Christmas Rock Night 2013

Fait exceptionnel, en ce vendredi 6 décembre : il est 17h30, le festival Christmas Rock Night commence dans 15', et nous sommes déjà présents sur place, sur le point de récupérer nos invitations.

Christmas Rock Night 2013

VENDREDI
Bien que nous soyons à l'heure pour assister à la performance de Warumlila, premier groupe à se produire, nous préférons faire le tour des merch tables à la recherche de visages familiers. Ou de faire de nouvelles rencontres, vu que Fallstar est présent pour la première fois en Europe. Quelques minutes de discussions et rendez-vous est pris pour une interview après leur show qui débutera dans quelques dizaines de minutes. Quand les américains montent sur scène pour installer tout leur matériel, leur sourire éclaire la scène, bien plus que l'éclairage. Visiblement trés heureux d'être présent, ils commencent leur set par Malbek Blood, qui est également le premier titre de leur dernier album. Malheureusement l'émotion semble empêcher le chanteur de donner le meilleur de lui-même, et le groupe dans son intégralité n'est pas aidé par l'équipe en charge du son qui massacre littéralement leur musique : chant peu audible, contrairement à la basse et la batterie qui recouvrent tous les autres instruments. Dommage pour une première, en espérant que leur concert dans la sidestage le lendemain sera de meilleure facture. Le temps de saluer les membres de Sacrety, et les voilà déjà sur scène pour enflammer le public qui est venu remplir la salle pour accueillir des habitués de la scène locale. Ce groupe est impressionnant et est meilleur à chaque fois qu'on les voit. Et, surtout, le son est parfait. Evidemment, c'est bien plus facile quand l'ingénieur du son du groupe est en charge des réglages, et du coup plus agréable pour tout le monde. L'expérience des allemands s'étale à tous niveaux, tant dans le choix des titres - mix entre classiques du groupe et nouveaux chants - que dans les déplacements sur scène, avec un Fabi virevoltant. Il est temps qu’ils reviennent montrer au public français ce dont ils sont capables, après un passage réussi à paris l'année dernière. 

Pendant que Remedy Drive et son rock peu attirant pour nous prend le relais, nous nous dirigeons vers la salle de presse en compagnie des deux frères et membres de Fallstar, pour une interview vidéo passionnante, durant laquelle ils nous partageront chacun les visions divines qu'ils ont eues à des moments données, ce qui nous laissa sans voix, si ce n'est pour leur demander de nous partager d'autres histoires. Nous avons hâte de la publier ! De retour dans le bâtiment principal, nous avons le choix entre un set acoustique de Spoken sur la scène secondaire, et le retour après trois années d'absence de Flatfoot 56, avec un lineup assez modifié. Ce qui ne les empêche pas d'atomiser la scène principale avec leur punk rock dévastateur qui déclenchera des pogo et autres circles pits monumentaux dans le public. Ceux voulant admirer le spectacle étaient invités à se mettre sur les côtés, les braves se retrouvant dans le tambour d'une machine à laver géante qui emportait tout sur son passage. Il n'était pas rare de commencer un chant d'un côté de la fosse pour le finir complètement à l'opposé, tout en sueur. Ne laissant aucun répit dans leur choix de titres, même quand ceux-ci commençaient de manière supposée calme, le show se terminera comme il en est la coutume par un Amazing Grace survolté. Quel plaisir de voir un public chanter en cœur cette louange !

Les suivants sur la liste sont également des habitués de la scène d'Ennepetal : Project 86. Nouveau lineup également pour la bande d'Andrew Schwab, qui comme l'année dernière au Rock Without Limits est apparue toute grimée de maquillage d'Halloween. En commençant par deux titres de Truthless Heroes, et en enchainant avec Me Against Me de leur premier album, ils avaient probablement en tête de marquer un coup en évoquant la nostalgie de leurs précédents succès. Làs, le public ne put que constater que le nouveau guitariste est à des années lumières de Randy Torrès, ne semblant connaitre ni le rythme ni les bons accords de ces chants mythiques de ce groupe qui le fut pour eux. La salle, qui n'était déjà pas pleine à craquer comme c'était le cas lors de leurs précédents passages, se vida progressivement après trois chants, peut-être aussi fatiguée par la façon que le chanteur avait de leur demander d'être plus actifs. Quand le groupe joua des titres de son dernier album, le guitariste était plus à l'aise, mais c'était cette fois du côté du chant que la justesse faisait défaut. En bref, une performance à oublier, et le temps était venu de laisser la place aux ultra vétérans de Bloodgood dont les fans attendaient avec impatience à l'extérieur de la salle, facilement identifiables avec leur âge plus élevé que la moyenne. Comme convenu avec les membres de Sacrety, au bout d'un titre nous nous sommes retrouvés en salle de presse pour une interview. Puis retour sur scène et voir la fin du set des américains, et constater que malgré l'âge avancé des membres, surtout du chanteur, la passion est toujours intacte avec des gestuelles d'une autre époque.

