la scène principale : Disciple. Mais peut-on réellement parler du même groupe ? Le vendredi soir, il était la tête d’affiche, se faisant appeler Disciple 20 Years. Et sur scène se trouvait alors le tout premier lineup du groupe, ceux-la même qui avaient formé le groupe vingt années auparavant, parmi lesquels le fameux producteur Travis Wyrick à la basse. Un show, soyons honnêtes, assez ennuyant. Tout le contraire du lendemain, avec les musiciens actuels et des chants récents, qui sonnent bien mieux sur scène ! Cela a permis d’apprécier le parcours et les progrès accomplis par le groupe. Et d'oublier que Thousand Foot Krutch, que benj rêve encore de voir en concert, est resté à l'aéroport de Munich. Des canadiens bloqués par la neige, étonnant ! 

Il n’a joué qu’une fois, mais il était de toutes façons impossible de passer après eux sans être couvert de ridicule, tant For Today a été à la hauteur des attentes – énormes – qu’on avait placées en eux. Une heure durant, les américains ont enchainés riffs, coups de massues et growls impressionnants devant une foule entièrement conquise, se délectant de chaque instant, appréciant le spectacle proposé. Fidèle à lui-même, et aux raisons pour lesquelles existe son groupe, Mattie Montgomery a prêché pendant quelques minutes à la moitié du set, un prêche intense, radical, suite auquel une dizaine de mains se sont levées lorsqu’il a appelé certains à se tourner vers Christ. Avant de repartir chanter sur scène avec la même intensité.

Comme nous lui avons dit à la fin de l’interview réalisée avec lui plus tôt dans la journée, le monde a besoin de plus de groupes comme eux. S’il n’y avait qu’un groupe à voir lors de ce festival, chacun fera son choix. Mais s’il n’y avait qu’un groupe à entendre, c’est assurément For Today.

Le cœur enhardi par tout cela, et les oreilles un peu endolories par faute d’un ingé son ne sachant visiblement pas que les aigus pour le chant peuvent être réglés à la baisse, nous rentrons à nos pénates, profiter d’une nuit de repos avant un retour qui s’avérera pour certains aussi épique que l’aller. Il n’aura fait beau sur Ennepetal que le samedi, renforçant l’idée que parfois les évènements se déchainent pour ne pas nous laisser entendre la bonne parole dans un langage qu’on apprécie et comprend.

Partagez cet article

Concernant l'auteur

Jérémie

Créateur de Beehave en 2007 avec Christelle qu'il épousera un an après, Jérémie apprécie toutes les formes du rock, surtout celles qui contiennent de la double pédale et de la saturation. Né à l'époque des pattes d'eff, il apprécie aussi tout particulièrement le glam, le thrash et le power métal, même s'il se fait chambrer à cause de ça par ceux qui sont nés dans les années 90. Et papa depuis 2015 :-)

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :
parajumpers pas cher parajumpers pas cher parajumpers pas cher parajumpers pas cher parajumpers pas cher parajumpers pas cher golden goose outlet golden goose outlet golden goose outlet golden goose outlet golden goose outlet golden goose outlet nike tn pas cher nike tn pas cher nike tn pas cher nike tn pas cher nike tn pas cher nike tn pas cher stone island outlet stone island outlet stone island outlet stone island outlet stone island outlet stone island outlet tn pas cher moschino outlet moschino outlet moschino outlet moschino outlet moschino outlet moschino outlet valentino outlet valentino outlet valentino outlet valentino outlet valentino outlet valentino outlet cheap nfl jerseys moschino outlet online stone island outlet pandora outlet