Christmas Rock Night 2016

Pour la deuxième année d'affiliée, le CRN s'est fait en mode famille, accompagné que je fus par Christelle et notre bambin adoré, qui aime bouger la tête quand il entend de la musique heavy, surtout les breakdowns et les growls bien puissant. Et ça tombe bien, car le lineup proposé par cette édition est plus que qualifié pour lui apporter bonheur et occasions.

Avec ce genre de festival, l'attrait réside principalement autour des réponses à ces questions : quels groupes, déjà vus l'année précédente et appréciés, seront de retour ? Et quels nouveaux groupes annoncés valent de se déplacer à 600 km de son domicile ? Pour cette année, les petits nouveaux sont Darkness Divided (métalcore), Random Hero (rock / métal alternatif), Signum Regis (power métal) et Veridia (électro rock). Du côté des retours, notons Attalus et Phinehas, ainsi que Fit For A King et Wolves At The Gate, entre autre. Dommage, pas de Silent Planet ni de Fallstar, mais on devrait quand même passer un bon moment.

VENDREDI
Pour une fois pas de problème d'hébergement à signaler (du moins à l'arrivée), et à part un GPS toujours facétieux et qui préfère les petites routes aux autoroutes parce que c'est plus rapide de quelques minutes, nous arrivons à Ennepetal juste au moment ou les Polonais de Signum Regis débutent sur la scène principale. Nous avons donc raté Staryend, mais je dois avouer que leur pop rock n'était pas du genre à nous inciter à nous rendre dès 17h au Haus Ennepetal. Le power métal proposé par Signum Regis, en revanche, ça aide à déplacer la famille, Première fois que j'ai l'occasion de voir ce groupe en concert, et la première chose qui m'a marqué est de voir le sourire des musiciens; ils étaient si heureux d'être présent sur scène qu'il y avait quelque chose d'enfantin qui se dégageait du chanteur quand il s'exprimait, alors qu'il semble avoir bien dépassé la quarantaine. Musicalement je n'ai par contre pas pris une claque monumentale, mais je dois avouer ne pas être totalement familier avec leur discographie. Il en est de même pour Random Hero, qui se produisait en parallèle sur la scène secondaire, qui faisait son retour dans le bâtiment principal. Les américains étaient tout sourire sur scène, et ont mis une bien bonne ambiance devant une salle bien remplie par tous ceux qui voulaient une musique plus énergique que ce qu'ils pouvaient entendre sur la scène principale. Et ça tombe bien, car le rock / métal des américains, couplé avec leurs tenues de scène et/ou look excentriques ont fait mouche d'emblée.

Comme il y avait 30' de battement avant de pouvoir admirer enfin Darkness Divided (LE groupe pour lequel le déplacement était justifié pour moi), j'en ai profité pour interviewer les mecs de Random Hero, pendant que le métal symphonique des italiens de Sleeping Romance se produisait devant une scène principale bien dégarnie. Tout l'inverse de la salle secondaire qui s'est remplie jusqu'à raz bord pour le set de Darkness Divided, et quelle pêche ! Ce furent trois quart d'heure de pur bonheur pour tout amateur de métalcore bien vénère et assez varié, tantôt mélodique tantôt frénétique (lire la chronique de leur album éponyme ici), responsables d'une grosse agitation dans la fosse, qui sur cette scène fait corps avec la scène. 

20h approche, la fatigue se fait ressentir, et une meute commence à se rassembler sur la scène principale pour le premier concert de Disciple, pour un concert "spécial". Je n'ai vu que quelques minutes, pas suffisamment pour comprendre en quoi le concert était spécial, mais comme ce groupe est ultra populaire dans le coin, il n'y avait pratiquement personne pour admirer Véridia et son électro rock sur la scène secondaire. Peut-être le set était spécial parce qu'il ne durait que 30', tout comme celui de Fit For A King qui a suivi celui de Disciple, que j'ai malheureusement loupé pour effectuer un aller retour au logement et coucher un petit bébé qui s'était bien dépensé à s'agiter surtout devant (enfin, à côté pour être exact) Darkness Divided.

Retour au festival pour Attalus, qui était déjà là l'année précédente, mais qui a perdu entre temps son chanteur claviériste, remplacé par un guitariste, le premier guitariste étant à présent en charge du chant. Forcément l'empreinte sonore du groupe s'en retrouve impactée, ce dernier étant plus énervé, penchant plus vers un hardcore mélodique finalement assez réussi car ayant réussi à garder des moments plus doux, même sans piano. Comme c'est un groupe que j'apprécie particulièrement, j'ai opté de rester sur cette scène pour le plaisir, et n'ai pas pu voir Safemode se produire en bas. et je me devais de garder une bonne place tout devant pour être aux premières loges de Phinehas. Et quelle claque ! Dès le début du set ça tourbillone dans la fosse et ça ventile sur scène avec les guitaristes qui font tourner leurs cheveux, même quand ils en ont peu. Je ne m'en étais pas rendu compte quand j'avais vu Daniel (guitare) jouer avec BTA à Paris il y a quelques années, mais quel virtuose ! C'est un excellent guitariste, et j'ai été bien inspiré de me placer devant lui. Clairement le clou de la journée pour le moment, et dire que Wolves At The Gate arrive après aurait dû me réjouir, malheureusement ils ont commencé à jouer à minuit et je n'ai pu voir que les trois premiers titres. Si j'étais fatigué, ce n'était pas le cas du public qui avait encore beaucoup d'énergie à donner.


SAMEDI
Les hostilités étaient censées débuter à 15h sur la scène principale, mais il y en a un qui a décidé de ne pas dormir de 3h à 5h, alors à 15h tout le monde faisait la sieste pendant que Normal Ist Anders se sont produits. Suivis par Safemode que je n'aurais donc pas vu du week-end, et le reste du planning était plus ou moins celui de la veille : Random Hero, Signum Regis, Veridia, Sleeping Romance puis Darkness Divided, qui chacun jouait sur l'autre scène par rapport à la veille. Souvent l'exercice le plus dur est de jouer le premier jour sur la petite scène et de se sentir perdu le lendemain, mais ni Random Hero ni Darkness Divided n'ont eu ce soucis. Quelle pêche ! Et le contraste était saisissant entre Véridia qui a joué devant peut-être cinquante personnes dans une salle pouvant contenir 1000 personnes, et Darkness Divided qui a joué devant une salle quasi pleine. Dur pour Véridia, mais ce groupe n'a pas semblé avoir sa place dans le lineup. En revanche, Signum Regis était bien meilleur sur la scène secondaire, et Sleeping Romance a joué un set acoustique plutôt réussi. 

Il n'est pas rare de pouvoir assister à des performances acoustiques, et Wolves At The Gate a également sorti cette carte, j'aurais dû y penser la veille. Mais le public a rempli la salle secondaire, et en jouant des titres de cette façon, on se rend compte qu'il y a un fort côté louange dans leurs compositions, et le public est venu aussi pour cette raison. Yeux fermés, bras levés au ciel, chantant presque plus fort que les musiciens, il régnait une telle alchimie que je n'ai même pas osé prendre des photos devant la scène pour ne pas déranger. Au même moment se produisait HB pour son tout dernier concert avant d'arrêter visiblement le groupe, et on sentait qu'ils n'avaient pas joué depuis pas mal de temps.

21h, même aller/retour que la veille pour les même raisons, mais en bonus un gros nid de poule dans une zone de travaux qui aura eu raison de mon pneu avant droit, qui était complètement à plat au moment de revenir à la salle pour voir Fit For A King. Les américains avaient sorti leur meilleur costume de métalcore brutal avant de venir et avaient laissé leurs k-way noir dans les vestiaires, et a offert au public un show absolument mémorable à un public qui n'avait finalement eu que peu d'occasions de se défouler cet après-midi. Et même si les messages "no crowdsurfing" étaient affichés à l'entrée n'avaient globalement pas été respectés par la fosse, il n'en fallait pas plus qu'une demande du bassiste de "faire travailler les membres de la sécurité" pour que les corps se lèvent de partout sur le titre d'après. Les circle pits remplissaient la salle, un wall of death a pris une grosse envergure, et je suis toujours aussi impressionné par ce petit bout de chanteur tout souriant en dehors de la scène et qui une fois sous les projecteurs se transforme littéralement.

22h approche et il n'y a plus que deux groupes à se produire : Attalus sur la scène secondaire, et bien sûr Disciple, qui clôt le CRN depuis bientôt 10 ans. Déjà handicapé par une gorge défaillante, le chanteur/guitariste d'Attalus a profité du fait que son guitariste pète tellement de cordes à sa guitare pour ne plus pouvoir s'en servir pour lui prendre son instrument et le faire chanter à sa place. La situation est devenue cocasse, avec le guitariste qui sort alors son smartphone pour chercher sur Google les paroles de la chanson d'après, en rappelant à un public hilare mais compréhensif qu'il n'est à la base que guitariste ! Et à 23h, pendant que tout le public se presse dans une salle principale archi comble pour regarder Disciple, j'étais en pleine interview avec le chanteur de Darkness Divided.

L'année dernière, l'organisateur du festival m'a dit "le public veut de la musique de plus en plus heavy", et le lineup avait été construit en fonction. On pouvait s'attendre à une redite cette année, mais avec un Phinehas qui ne jouait que le vendredi, un Safemode qui jouait trop tôt le samedi, et un HB qui a joué un peu trop tard, sans oublier Veridia qui a permis à beaucoup de monde de se reposer, cette édition aurait pu être décevante sans l'énorme prestation de Phinehas le premier jour et de Fit For A King le lendemain. Ajoutant à cela Wolves At The Gate et pour moi un Darkness Divided aussi bon sur scène que sur album, cette édition a mérité de se revêtir d'une parure de succès, même si l'année précédente avait plus de panache.

Dernière modification le 23/12/2016

Partagez cet article

Éléments similaires (par tag)

Concernant l'auteur

Jérémie

Créateur de Beehave en 2007 avec Christelle qu'il épousera un an après, Jérémie apprécie toutes les formes du rock, surtout celles qui contiennent de la double pédale et de la saturation. Né à l'époque des pattes d'eff, il apprécie aussi tout particulièrement le glam, le thrash et le power métal, même s'il se fait chambrer à cause de ça par ceux qui sont nés dans les années 90. Et papa depuis 2015 :-)

Qui sommes nous ?

Créé en 2007, Beehave est un webzine de rock / métal dont le but est de promouvoir des artistes chrétiens.

Le site est géré par une dizaine de bénévoles venant de tous horizons, partageant la même passion pour la musique.

Nous essayons, en fonction de notre temps disponible, de chroniquer les albums qui nous sont envoyés, de nous déplacer à des concerts pour réaliser des live-reports et des photos de concert, et de publier régulièrement des news et vidéos, permettant de découvrir de nouveaux artistes.

Foire aux articles

Derniers commentaires

Newsletter

Inscrivez-vous à la newsletter pour être tenu au courant des jeux concours et des infos marquantes :