SAMEDI
La grosse claque du week-end intervient dès le premier concert du samedi, avec Fit For A King, programmé à 16h sur la scène principale. Tous habillés d'un k-way noir avec leur logo, les membres du groupe ont proposé un show proche en intensité de ce que For Today avait offert au public l'année dernière. Son parfait, gestuelles maitrisées, voix impressionnante de profondeur du chant, typiquement le genre de performance qu'on aurait aimé voir à une heure plus tardive, devant plus de monde et pendant plus longtemps. Car le programme qui suivra sera plutôt décevant, avec Good Weather Forecast et son ska rock sur la scène principale, ou la pop rock de Remedy Drive sur la scène secondaire. Heureusement, Fallstar monte sur la scène secondaire peut après, pour un show à des années lumières de ce qu'ils ont proposé la veille, comme si l'espace confiné de cette scène leur convenait plus. Il n'est d'ailleurs pas rare lors de ce festival de voir deux performances complètement différentes sur les deux scènes. Puis est venu le temps d'une interview avec Fit For A King, qui nous expliquèrent, entre autre, pourquoi ils ont arrêté de prêcher sur scène. Pendant ce temps-là, HB présentait sa nouvelle chanteuse sur la scène principale, et Flatfoot 56 remettait le couvert sur l'autre scène. Project 86, qui devait se racheter de son concert en demi-teinte de la veille eut la bonne idée de ne pas se maquiller avant de monter sur scène, ce qui pourrait avoir permis à ses membres de plus se concentrer sur leur jeu, qui fut de bien meilleure qualité que ce qu'ils avaient proposé le vendredi. Tout comme HB, les anglais de LZ7 ne jouaient qu'une fois mais ont été une grosse surprise, tant leur électro rock et leurs chorégraphies étaient décalés des autres groupes tout en ayant réussi à tirer le maximum d'un public décidément aussi jeune que volontaire. 

On approchait des 22h ainsi que de la fin du festival, et il ne restait plus que 4 groupes à monter sur scène, qui avaient déjà tous joué la veille. La fatigue commençait à se faire sentir, et après que Sacrety ait joué sur la sidestage, le stock de vitalité générale était encore plus bas. Ce qui fait qu'au moment où Wolves At The Gates est monté sur la scène principale, il y avait autant de monde à l'intérieur qu'à l'extérieur, en train de se reposer ou de profiter d'un instant de repos pour acheter des CDs, t-shirts ou autres goodies auprès des différents stands des groupes, dont les membres étaient en général disponibles pour échanger quelques mots avec leurs fans et jouer au jeu des photos. Le dernier groupe à monter sur scène fut Disciple, qui commença son set à 23h30 pour le terminer une heure plus tard, devant le plus gros public de tout le festival.

Bien qu'on puisse regretter à nouveau le peu de renouvellement au niveau du lineup de ce festival, l'ajout cette année de Fallstar et de Fit For A King ainsi que le plaisir de revoir Flatfoot, Spoken et Sacrety justifiait pleinement le long déplacement en Allemagne. Mais tant qu'on n'aura pas en France d'équivalent, la route sera notre meilleure amie !

Christmas Rock Night 2013 : Timelapse Mainstage

Vendredi, Mainstage : Bloodgood

Samedi, Mainstage : Fit For A King

Samedi, Mainstage : HB

Samedi, Mainstage : Spoken

Samedi, Mainstage : Disciple
 

 

Dernière modification le 13/11/2015

Partagez cet article

Éléments similaires (par tag)

Concernant l'auteur

Jérémie

Créateur de Beehave en 2007 avec Christelle qu'il épousera un an après, Jérémie apprécie toutes les formes du rock, surtout celles qui contiennent de la double pédale et de la saturation. Né à l'époque des pattes d'eff, il apprécie aussi tout particulièrement le glam, le thrash et le power métal, même s'il se fait chambrer à cause de ça par ceux qui sont nés dans les années 90. Et papa depuis 2015 :-)

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :